Terra 09 octobre 2014 à 08h00 | Par Olivier Allain

Argent public : quelle utilisation ? Pour quelle efficacité ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
olivier Allain président de la Chambre d'agriculture 22
olivier Allain président de la Chambre d'agriculture 22 - © terra

La semaine dernière, le seuil des 2 000 milliards d'euros de dettes fran- çaises vient d'être dépassé allègrement. Depuis 2005 et la publication du rapport Pebereau, les différents ministres de l'économie qui se sont succédé nous promettaient la sortie de cette spirale infernale de l'endettement !

L'injection de l'argent public dans les grands secteurs économiques, que ce soit au niveau européen ou national, peut être pertinente. Airbus Industrie en est l'exemple même. Il y a 30 ans, il était encore inexistant par rapport à Boeing. Aujourd'hui, il lui tient la dragée haute, le dépassant en partie grâce à cet argent public bien utilisé... La PAC également a permis de passer d'une agriculture "vivrière" à une agriculture reconnue comme l'un des fleurons de l'économie française, très exportatrice, tout en étant un acteur fort du développement de nos territoires ruraux, grâce à la transformation de nos produits.

Aujourd'hui, le Crédit d'Impôt Compétitivité Emploi (CICE) d'un montant d'environ 20 milliards d'euros par an, mesure phare du gouvernement pour redonner de la compétitivité aux entreprises et financé par la TVA, doit nous interpeller. Le dispositif bénéficie à toutes les entreprises, y compris à celles non soumises à la concurrence internationale, dont la grande distribution. Cette dernière va en effet bénéficier de plusieurs centaines de millions d'euros d'aide publique dans le cadre de ce CICE.

Cette situation est particulièrement ubuesque quand on sait que ce genre d'entreprises ne peuvent être délocalisées par nature, que leurs résultats et leurs marges sont excellents et qu'elles pressurisent toujours plus, sans vergogne, notre industrie agroalimentaire... Pendant ce temps-là, une entreprise comme Tilly Sabco qui a besoin de 30 millions d'euros d'aides publiques par an (les restitutions à l'exportation) pour maintenir près de 3 000 emplois en amont et en aval de la production, ne peut plus bénéficier de ces aides depuis juillet 2013. Simplement scandaleux !!

Je pense qu'il est urgent de mettre sur les rails une réforme totale de la fiscalité et des aides publiques qui privilégie enfin les entreprises réellement soumises à la concurrence internationale. Nous devons accopagner celles qui innovent, qui investissent dans le champ du développement durable et non celles qui

utilisent les effets d'aubaine, les rentes de situation et les bonus aux actionnaires. L'argent public investi est utile et indispensable à conditions qu'il soit lisible, efficace et juste.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes