Terra 08 novembre 2018 à 09h00 | Par Chantal Pape

A Lopérec, du maïs ensilage en dérobée pour nourrir les brebis

Il avait déjà essayé de cultiver du soja. Toujours à l'affût de nouveautés, Gilles Morvan a voulu tester cette année un maïs conduit comme une dérobée après une orge. L'ensilage sera réalisé dans les jours qui viennent. Et le fourrage nourrira les brebis gestantes pendant l'hiver.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En ce début novembre, la parcelle a encore fière allure ! © Chantal Pape Semé le 13 juillet, le maïs est déjà bien développé le 22 juillet © Gilles Morvan Le 28 juillet, il avoisine déjà les 30 cm © Gilles Morvan Le grain est au stade laiteux © Chantal Pape

En ce début novembre, le maïs a encore fière allure, avec une végétation s'élevant à près de deux mètres de hauteur et des épis au stade laiteux. "On devrait ensiler cette semaine, prévoit Gilles Morvan, éleveur de brebis à Lopérec. Et on l'analysera pour connaître sa valeur alimentaire".

Toujours à l'affût de nouveautés, il a profité d'une récolte précoce de l'orge, au 11 juillet, pour implanter une dérobée d'un genre un peu particulier : un maïs ultra précoce, Zeta 140. "Je l'avais déjà utilisé l'an passé. Et j'avais constaté une maturité plus précoce d'un mois, m'obligeant à organiser mon chantier de récolte en deux fois. Cette année, j'ai voulu voir ce qu'il allait donner en le semant un mois plus tard".

Le semis a eu lieu le 13 juillet. "Cinq jours plus tard, le maïs était déjà sorti et rangé", indique l'éleveur. Et le 28 juillet, photos à l'appui, il mesurait 26 cm. "Au moment du semis, la terre était grasse et fraîche. Le maïs a profité de l'humidité du sol puis des fortes températures de l'été pour grandir", analyse l'agriculteur, qui a souhaité conduire sa culture comme une dérobée, sans engrais ni fumier, "juste avec un désherbant de pré-levée".

Un fourrage à moindre coût

Au final, le résultat est satisfaisant, avec un rendement qui devrait avoisiner les 6-7 t MS/ha, "autant qu'une prairie", et un grain au stade laiteux. Ensilé, il nourrira les brebis gestantes pendant l'hiver. "S'il fait beau au moment de la récolte, on pourra semer une céréale dans la foulée, indique Gilles Morvan, amusé de constater que dans ce cas, la terre sera restée vide deux jours cette année".

Gilles Morvan réfléchit déjà à la suite à donner. "Je pense renouveler l'essai l'an prochain, en séparant ma parcelle en deux, l'une recevant du fumier, l'autre non. Ca me permettra de voir si c'est parce qu'il avait faim que le maïs a végété à un moment donné". Mais déjà l'éleveur voit plus loin. "En cas d'évolution climatique, ce maïs me permettrait de faire du stock pour l'hiver à moindre coût". Avec un bémol, mais de taille... "Il faut une récolte précoce de l'orge, la première quinzaine de juillet, ce qui est loin d'être toujours le cas dans nos zones froides des Monts d'Arrée".

 

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui