Terra 14 juin 2018 à 08h00 | Par Arnaud Marlet

Avec Cogedis, concilier performances économiques et transition écologique

Le groupe Cogedis, qui conforte cette année sa zone d'action, a invité ses adhérents pour son assemblée générale organisée à Pacé (35) le 7 juin à une conférence sur le thème : concilier performances économiques et transition écologique. Si les modes de consommation évoluent, les systèmes de production et de commercialisation suivent.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'assemblée générale a permis de faire le point entre la nécessaire conciliation des enjeux écologiques et les performances économiques des entreprises.
L'assemblée générale a permis de faire le point entre la nécessaire conciliation des enjeux écologiques et les performances économiques des entreprises. - © Terra

Avec 19 000 adhérents, dont la moitié d'agriculteurs, 85 agences réparties sur 33 départements, le groupe Cogedis conforte sa position, avec une croissance de 4 % des activités, et un chiffre d'affaire de 75 millions d'euros. "Nous continuons notre transformation numérique en proposant aux entrepreneurs et agriculteurs une nouvelle approche de la comptabilité dématerialisée permettant de s'affranchir des contraintes du papier pour recentrer nos actions vers le pilotage et le conseil", explique Philippe Le Roux, directeur général de Cogedis.

À l'occasion de son assemblée générale, Cogedis a donc choisi d'inviter Pascale Hébel, directrice du pôle consommation et entreprise du Crédoc, et Dominique Tristant, directeur de la ferme de Grignon AgroParisTech, en vue de faire le point sur la nécessaire conciliation entre les enjeux écologiques et les performances économiques des entreprises.

Tendances de consommation

Quelles sont les grandes tendances de consommation des Français et les opportunités que cela représente pour les entreprises et le monde agricole ? Pour Pascale Hébel, les tendances de consommation sont impactées par deux mouvements : des modifications générationnelles qui sont structurelles d'un côté, et des ruptures de tendances de l'autre. "Au niveau structurel, on est depuis 2004 dans la notion d'alimentation durable, appuyée par des politiques de territoires", explique l'économiste. Et d'ajouter : "On note une montée de la préoccupation environnementale, surtout chez les nouvelles générations". Croissance du bio, circuits courts ou encore traçabilité, l'alimentation se veut désormais durable et locale. Dans le même temps, la confiance des consommateurs est souvent entamée et il convient de répondre à ces interrogations. Avec des différences culturelles. Ainsi, dans les pays du Nord de l'Union européenne les risques perçus comme les plus inquiétants se situent au niveau du bien-être animal, alors que dans les pays du Sud c'est davantage la notion de risques sanitaires qui est mise en avant. En France, comme en Allemagne, le principal risque pointé par les consommateurs concerne l'utilisation des produits chimiques. Autant de tendances de fond qui évoluent avec le temps. Mais l'évolution de la consommation est aussi nourrie de changements plus brutaux, résultats notamment d'événements médiatiques qui s'enchaînent de plus en plus vite sur l'alimentation. Toutes ces évolutions doivent être prises en compte.

Évolution des modèles agricoles

Autre exemple avec la ferme de Paris Grignon qui concilie recherche de performances économiques et prise en compte des enjeux sociétaux. Dominique Tristant, à travers la présentation des actions mises en œuvre sur la ferme de Grignon a mis en avant l'évolution des modèles agricoles, à l'heure où les consommateurs sont sensibilisés aux questions environnementales et où les agriculteurs font face à une forte volatilité des cours. Bilan carbone, transformation à la ferme, méthanisation, vente directe ou sur le marché spot... La ferme du Grignon est un véritable laboratoire pour démontrer que les systèmes agricoles peuvent construire un nouveau modèle économique tout en s'adaptant aux exigences environnementales. "S'interroger sur les évolutions structurelles qui touchent les professionnels et les agriculteurs fait partie de notre ADN. Notre priorité, c'est d'anticiper les problématiques auxquelles les clients vont être confrontés pour mieux les accompagner, en apportant les meilleurs conseils au meilleur prix", a conclu Pierre Rouault, président de Cogedis.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes