Terra 12 juillet 2018 à 08h00 | Par Julien Piro

Avec Gaspard Fourchette, Be Reizh continue de grandir

Be Reizh, le "Produit en Bretagne" en bio vient de faire entrer son onzième partenaire dans son réseau. Il s’agit de Gaspard Fourchette, la marque "produits transformés" du groupement de producteurs Bretagne Viande Bio.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Delphine Koffi, animatrice du groupement et de la marque Gaspard Fourchette.
Delphine Koffi, animatrice du groupement et de la marque Gaspard Fourchette. - © Terra

Be Reizh, la marque collective de l’interprofession bretonne du bio (Initiative Bio en Bretagne) compte un onzième partenaire depuis quelques semaines. Il s’agit de Gaspard Fourchette, la marque créée en début d’année par le groupement de producteurs Bretagne Viande Bio (Le Faouët). L’annonce a été faite chez l’éleveur ovin Thomas Raiffe, sur la commune de Pleugriffet, jeudi 5 juillet, en présence de différents partenaires de la marque collective Be Reizh (lire encadré). Thomas Raiffe est membre du bureau de Bretagne Viande Bio qui regroupe près de 400 éleveurs dont 300 en viande bovine. Si l’écoulement de la viande bovine ne pose aucune difficulté sur le marché du frais en bio, il en va autrement pour les ovins, les veaux et les lapins à certaines périodes de l’année. "C’est pourquoi BVB a eu l’idée de lancer en début d’année la marque pour transformer ces viandes en rillettes, terrines de pâté et plats cuisinés en bocaux", explique Delphine Koffi, animatrice du groupement et de la marque Gaspard Fourchette. Un conseiller culinaire a été mis à contribution. Il a concocté de savoureuses recettes (d’agneau, de lapin, de porcs) à partir d’animaux abattus à l’abattoir du Faouët -avec des ingrédients locaux et des épices du commerce équitable- et transformés en prestation de service à la conserverie de Langonnet.

 

Deux ans de réflexion

Dans la foulée, le groupement a rapproché Gaspard Fourchette de Be Reizh. La marque collective ("responsable" en breton) se veut l’identifiant des produits bios et bretons. Elle porte tout à la fois des valeurs identitaires et de production : bio bien sûr, mais aussi ayant un impact positif sur l’activité économique du territoire (emplois basés dans la Bretagne historique, Loire-Atlantique comprise). C’est Initiative Bio en Bretagne qui a lancé cette marque fin 2016, après deux ans de réflexion. Deux ans au cours desquels les acteurs du bio ont été sondés. Un sondage conduit auprès des consommateurs sur leur attachement aux produits locaux générant des emplois localement ont fini de convaincre IBB de mettre Be Reizh sur les rails. Dans d’autres régions, les interprofessions du bio avaient déjà lancé leur identifiant régional du bio, comme dans les Pays de la Loire, l’Occitanie ou la région Rhône Alpes. Le "Produit en Bretagne" du bio (Produit en Bretagne existe depuis 1993) compte aujourd’hui onze partenaires, dont Gaspard Fourchette, pour deux cents références au total.

 

En grandes surfaces comme en magasins spécialisés

IBB communique régulièrement pour soutenir sa marque, fournissant des kits de communication aux entreprises. Elle multiplie les rencontres avec les consommateurs et prévoit de lancer un site Internet dédié prochainement. En cours de déploiement, la marque Gaspard Fourchette n’a réalisé, quant à elle, que quelques ventes pour l’instant dans une vingtaine de points de vente, des magasins spécialisés, des épiceries fines et des cavistes. "Une vingtaine d’agneaux ont tout de même été valorisés, ce qui nous a permis de les vendre sur le marché du bio en appertisé puisque le marché du frais ne pouvait pas les acheter", explique l’éleveur Thomas Raiffe. À n’en pas douter, l’estampille Be Reizh devrait développer le chiffre d’affaires de Gaspard Fourchette. Elle a déjà une vertu : celle de renforcer les liens entre les transformateurs du bio dans un réseau de savoir-faire. Par exemple, Gaspard Fourchette s’approvisionne en légumes bios chez un membre d’IBB, ou fabrique ses bocaux chez un autre. IBB ne va pas en rester là avec sa marque collective. Elle espère doubler le nombre de ses partenaires d’ici deux ans.

Thomas Raiffe, éleveur ovin à Pleugriffet, est membre du bureau de Bretagne Viande Bio.
Thomas Raiffe, éleveur ovin à Pleugriffet, est membre du bureau de Bretagne Viande Bio. - © Terra

Be Reizh, une marque collective pour le produit bio en Bretagne

Il y toutes sortes de produits dans Be Reizh : des glaces (Jampi Glacier), des verrines de légumes (La Marmite Bretonne), du poisson fumé (Le Fumoir des Vallons), des produits de viande (Conserverie Kervern récemment rachetée par Hénaff ; Gaspard Fourchette), des produits laitiers (Laiterie de Kerguillet), des farines (Le Moulin de Quincampoix ; Minoterie Prunault), du cidre (Le P’tit Fausset), du café d’orge (Orgé), des graines à déguster (Krazan).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui