Terra 09 janvier 2019 à 14h00 | Par Jean Dubé

Chambres d'agriculture : l'heure du choix et du vote

Dans quelques jours, le "matériel de vote" dédié aux élections aux chambres d'agriculture, arrivera dans les exploitations. Voter, c'est important, mais comment ? Pour quelle liste ? Pour quel programme ? Quelle ambition ? Terra continue de s'investir dans ce débat. Nous avons fait le choix de poser aux trois listes en présence sept questions identiques sur les mêmes thèmes, de la PAC, à l'environnement, en passant par les services et les rôles des chambres d'agriculture. La Confédération paysanne Bretagne, la Coordination Rurale Bretagne, la FRSEA/JA Bretagne ont accepté de répondre à nos questions. Nous en publions leurs réponses intégrales dans ce numéro. Dans quelques jours, vous pourrez poster votre bulletin de vote papier ou l'adresser par voie électronique. Terra vous donne toutes les clés pour participer.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Terra

La campagne "officielle" pour les élections aux chambres d'agriculture est lancée depuis début janvier. Dans chaque département, toutes les listes de candidature ont été validées par les services préfectoraux et officialisées par leur publication. Chacune de ces listes est présentée dans le détail en pages départementales de Terra (pour les collèges chefs d'exploitation, anciens exploitants, salariés de la production agricole et salariés des groupements professionnels agricoles). Depuis la mi-décembre, des "petites mains" se sont affairées à compiler et mettre sous enveloppe l'ensemble du matériel de vote avant distribution postale à tous les électeurs bretons inscrits sur les listes électorales.

 

Une nouvelle photographie du paysage agricole

En glissant leur bulletin dans l'urne ou en transmettant leur vote par voie électronique (voir infographie page 5), les agriculteurs vont réaliser une nouvelle photographie des forces en présence dans le monde agricole. Personne ne se risque vraiment aujourd'hui à réaliser un pronostic tant les inconnues et les risques d'erreurs de l'équation sont grandes !

La simple prolongation jusqu'à 2019 des tendances du vote observées entre les scrutins de 2007 de 2013 ne pourrait être considérée comme une base suffisante. Une seule certitude, les résultats seront publiés officiellement le 8 février 2019 au pus tard.

Le paysage syndical est aujourd'hui "stabilisé" et dans chaque département - à de rares exceptions près au niveau national - les mêmes forces en présence se partageront les suffrages des électeurs. Et si, dans les années 2000, l'émergence d'une "nouvelle offre" au travers de la Coordination rurale avait rogné les scores de la FNSEA, il sera intéressant d'observer les évolutions de la répartition des scores électoraux entre Coordination rurale et Confédération paysanne, les deux syndicats se partageant aujourd'hui le rôle d'opposant.

Ce scrutin sera surtout l'occasion d'observer l'image du syndicalisme agricole. Comme tous les syndicats en France, il est confronté à un affaiblissement du dynamisme en interne, mais dans le monde agricole le phénomène se double d'une évolution fondamentale du public agricole et de ses préoccupations. Le niveau de formation des chefs d'entreprises s'est élevé, passé en trente ans de 10 à 40 % d'agriculteurs installés avec un niveau BTS.

Par ailleurs, production par production, les difficultés se sont accumulées et on a assisté à un éclatement des modes d'organisation du monde agricole, des modes de production, en plus d'une évolution démographique exceptionnelle sur ces vingt dernières années.

Le premier chiffre à observer et le premier enjeu de ces élections sera donc le taux de participation. La campagne électorale ne semble pas aujourd'hui soulever d'engouement formidable au delà des cercles d'initiés, mais il reste encore près de vingt jours de campagne !

 

Un contexte anti-institutionnel

Ce sera probablement la grande inconnue de ce scrutin, la FNSEA - qui fait figure d'institution dans le monde agricole - résistera-t-elle au contexte "anti-institutionnel" ? La Coordination rurale a bien essayé de se positionner sur ce créneau du "dégagisme institutionnel" ambiant. Mais cette position est somme toute difficile à tenir alors que pour la troisième fois consécutive les agriculteurs bretons auront face à eux des bulletins de vote identiques. La Confédération paysanne, après les années José Bové essentiellement tournées vers les préoccupations sociétales, a de son côté recentré son discours vers les agriculteurs. Les générations les plus âgées avaient toujours une forme de fidélité dans leur vote. Mais en quelques années, la logique de gestion des crises agricoles dans un modèle assez administré par les interprofessions, les filières, les groupements, s'est estompée. Ces réponses là ne suffisent plus, en plus de devoir composer avec les crises de filière ou de production, le monde agricole est désormais confronté à des enjeux et des questionnements globaux, de société, environnement, bien-être animal qui le dépassent largement et dont il n'a pas la maîtrise.

Dans un tel contexte, l'offre syndicale peut-elle être à même de répondre à ces enjeux complexes, globaux et qui demandent souvent des alliances ? Là encore, une partie de la réponse sera dans le taux de participation des agriculteurs à ces élections. Beaucoup d'entre eux sont aujourd'hui désemparés, mais le monde agricole aurait tellement à perdre de ne plus être entendu ou représenté sur ces questions.

Reste l'effet "local" de ces élections, il est absolument impossible à chiffrer. Une élection professionnelle pour la Bretagne, ce sont soixante candidats et douze têtes de liste, souvent investis dans la vie de leur commune, de leur groupement de producteurs, de leur syndicat. Dans les prochains jours, à l'échelle de la Bretagne, la campagne électorale devrait s'accélérer, avec pour chaque liste des stratégies différentes. Ainsi, les quatre listes départementales FDSEA-JA ont annoncé la tenue de réunions locales et de meetings départementaux, la Coordination rurale quant à elle enchaînera des réunions locales selon les départements.

Mais toutes les listes partagent au moins une conviction commune, celle de la nécessité pour la profession toute entière que les agriculteurs s'emparent de cette élection et s'expriment par le vote. Il est donc impératif de convaincre les agriculteurs de voter.

 

 

En glissant leur bulletin dans l'urne ou en transmettant leur vote par voie électronique, les agriculteurs vont réaliser une nouvelle photographie des forces en présence dans le monde agricole.
En glissant leur bulletin dans l'urne ou en transmettant leur vote par voie électronique, les agriculteurs vont réaliser une nouvelle photographie des forces en présence dans le monde agricole. - © Terra

7 questions, 7 réponses et un cadre précis

Terra se veut être un relais d'information et l'outil qui permettra à chaque électeur de se forger une opinion, d'éclairer les éléments de son choix. Notre rôle consiste à apporter des éléments précis d'information pour laisser au lecteur le soin de faire lui-même son jugement, son choix.

Nous avons donc proposé aux douze listes bretonnes (trois par département dans le collège des chefs d'exploitations), de répondre "régionalement" aux mêmes sept questions.

La Confédération paysanne Bretagne, la Coordination rurale Bretagne et la FRSEA/JA Bretagne ont accepté de relever ce challenge. Les six prochaines pages de Terra reprennent donc dans un format et une mise en forme identiques les réponses de chacun à ces questions identiques ! Dans l'ordre où ces réponses nous sont parvenues.

Chaque organisation syndicale a accepté de répondre dans les délais et le cadre imparti, à savoir 8 500 signes espaces compris, avec un maximum de 2  000 signes pour une seule question (afin de faciliter la lecture). L'espace dédié aux questions n'est pas comptabilisé dans ces 8 500 signes. Chaque liste dispose donc à quelques unités près du même espace d'expression.

Terra remercie les équipes des différentes listes de leur mobilisation, et surtout de leurs réponses. Ce n'est jamais un exercice facile d'autant que les réponses devaient être formulées avant le 27 décembre 2018, entre deux réveillons... et au beau milieu de la campagne électorale !

Terra s'est bien entendu engagé à ne pas modifier les textes et à n'apporter ni complément ni commentaire. Chaque liste a joué le jeu et a saisi cette opportunité pour développer son programme et ses propositions sans tomber dans une polémique stérile.

Bien-sûr, le contenu est dense. Pour autant il ne reprend pas de manière totalement exhaustive l'ensemble des propositions des listes sur toutes les sujets. Mais cet exercice permet déjà de balayer et de se faire une bonne idée des positions des uns et des autres sur la PAC, l'agri-bashing et les anti-viande, les États généraux de l'Alimentation, les services et le rôle des chambres d'agriculture, la prise en compte des actions locales... et de comparer ces idées point par point.

Avec votre carte d'électeur et Terra, vous avez toutes les cartes en mains !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui