Terra 05 octobre 2018 à 08h00 | Par Chantal Pape

Apprendre aux jeunes à conduire le tracteur en toute sécurité

Depuis 1972, l'opération Dix de conduite rurale se déplace dans les lycées agricoles et forestiers pour sensibiliser les jeunes, agriculteurs et salariés d'exploitations de demain, à la conduite en sécurité des engins agricoles. La semaine dernière, les CRS et leurs tracteurs étaient au lycée du Nivot, à Lopérec (29).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Parmi les  épreuves, les jeunes doivent changer de place 
une balle de foin en toute sécurité.
Parmi les épreuves, les jeunes doivent changer de place une balle de foin en toute sécurité. - © Terra

Ce matin-là, emploi du temps un peu particulier pour la classe de première du lycée agricole du Nivot, à Lopérec : c'est avec quatre CRS qu'ils passeront la journée, pour une sensibilisation à la conduite en sécurité des engins agricoles. Au programme : une partie théorique, en classe, sur le code de la route appliqué à la conduite d'engins agricoles, et une partie pratique, sur piste et avec deux tracteurs, sur les règles de sécurité.

"On commence par une présentation du tracteur, l'éclairage, la signalisation", explique Pascal Calleja, l'un des CRS. Puis c'est au tour du tableau de bord et ses témoins d'alerte. "En stage, ils peuvent être amenés à conduire un tracteur qu'ils ne connaissent pas. Il faut qu'ils aient acquis les bons réflexes". Et de citer un tracteur à l'arrêt, "avec frein de parking et sans vitesse engagée". C'est aussi l'occasion de faire le point sur le carnet d'entretien, "qui peut permettre d'anticiper certains soucis".


Un œil dans le rétroviseur

Puis, tour à tour, chaque élève va devoir conduire les deux tracteurs, pour les épreuves de maniabilité, avec un chargeur et une balle de foin à déplacer d'un endroit à l'autre, et de conduite d'un engin attelé, avec un round baller. "Les jeunes ont tendance à partir de suite, constate Pascal Calleja. Il leur faut d'abord jeter un œil dans le rétroviseur pour s'assurer qu'il n'y a personne autour du tracteur, afin de pouvoir manœuvrer sans danger". L'occasion aussi de préciser que le chargeur doit être en position basse sur route, en position haute au stop...

Une fois l'exercice terminé, le tracteur est arrêté. "Là encore, il leur faut apprendre à s'organiser ! Il y a un ordre de priorité : d'abord mettre l'engin en sécurité puis s'occuper des accessoires". Des notions auxquelles ils ne prêtent pas forcément attention. "C'est un peu comme les bons gestes et postures à adopter au travail".


Descendre face à la cabine

L'épreuve finie, reste à descendre du tracteur. "Face à la cabine", martèle Pascal Calleja, quand bien des jeunes ne prennent même pas la peine d'utiliser les marches mais sautent directement au sol, dos au tracteur. Un comportement fortement pénalisé, 10 points sur les 20 qu'ils ont pu obtenir lors de l'épreuve. "À la longue, il peut provoquer des soucis articulaires aux chevilles, genoux ou lombaires". Sans oublier l'entorse en se réceptionnant mal. "Si nous sommes si sévères sur ce poste, c'est parce que nous avons constaté que, chez les routiers, 93 % des accidents du travail avaient lieu lors de l'accès à la cabine. Autant prendre de bonnes habitudes !".

Un avis que partagent les jeunes. "C'est bien", confirment-ils, unanimes, une fois les épreuves terminées. "On m'a mis sur un tracteur tout jeune, sans m'expliquer tout ça, indique l'un d'entre eux. Descendre face à la cabine, par exemple, j'y avais jamais pensé". Pourtant, le prof de machinisme l'assure, ces consignes, il n'a de cesse de les rabâcher d'un bout à l'autre de l'année. "Mais venant d'un CRS, en uniforme de surcroît, elles ont nettement plus de portée".

 

 

 

Sélectionnés tout au long de l'année scolaire, les trois meilleurs de chaque région s'affrontent lors de la finale nationale Dix de conduite rurale, qui se tient durant les Terres de Jim, la finale nationale de labours, organisée par les JA.
Sélectionnés tout au long de l'année scolaire, les trois meilleurs de chaque région s'affrontent lors de la finale nationale Dix de conduite rurale, qui se tient durant les Terres de Jim, la finale nationale de labours, organisée par les JA. - © Terra

Quatre partenaires

"Cette opération Dix de conduite rurale a démarré en 1972, raconte Pascal Calleja. Et depuis plus de quarante ans, les partenaires n'ont pas changé ! Groupama gère la piste et conçoit les outils pédagogiques. Claas livre tous les ans tracteurs, chargeur et presse à balles rondes. Total fournit lubrifiants et carburant. Et la Police nationale anime la piste, avec huit CRS qui s'y relaient d'un bout à l'autre de l'année scolaire". La piste sillonne la France et s'installe pour une semaine dans une quarantaine d'établissements scolaires qui y inscrivent cinq classes, une par jour.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
L’actualité en direct
Infos techniques terra sur Synagri

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui