Terra 18 octobre 2017 à 08h00 | Par Thierry Merret

Allô le médiateur de la coopération agricole ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Thierry Merret, président de la FDSEA 29
Thierry Merret, président de la FDSEA 29 - © FDSEA29

Durant les Etats généraux de l’alimentation (#EGAlim), la plupart des acteurs de la filière sont apparus pétris de bonnes intentions à l’égard des agriculteurs. Simple affichage ou sens soudain de la responsabilité ? Gardons le bon état d’esprit qui a présidé durant ces EGAlim, et gageons, comme le souhaite le Président de la République, sur une responsabilisation des acteurs de la filière. Voilà pour le politiquement correct… mais ce n’est pas franchement l’habitude de la FDSEA du Finistère. La coopération agricole était bien entendu présente dans les différents ateliers des EGAlim.

Dans un communiqué daté du 2 octobre dernier, Coop de France "réaffirme les principes fondateurs de la coopération en prenant des engagements concrets pour garantir une rémunération équitable des associés coopérateurs et renforcer la transparence dans leurs relations avec la coopérative". Devons-nous en déduire que ce n’était pas le cas jusqu’à présent ? Devons-nous en déduire que les obligations parfois imposées en matière de contractualisation ont de fait donné plus de transparence aux relations entre producteurs et industriels privés qu’entre les coopératives et leurs adhérents ? Et que devons-nous en déduire sur la gouvernance des coopératives agricoles ? Il y a vraiment de quoi être inquiet ! La coopération, qui se targue d’être la forme la plus aboutie de l’organisation des producteurs, a ni plus ni moins été poussée dans ses retranchements et acculée à plus de transparence envers ses adhérents durant les EGAlim !

En 2011, la FDSEA avait bien évidemment dénoncé la contractualisation individuelle obligatoire. Mais la FDSEA avait aussi pointé du doigt la manière dont nombre de coopératives s’étaient mises en marge, pour ne pas dire hors la loi, des obligations de transparence liées à la contractualisation. Il fallait alors être bien courageux pour oser saisir le médiateur de la coopération agricole ! A l’époque, la FDSEA avait accompagné ces agriculteurs courageux. Mais soyons soulagés : il y aura bientôt un numéro vert pour appeler un médiateur !

Cela fait des années que la FDSEA exhorte à une organisation de la production centrée sur la coopération, avec un pacte social et un engagement renouvelés, pour que le terme d’associé coopérateur retrouve ses lettres de noblesse. Il est inacceptable qu’aujourd’hui encore, des coopératives refusent de solliciter l’agrément en tant qu’organisation de producteurs. Auraient-elles des doutes sur l’issue de leur demande ? Dérives des accords de collecte, opacité sur l’approvisionnement des exploitations en fournitures, refacturation des compléments de prix : en 2018, les coopératives peuvent continuer à prendre des engagements en matière de transparence et de rémunération équitable des associés coopérateurs !

Les conclusions des EGAlim sont une chose. La voix et l’engagement des coopérateurs dans leurs outils en est une autre : la coop, c’est nous !

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes