Terra 10 avril 2019 à 14h00 | Par Emmanuelle Le Corre

Breiz COP : l'agriculture appelée à se mobiliser

Après les collectivités, les entreprises..., le président de la Région Bretagne invite l'agriculture à s'engager dans la Breiz COP. Secteur clé dans la transition énergétique et climatique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le président de la Région Loïg Chesnais-Girard entouré au  premier plan par André Sergent, président de la chambre d'agriculture régionale, d'Olivier Allain, vice-président du conseil régional en charge de l'agriculture, de Didier Lucas et Loïc Guines, présidents des chambres 22 et 35, ainsi que Gilbert Brouder, président de l'UCPT.
Le président de la Région Loïg Chesnais-Girard entouré au premier plan par André Sergent, président de la chambre d'agriculture régionale, d'Olivier Allain, vice-président du conseil régional en charge de l'agriculture, de Didier Lucas et Loïc Guines, présidents des chambres 22 et 35, ainsi que Gilbert Brouder, président de l'UCPT. - © Terra

C'est maintenant officiel : l'agriculture s'engage dans la Breizh COP au côté de la Région. Après avoir visité la salle des ventes de l'Union des coopératives de Paimpol et Tréguier (UCPT) à Paimpol ; échanger sur l'avenir du Coco de Paimpol et l'installation des jeunes légumiers, le président de la Région, Loïc Chesnais-Girard, a lancé un appel au monde agricole afin qu'il s'engage dans la Breizh COP, le 4 avril dernier. Une demande accueillie par André Sergent, président de la chambre régionale d'agriculture, accompagné d'une délégation composée de Didier Lucas et Loïc Guines, respectivement présidents des chambres Côtes d'Armor et Ille-et-Vilaine ainsi que du président de l'UCPT, Gilbert Brouder.

Gaz à effet de serre : les solutions existent

Le président de la Région, après les entreprises bretonnes, les élus locaux, les intercommunalités, appelle les agriculteurs à se fédérer et se mobiliser autour de la Breiz COP, un projet d'envergure pour la Bretagne associant toutes les parties prenantes autour d’un projet de développement durable, d'ici 2040. "On veut que la Bretagne reste une terre agricole. On est fier de cette production de masse mais avec une conscience absolue de s'adapter en raison du changement climatique et de la demande du consommateur", a rappelé le président de la Région. Un message reçu cinq sur cinq par André Sergent, affirmant que l'agriculture a la capacité de livrer une multitude de solutions. "Les gaz à effet de serre, oui on en émet mais nous avons aussi une multitude de solutions ! J'entends des voix sur le volet agricole dire : "dégager les bovins et il n'y aura plus de problèmes !". Mais on a des solutions : pour les légumes et les pesticides, les serristes et la production d'énergie ; le lait bas carbone en filière élevage. On peut et on doit produire dans le principe, un produit avec moins d'intrants".

Une des premières mesures de bon sens concerne l'enjeu du foncier agricole : outre sa préservation, les représentants agricoles veulent mettre l'accent sur l'importance de l'échange foncier et du regroupement des terres dispersées. Un bon moyen de réduire l'empreinte carbone par exemple. Mais ces agriculteurs-élus ont adjoint aux discours un message plus terre à terre, celui de ne pas perdre le sens économique. "Il faut mettre tout cela en musique et défendre notre logique économique".

 

 

 

La coopérative légumière UCPT mise en lumière

Loïg Chesnais-Girard a souhaité mettre en lumière le mode d'organisation collective des producteurs de légumes de Saint-Malo à St Pol de Léon en passant par Paimpol. Citant une "stratégie collective remarquable", un "modèle à mettre en avant", louant "la haute technicité", "l'expérimentation" mais aussi "la beauté des produits".

En ce printemps, les légumiers eux s'inquiètent des caprices du climat. Des hivers doux, des printemps alternant le chaud et le froid. Aujourd'hui les cultures ont pris de l'avance avec pour risque qu'une grosse gelée vienne tout balayer. "Beaucoup s'interrogent sur le bouleversement climatique", souligne Gilbert Brouder, président de l'UCPT.

L'UCPT produit 180 000 tonnes de légumes frais par an, fait vivre 600 familles d'agriculteurs, 1 000 salariés en plein champ, 700 en serres et 140 dans les 4 stations de conditionnement et les services de la coopérative.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui