Terra 14 décembre 2017 à 08h00 | Par Emmanuelle Le Corre

Arrêt du réseau de surveillance "sentinelle" FCO en Bretagne

La direction générale de l’administration via l’arrêté ministériel du 16 novembre 2017 a décidé d’élargir à toute la France la zone réglementée FCO pour le sérotype 8. Prenant acte de la décision prise, le GDS Bretagne propose de venir en appui aux élevages concernés en Finistère et à l'ouest des Côtes d'Armor.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Une décision administrative a signé l'arrêt de la "zone indemne" et le passage en "zone réglementée" FCO pour le sérotype 8, une exception encore vigeur dans le département 29 et à l’ouest du département 22, dernier village gaulois à résister. "La problématique, c'est le délai de deux mois par rapport à l'export", notent Thierry Le Fahler et Thierry Le Druillennec de GDS Bretagne.

Une décision sans consultation

"Cette décision a été prise par l’administration à Paris, sans concertation avec GDS Bretagne et l'administration locale", commente Thierry Le Falère, en charge de la veille sanitaire. "Nous étions en train de relancer le réseau sentinelle avec l'administration locale, qui devait être opérationnel fin novembre". Pour rappel, en novembre 2016, la survenue d'un cas de FCO sérotype 8 détecté en Loire-Atlantique, entraînait la mise en place d'une zone de surveillance dans un rayon de 150 km. Le Morbihan, l'Ille-et-Vilaine et la moitié des Côtes-d'Armor passaient en zone réglementée. Dans le Finistère et l'ouest des Côtes-d'Armor est demandé un plan de surveillance qui comprend tous les mois les analyses de sang de 20-25 bovins dans neuf élevages volontaires sur les quatre départements bretons. Géré par l'administration avec l'aide de GDS Bretagne, le réseau sentinelle connaissait un essoufflement. GDS Bretagne avait demandé une meilleure indemnité des élevages (passage de 50 à 100 €/série de prélèvement) et une adaptation du réseau de surveillance. "Certes le réseau sentinelle n'était pas de 100 % début octobre mais l'était en novembre. Il n'a pas été tenu compte du travail réalisé localement".

Un appui aux éleveurs

À GDS Bretagne, il est pris acte de la décision, l'urgence étant de venir en appui aux éleveurs concernés. Qui est impacté ? Les éleveurs dont les animaux - bovin viande, génisse, vache laitière - sont vendus à l'export. "Vous êtes éleveur de bovins viande, vos animaux devaient partir pour l'Italie le 20 novembre : ils ne partent plus car pour une primo-vaccination, ce sont deux vaccins à 3-4 semaines d'intervalle, plus un délai selon les accords des pays destinataires", décrit Thierry Le Fahler.

Concernant les broutards, vendus sur le marché type Italie, il est conseillé de les vacciner en préventif, la vaccination courant sur une année. À noter la prise en charge du vaccin par l'État mais non l'acte de vaccination. Les éleveurs peuvent se renseigner directement soit auprès de l'administration, soit du GDS Bretagne ou consulter l'outil sur le site internet du GDS ("espace éleveur"), informant des règles de mouvement, selon la commune de départ, d'arrivée, le type de transaction...

Pour rappel, suite à la découverte d’un foyer de FCO sérotype 4 en Haute-Savoie en novembre 2017, un zonage a été mis en place.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes