Terra 10 avril 2019 à 14h00 | Par Audrey Dibet

Des filières organisées et des prix rémunérateurs !

Si la Bretagne est une des régions les plus dynamiques en termes d'installation*, le renouvellement des générations en agriculture constitue un défi croissant avec près de 2 000 départs en retraite chaque année, et, pour certaines filières, la moitié des exploitants en fin d'activité d'ici dix ans. Outre la nécessité d'une politique d'accompagnement forte, l'installation d'un maximum de jeunes passera par des prix rémunérateurs et des filières structurées, comme l'ont rappelé les Jeunes agriculteurs de Bretagne lors de leur assemblée générale, le 4 avril.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Cécile de Saint-Jan, co-responsable du dossier installation aux Jeunes agriculteurs de Bretagne, Thomas Guégan, président et Florian Salmon, secrétaire général.
Cécile de Saint-Jan, co-responsable du dossier installation aux Jeunes agriculteurs de Bretagne, Thomas Guégan, président et Florian Salmon, secrétaire général. - © Terra

"L'organisation des producteurs en OP et en Association d'OP (AOP) est un vœu qui ne date pas d'hier", signale Thomas Guégan, président des Jeunes agriculteurs de Bretagne. Et force est de constater que le sujet avance en lait et en porc. "On souhaite que les producteurs s'organisent pour peser plus dans les négociations commerciales face aux distributeurs", poursuit Florian Salmon, secrétaire général. En lait, l'AOP grand Ouest déjà constituée avec 9 OP, doit aujourd'hui aller plus loin selon les Jeunes Agriculteurs pour réellement jouer un rôle d'amortisseur des prix. Plus compliquée en porc jusqu'à ce début 2019, l'AOP semble être désormais sur les rails. "L'AOP n'a absolument pas vocation à remplacer les OP. Le but est d'être une organisation de marché, avoir une vision à court, moyen et long terme de la production pour anticiper les fluctuations du marché", selon Thomas Guégan qui craint cependant un abandon du projet avec le retournement des prix. "On sera vigilant pour que le livre ne se referme pas". Car il reste encore du travail pour être reconnu en une AOP moteur "pour retrouver des perspectives".

Reconquérir le marché intérieur

En volailles, les Jeunes agriculteurs ont salué le soutien financier du conseil régional mais surtout rappelé la nécessité de prix rémunérateurs pour faire face aux investissements demandés aux producteurs. "Aux acteurs de la filière de faire le nécessaire pour reconquérir le marché des produits transformés", exhorte entre autres Florian Salmon. Cette reconquête du marché intérieur "doit passer par une politique volontariste des acteurs publics et privés d'acheter français", défendent par ailleurs les Jeunes agriculteurs depuis de nombreuses années. Et ce dans toutes les filières agricoles. "On nous parle de montée en gamme, relève Florian Salmon, mais derrière le logo Viandes de France il y a déjà une production de qualité, encadrée, qui prend en compte l'environnement, liée à des emplois locaux et qui correspond à bon nombre de Français".

* 472 installations en 2018 en Bretagne, chiffre stable par rapport à 2017, 2e rang national.

 

 

 

La défense de l'installation, une priorité des JA

"Il n'y a plus de modèle unique, souligne Cécile de Saint-Jan, co-responsable du dossier installation à JA Bretagne. L'important est que le jeune maîtrise bien son projet". Et pour cela, rien de plus important qu'une formation solide. Et que de passer par le dispositif installation : "Cet outil est une chance pour le jeune d'ouvrir ses perspectives. Plus de 90 % des jeunes en ayant bénéficié sont encore installés cinq ans après. Tous les acteurs de la filière doivent communiquer positivement sur ce dispositif", insiste Cécile de Saint Jan, qui décline, outre la possibilité donnée au jeune de s'enrichir de la diversité des profils, tous les "avantages" liés au statut JA : une DJA moyenne à 20 000 €, des exonérations fiscales, la priorité dans le schéma des structures ou l'octroi des aides PCAEA... Ce dispositif évolue régulièrement avec dernièrement la mise en place d'un outil "calculette temps de travail" ou encore une formation pour mieux chiffrer son projet où sont impliqués des professionnels.

Les Jeunes agriculteurs travaillent aussi actuellement sur le "post-installation". Plusieurs tests sont effectués dans les départements pour qu'un maximum de jeunes participent à ce temps qui leur sera proposé quelques mois après l'installation. Une occasion pour le jeune d'échanger avec ses collègues, de se faire accompagner le plus tôt possible s'il rencontre des problèmes, de chercher de l'information et voir tout de suite l'intérêt qu'il y a à se former tout au long de sa carrière.

 

 

Ils ont dit

André Sergent, président de la chambre d'agriculture de Bretagne / Certes il y a des problèmes en agriculture. Mais si on n'a de cesse de dire que rien ne va, on va dans le mur pour trouver des jeunes à s'installer.

Nicole Le Peih, députée LREM du Morbihan / Tant qu'on n'améliorera pas le lien avec celui qui achète, tout ce qu'on a réussi à faire avec les États généraux ne sert à rien, cela ne pourra pas ruisseler sur le producteur. La communication sera demain le premier levier pour donner une visibilité aux agriculteurs, la nouvelle génération doit y être formée.

Olivier Allain, vice-président du conseil régional / Le prêt d'honneur est une aide de la Région, une spécificité bretonne, dont 20 % des exploitations ont bénéficié cette année à hauteur de 50 000 € en porc, en volailles... Et le PCAEA représente 190 M€ pour lesquels les jeunes sont prioritaires.

Frank Guéhennec, FRSEA Bretagne / Il y a énormément d'enjeux autour du renouvellement des générations, du retour de prix à l'agriculteur. Il va falloir être plus innovant pour apporter de la lisibilité aux producteurs.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui