Terra 14 février 2014 à 08h00 | Par Actuagri

Au congrès FNB, les éleveurs sur leur faim

Le ministre de l’Agriculture n’a pas répondu aux interrogations des éleveurs de la Fédération nationale bovine réunis en Congrès aux Sables d’Olonne en Vendée, les 5 et 6 février. Ils voulaient surtout en savoir plus sur le montant de la prime au-delà des quarante premières vaches.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Très attendu sur le montant de la prime à la vache allaitante, le ministre de l’Agriculture n’a pas répondu aux espoirs des éleveurs. S’il a confirmé que son niveau sera de 200 euros par vache pour les 40 premières têtes, il s’est surtout efforcé de démentir le chiffre de 60 euros au-delà de ce seuil qui circulait dans l’assistance. "Au-delà, ce ne sera pas 60 euros, ce sera plus. Jamais il n’a été dit, ni écrit, ni calculé un tel chiffre au ministère", a-t-il asséné. Interpellé par la salle pour être plus précis au-delà de la quarantième vache, Stéphane Le Foll s’est montré ouvert à la discussion, tout en réaffirmant sa volonté de mettre en place un système de référence individuelle basé sur les animaux présents en 2013.  Certaines exploitations détiennent plus de vaches que de primes, a-t-il fait remarquer. Il n’a pas exclu, non plus, de reprendre à son compte la proposition de la FNB de cibler l’aide sur les éleveurs spécialisés. "L’évolution de la PMTVA est une opportunité pour mieux coller à la réalité des exploitations, mais cette évolution ne doit pas déstabiliser certains systèmes. Nous travaillons activement pour fixer les derniers paramètres, qui ne doivent pas pénaliser les exploitations spécialisées et professionnelles", a déclaré le ministre. Quelques instants plus tôt, Pierre Chevalier, le président de la FNB, avait demandé à ce que "au-delà des 40 vaches, les aides soient réorientées uniquement vers les éleveurs spécialisés en viande", en excluant ceux qui exercent en parallèle une autre activité plus lucrative comme les céréales. "Il y a 643 millions d’euros à distribuer : 150 euros par vache au-delà des 40 premières nous semble un bon chiffre", a-t-il précisé. Incertitude également sur la répartition de l’enveloppe de 150 millions d’euros pour le plan protéines. Le président de la FNB estime que les deux tiers de l’enveloppe doivent être ciblés sur les éleveurs.

En revanche, comme le souhaitait la FNB, le ministre a également annoncé la création d’une cellule export, associant les pouvoirs publics et la filière. Elle déclinera les priorités à l’export dans la prolongation de l’exercice mené à FranceAgriMer sur les objectifs stratégiques de la filière. Par exemple dans le Maghreb ou en Europe centrale et de l’Est. L’exportation, notamment vers l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient "aidera à construire la filière et à valoriser nos races", a assuré le ministre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui