Terra 01 août 2018 à 14h00 | Par Chantal Pape

5 ans plus tard, l'écotaxe est de retour ?

Demain, le collectif Vivre, décider et travailler en Bretagne organise un rassemblement à Guiclan. L'occasion, 5 ans après la chute du portique, de clamer haut et fort son refus d'une quelconque taxe ou vignette sur le transport.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le collectif Vivre, décider et travailler en Bretagne appelle à un grand rassemblement le 4 août prochain, 5 ans après qu'un "coup de vent" n'ait fait tomber le portique écotaxe de Guiclan.
Le collectif Vivre, décider et travailler en Bretagne appelle à un grand rassemblement le 4 août prochain, 5 ans après qu'un "coup de vent" n'ait fait tomber le portique écotaxe de Guiclan. - © Chantal Pape

"L'écotaxe ? On a commencé à en entendre parler lors du Grenelle de l'environnement, en 2008", rappelle Thierry Merret, l'une de chevilles ouvrières des Bonnets rouges. Elle met du temps à voir le jour et c'est le gouvernement Hollande qui hérite du dossier, début 2012. Dans le Finistère, les portiques se construisent début 2013 à Guiclan, Pont de Buis et Melgven. "Dans le même temps, l'économie souffrait, avec des menaces sur l'emploi chez Gad, à Lampaul Guimiliau, Tilly-Sabco à Guerlesquin, Marine Harvest à Poullaouen et Doux à Châteaulin".

Jamais été entendus

Il n'en faudra pas plus pour déclencher la colère de l'agriculture et l'agroalimentaire. "Nous avions alerté les pouvoirs publics, tempête Corinne Nicole, ex salariée Tilly Sabco. On n'a jamais été entendus". Un "coup de vent" emporte le portique de Guiclan le 2 août 2013. Et les manifestations s'enchaînent à Pont de Buis, le 12, 19 et 26 octobre, avant deux grands rassemblements, à Quimper le 2 novembre puis à Carhaix le 30 novembre. "Un mouvement unitaire, rassemblant l'agriculture, la pêche, l'agroalimentaire, le transport, les petites entreprises, patrons, salariés... Et simples citoyens venus exprimer leur ras-le-bol", détaille Thierry Merret.

Ni taxe ni vignette

Cinq ans plus tard, tous les responsables du collectif en sont convaincus, l'écotaxe est en train de refaire surface, d'une façon ou d'une autre. "On nous parle d'une vignette. Ou de taxer le véhicules en transit, ce qui est anti-européen". Une écotaxe dont ils ne veulent à aucun prix. "Nous voulons conserver la vitalité de tous nos territoires, ce qui implique des routes et du transport", explique Jean-Pierre Le Mat, chef d'entreprise en Côtes d'Armor. "Et nous sommes terre d'expédition, rajoute Thierry Merret. Il faut trouver d'autres solutions". Le rassemblement anniversaire du 4 août prochain à Guiclan n'a pas d'autre objectif que "de rappeler à Paris de ne pas oublier de nous demander notre avis avant de prendre une décision qui nous concerne".

"Nous voulons aussi attirer l'attention sur les six personnes condamnées à verser solidairement plus de 522 000 € à l'Etat, indique le collectif. Elles ne sont pas plus responsables que les autres. Il est hors de question qu'elle paient". Mais avec le rejet de leur pourvoi en cassation, en mars dernier, tous les recours ont été épuisés.

 

Pratique

 

Le rendez-vous est fixé de 11h à 14h sur l'aire de covoiturage de Kermat, à Guiclan

Grand parking à proximité

Restauration sur place

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes