Terra 10 octobre 2014 à 08h00 | Par Chantal Pape

Défendre la propriété privée rurale

Le syndicat de la propriété privée rurale a tenu son assemblée générale le 3 octobre dernier, à Châteaulin. L'occasion pour sa présidente, Hélène Beau de Kerguern, de rappeler ses priorités.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le 3 octobre dernier, Hélène Beau de Kerguern avait invité Bruno Ronssin, le directeur du syndicat national de la propriété privée rurale, à participer à l'assemblée générale du syndicat finistérien, dont elle assume la présidence
Le 3 octobre dernier, Hélène Beau de Kerguern avait invité Bruno Ronssin, le directeur du syndicat national de la propriété privée rurale, à participer à l'assemblée générale du syndicat finistérien, dont elle assume la présidence - © Chantal Pape

"Notre syndicat compte 200 adhérents, précise Hélène Beau de Kerguern, la présidente du SDPPR 29, le syndicat départemental de la propriété privée rurale du Finistère. Des adhérents au profil varié, parmi lesquels des propriétaires bailleurs mais aussi des agriculteurs en activité, des anciens exploitants... "Une diversité que l'on retrouve aussi au niveau de notre conseil d'administration, qui compte 17 membres".

 

Aider

 

Permanences, téléphone, réunions sur le terrain : le syndicat se veut à l'écoute de ses adhérents et toujours prêt à apporter aide et conseils. "Nous avons aussi un travail de représentation des propriétaires", rajoute Hélène Beau de Kerguern, qui multiplie les contacts avec les syndicats agricoles, la chambre d'agriculture... "Je suis favorable au partage des compétences. Nous faisons tous partie de la famille de la ruralité. Et nous avons tous à gagner à être unis".

 

Défendre

 

Au niveau départemental, le syndicat a décidé de s'attaquer à la notion d'intérêt général. "Les pouvoirs publics s'en servent sous n'importe quel prétexte. Et l'Etat est devenu spoliateur". Et la présidente de citer la mise en place des périmètres de protection de captage, "où la compensation foncière n'est jamais une priorité", les réserves foncières des communes, communautés de communes ou collectivités territoriales qui "aujourd'hui, font de la spéculation foncière", ou le Conseil général, qui aurait pour projet d'acquérir 15 000 ha supplémentaires via le conservatoire du littoral. "Nous allons rencontrer les services de l'Etat pour discuter de tous ces sujets". Car l'objectif du syndicat est clair, "défendre une propriété rurale libre et durable" et se battre contre tout ce qui peut entraver cette liberté.

 

Informer

 

L'assemblée générale est aussi l'occasion, pour les adhérents, de s'informer. "Le bail de 9 ans est en fait un bail à durée indéterminée", prévient Antoine Desmiers de Ligouyer, notaire à Daoulas et membre du SDPPR29, qui a listé les autres possibilités de louer du foncier, avant d'inciter les propriétaires à anticiper la transmission de leur patrimoine. "Aujourd'hui, les règles ont changé. Il existe des solutions, à condition de ne pas subir".

 

En pratique

 

Le syndicat de la propriété privée rurale tient des permanences :

- à Quimper tous les mercredis, de 9h30 à 12h (contact : 02 98 52 48 28),

- à Morlaix le troisième mercredi du mois,

- à Brest le 2ième lundi du mois.

Permanences téléphoniques les lundi, mardi, jeudi et vendredi, de 9h à 12h, au 06 25 69 16 31.

Contact : sdppr29@gmail.com.

 

 

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui