Terra 23 mars 2017 à 08h00 | Par Claire Le Clève

20 % des génisses manqueraient à l’appel

La crise n’a pas manqué de toucher Évolution, première coopérative française des métiers de la reproduction et génétique animales. C’est le constat dressé tout juste un an après sa création, lors des 27 réunions locales qui étaient organisées dans l'Ouest jusqu’au 24 mars. Conséquence ? 20 % du potentiel de production laitière pourrait être remis en cause via 70 000 génisses absentes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour présenter l’activité d’Évolution, Gilles Thomazo, administrateur et membre du bureau et Jean-Yves Dréau, directeur adjoint.
Pour présenter l’activité d’Évolution, Gilles Thomazo, administrateur et membre du bureau et Jean-Yves Dréau, directeur adjoint. - © Terra

"Nous sommes dans le top trois des plus grosses baisses d’IA en vingt ans", cadre Jean-Yves Dréau, directeur adjoint de la nouvelle coopérative Évolution. Elle est née de la fusion de Génoé, Urcéo et Amélis, le 21 juin dernier. Depuis lors, le leader français des métiers de la reproduction et de la génétique animales, s’est mise en ordre de marche, développant ses comités territoriaux, déployant une nouvelle organisation, harmonisant services et tarifs, avec une nouvelle instance de gouvernance. Les 27 réunions territoriales programmées depuis le 14 mars sur son territoire, ont été l’occasion d’en prendre la mesure. Sans surprise, la baisse d’activités entraîne celle du chiffre d’affaires de plus de 5,5 millions d'euros sur les 118 réalisés en 2016. Pas de quoi cependant mettre en péril Évolution "capable d’encaisser ce déficit tout en continuant de investir pour les prochaines années avec des tarifs reconduits", ont souligné ses dirigeants. "Avec une vraie ambition de s’internationaliser", a précisé Gilles Thomazo, membre du bureau.

L'activité en race laitière baisse

À la baisse globale des inséminations (-4,2 % d'IA totales), s’ajoute celle des constats de gestation et celle de l’utilisation de semences sexées (-16 %). A contrario, "avec une progression de plus de 3 %, le génotypage s’installe comme un outil important de pilotage des exploitations", souligne Jean-Yves Dréau dressant le bilan 2016. Avec -7,2 %, les inséminations avec des taureaux en races laitières marquent le pas. La baisse d’activité en races laitières ne sera pas sans conséquence. "Elle va se traduire par une baisse du nombre de laitières disponibles à la production de moins 70 000 femelles", prévient le directeur-adjoint d’Évolution. Effet auquel s’ajoute l’érosion de l’utilisation des semences sexées, se soldant par un déficit supplémentaire de 15 000 femelles. "Ce n’est pas rien". En effet, en tenant compte d’un taux de renouvellement de l’ordre de 30 % sur un cheptel de 1,4 million de vaches laitières sur la zone, ce sont 420 000 génisses qui sont nécessaires pour le maintien du potentiel de production. Faute d’IA réalisées, il en manquerait 20 %. Ainsi le cinquième de la production laitière pourrait être remis en cause sur le périmètre de la coopérative. Autre phénomène, les croisements industriels de type Blanc-Bleu sur les femelles laitières ont progressé de près de 14 %. Ainsi, l’augmentation prévisible du nombre de veaux croisés, "+ 50 000, ne sera pas anodine sur le prix du veau blanc-bleu qui a déjà baissé".

Affûter sa stratégie

Autant d’éléments qui doivent inciter, "à bien réfléchir à sa stratégie de renouvellement et le nombre de génisses à produire. Combien de vêlages chaque année, à quelle période, pour quelle qualité de lait optimale, pour honorer le contrat d’approvisionnement…", invitent les responsables de la coopérative qui notent le niveau "très élevé de génétique moyen diffusé" avec en Holstein, un index ISU de 178. Pour mieux répondre aux débouchés et amener de la différenciation, la coopérative travaille sur de nouvelles offres. "Faire une relation plus étroite avec les aspects éleveurs, marchés et demandes des consommateurs", note Jean-Yves Le Dréau sur le travail réalisé sur Génosanté, ayant abouti sur des index acétonémie et santé en races Holstein, Normande et Pie rouge. L’objectif ? Prévenir les problèmes de santé et les réduire. "L’impact de l’acétonémie peut se chiffrer sur un troupeau d’une centaine de laitières à une perte de 6 000 euros par an".

Ces éléments ont été présentés lors des 27 réunions locales donnant lieu à chaque fois à des visites (lire ci-contre). Données qui seront de nouveau commentées lors de l’assemblée générale de la coopérative, le 18 mai à Rennes.

 

Quelques chiffres


L’activité d'Évolution concerne sur sa zone 1 338 042 femelles en race laitière, dont 1 202 000 en race pure.

46 931 génotypages réalisés en 2016.

174 267 semences sexées.

 

Ouest Génis'

À Moréac (56), le centre d’allotement de Ouest Génis’, filiale que détient Evolution avec d’autres partenaires, a été présenté. Dédié à la commercialisation des jeunes femelles bovines de races laitières et allaitantes, Il est installé sur l’ancien site de Génoé. Les centres de Blain (44) et d’Étrelles (35) le complètent géographiquement pour le rassemblement des animaux de la zone Évolution. Après suivi par les services vétérinaires, du site, sont expédiés les camions capables de transporter 35 animaux sur une durée maximale de 28 heures (avec arrêts), vers leurs destinations. Le transport maritime depuis Sète prend éventuellement le relais. Ainsi, l’an passé, 15 220 animaux (soit 16 % de plus qu’en 2015) ont été expédiés principalement vers l’Espagne (3 300 têtes), premier acheteur puis le Maroc et l’Algérie (près de 1 800 chaque) et l’Italie (pas loin de 1 000) et enfin le Royaume-Uni. "On jongle avec tous ces pays pour trouver des débouchés", résume Gilles Serais, directeur de l’établissement de Moréac, dont l’activité a été impactée par la survenue de la FCO. "Nous avions un boulevard total vers la Grande Bretagne et l’Espagne. La FCO nous est tombée dessus le 10 novembre. Aujourd’hui, pour pouvoir continuer à commercialiser avec l’Espagne ou l’Italie, il faut des animaux vaccinés. Alors vaccinez pour retrouver des marchés",
a-t-il conseillé aux éleveurs présents.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui