Terra 12 juin 2019 à 12h00 | Par Arnaud Marlet

Agrial recrute des producteurs de lait de chèvre

Deux ans et demi après le lancement de son plan caprin, Agrial ambitionne de recruter encore une centaine de nouveaux éleveurs d'ici cinq ans. Pour susciter des vocations, des portes ouvertes étaient organisées le 7 juin chez Nathalie et Samuel Chouannière à La Bosse de Bretagne (35).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Nathalie et Samuel se sont lancés dans la production de lait de chèvre en 2016.
Nathalie et Samuel se sont lancés dans la production de lait de chèvre en 2016. - © Terra

Nathalie et Samuel Chouannière ont créé l'EARL Cap Breizh Saanen en janvier 2016, et se sont installés, après plusieurs tentatives depuis 2012, sur une ancienne exploitation bovins lait de 90 ha. Après des études agricoles, Samuel a d'abord travaillé dans une coopérative pendant 17 ans, en tant qu'inséminateur. Passionné par les chèvres, il commence à réfléchir à une installation en 2012. Très vite, il entraîne avec lui Nathalie, son épouse. "Pour moi, c'était un grand changement de vie, après avoir fait une formation d'assistante commerciale et avoir travaillé comme assistante dentaire", confie Nathalie. Finalement, les compétences de son époux dans la chèvre et la génétique, et les siennes dans la gestion administrative, vont s'avérer complémentaires. En septembre 2016, ils achètent 200 chevrettes Saanen à 8 jours, qui seront élevées dans un poulailler de 400 m² en location. "A partir du mois de novembre, Samuel a arrêté son activité professionnelle et s'est concentré sur les travaux d'aménagement et d'agrandissement de leur bâtiment", ajoute Nathalie. Elle, quitte définitivement son emploi d'assistante dentaire en août 2017, le temps de terminer les travaux et d'enregistrer l'arrivée de 240 chevrettes supplémentaires gestantes, provenant d'une pépinière "chevrettes de France". Enfin, en septembre 2017, c'est le début des mises-bas et de la production de lait.

Organisation du travail

Côté organisation du travail, Nathalie s'occupe de la traite du matin, de la gestion du logiciel Isachèvre, du suivi du troupeau et des mises-bas. Samuel prend en charge l'alimentation et le suivi des chèvres et des chevrettes, le paillage et le curage, ainsi que le suivi de la reproduction, de la génétique et des cultures. Enfin, une salariée à temps partiel fait la traite du soir du lundi au vendredi. Le couple est aujourd'hui ravi de ce parcours et de leurs choix, même si comme le précise Nathalie, "c'est une production qui demande beaucoup de travail, on note tous les petits détails. Cela demande beaucoup de surveillance et d'anticipation".

À l'occasion des portes ouvertes destinées à présenter sa filière caprine, Agrial confirme son objectif de recruter une centaine de nouveaux éleveurs d'ici cinq ans, soit 25 millions de litres de lait de chèvre. Le développement et la consolidation des approvisionnements est un enjeu majeur pour la branche lait de chèvre d'Agrial et intervient dans le contexte porteur d'un marché du fromage de chèvre en croissance régulière. (+1 %). "Je suis très confiant sur la dynamique de la filière. Les débouchés se sont accrus de manière structurelle depuis dix ans. Notre marque Soignon, leader européen des fromages de chèvres, a connu une croissance significative en 2018, forte d'une diversification réussie dans l'ultra-frais et du succès de ses nouvelles gammes autour de l'apéritif et du snacking", se félicite Mickaël Lamy, président du métier chèvre d'Agrial.

 

 

Les trois piliers du plan caprin

Les mesures d'accompagnement mises en place par Agrial pour soutenir le développement de sa filière caprine reposent sur trois piliers :

- Des aides dans le cadre de l'installation de nouveaux éleveurs (aides financières, formations...)

- Des aides au développement à destination de ses propres adhérents (accompagnement technico-économique, aides financières, formations, garanties de prix du lait)

- Un accompagnement pour faciliter la transmission des élevages.

 

 

L'EARL Breizh Saanen en bref

Le cheptel et la production de lait

- 470 chèvres en race Saanen en production sur la campagne 2018/2019

- 200 chevrettes élevées avec un objectif de 150 chevrettes élevées en 2019/2020, pour un taux de renouvellement proche de 25 %

- 975 litres de lait livré par chèvre en 2018/2019

- Prix moyen payé en 2018 : 734 euros/1000 l

L'assolement (SAU 82 ha dont 26,5 ha de SFP)

- 20 ha de festulolium + trèfle violet (une partie en foin et l'autre en bouchon déshydraté)

- 42 ha de blé + triticale (objectif : être autonome en paille et réutiliser une partie de la récolte en TAF)

- 13 ha de maïs grain consommé par les chèvres

- 6,5 ha de prairies naturelles + bandes enherbées

- Une grosse partie des travaux aux champs est déléguée à une ETA.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui