Terra 21 juin 2018 à 10h00 | Par Chantal Pape

Des offres d'emploi toujours plus nombreuses à l'AEF

Dans un marché du travail en tension, les agriculteurs, éleveurs comme maraîchers, ont de plus en plus de mal à recruter des salariés. Pourtant, d'un bout à l'autre de l'année, l'AEF, l'association emploi formation, se démène pour attirer de nouveaux candidats.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Olivier Roué, président de l'Anefa Finistère, et Jean-François Prat, secrétaire général.
De gauche à droite : Olivier Roué, président de l'Anefa Finistère, et Jean-François Prat, secrétaire général. - © Chantal Pape

"L'an passé, l'AEF a collecté 1 082 offres d'emploi, qui proposaient 2 203 postes", détaille Olivier Roué, le président de l'association paritaire lors de son assemblée générale, le 14 juin dernier à Châteaulin. Des chiffres en forte hausse par rapport à 2016 : + 4% pour les offres, + 14% pour le nombre de postes et + 21% du côté des employeurs.

"Les difficultés de recrutement, déjà évoquées l'an dernier, se sont fortement accentuées en 2017, souligne l'AEF. Le marché du travail s'est tendu dans la plupart des secteurs professionnels". Les candidatures immédiatement opérationnelles se sont raréfiées. Les saisonniers de 2016, ayant trouvé un emploi par ailleurs, ne sont pas revenus en agriculture. "Et de nombreux permanents sont partis vers d'autres métiers ou le para-agricole".

Une offre sur deux pourvue en moins d'un mois

Cette tension sur le marché du travail se traduit dans la durée de vie des offres, du dépôt à la clôture. "La part des offres restées disponibles au-delà de un mois passe de 45 à 52%", constate l'AEF. Les offres pourvues ou retirées sous une semaine progressent de 5%, "signe que nous sommes plutôt réactifs et en capacité de répondre rapidement à une partie des postes à pourvoir". Si une offre sur deux est clôturée en moins d'un mois, 18% sont toujours non pourvues au bout de 3 mois, très majoritairement en élevage : lait, porc ou volaille.

Des contrats à temps plein

86% des offres déposées à l'AEF proposent un poste à plein temps. Si les CDD, les contrats à durée déterminée sont encore majoritaires, notamment en maraîchage et en machinisme, la proportion de CDI, contrats à durée indéterminée, progresse en élevage : + 12 points en porc, + 6 points en lait. "Plus la tension est forte sur un métier et plus les employeurs cherchent à proposer des CDI".

 

Jordy Stéphan, psychologue et chercheur en sociologie à l'UBS, l'université de Bretagne Sud, a travaillé durant toute l'année avec l'AEF pour aider celle-ci à mieux cibler ses messages lors des différentes opérations de communication qu'elle organise tout au long de l'année.
Jordy Stéphan, psychologue et chercheur en sociologie à l'UBS, l'université de Bretagne Sud, a travaillé durant toute l'année avec l'AEF pour aider celle-ci à mieux cibler ses messages lors des différentes opérations de communication qu'elle organise tout au long de l'année. - © Chantal Pape

Attirer de nouveaux candidats

Pour attirer de nouveaux candidats vers les métiers de l'agriculture, l'AEF multiplie les animations d'un bout à l'autre de l'année : intervention auprès de 60 classes et 50 collèges, participation aux forums ou salons pour l'emploi ou l'orientation, journée de sensibilisation pour 410 élèves de 4e en Centre Ouest Bretagne, séminaire à destination des conseillers de Pôle emploi, information auprès des demandeurs d'emploi...

"L'an passé, nous avons aussi imaginé une nouvelle opération, l'emploi est dans le pré, pour une vingtaine de demandeurs d'emploi de Cornouaille, relate Olivier Roué. Durant une journée, ils ont visité des exploitations, en productions animales et végétales, avant de se voir proposer des solutions d'orientation : formation, stage d'insertion, emploi direct...". Une vraie réussite, qui verra probablement une seconde édition en 2018.

Nouveauté encore avec l'opération mise sur pied en collaboration avec la mission locale de Morlaix. "L'an dernier, 85 jeunes ont travaillé sur une douzaine d'exploitations pour l'arrachage des échalotes", rappelle le président de l'AEF. Là encore, l'opération sera reconduite dès cet été. "Après avoir organisé trois réunions d'information, nous avons déjà une bonne centaine d'inscrits".

 

- © Chantal Pape

Un nouveau nom pour l'AEF

 

L'AEF, l'association emploi formation a été lancée en 1990 par la FDSEA et la CFDT. Première à être créée en France, elle a, depuis, été rejointe par de nombreux départements. "L'Anefa, la fédération nationale, a voulu standardiser noms et fonctionnement, explique Christian Le Garrec, le vice-président de l'AEF. Et après avoir adopté un même outil informatique de gestion de la bourse de l'emploi, l'AEF a profité de son assemblée générale, le 14 juin dernier à Châteaulin, pour dévoiler son nouveau nom, Anefa Finistère. Dans la foulée, l'échelon régional se renforce, avec l'embauche d'une animatrice à mi-temps, chargée des relations avec les collectivités territoriales, chambre d'agriculture, Région... mais aussi de lancer l'observatoire régional de l'emploi en production agricole.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
Infos techniques terra sur Synagri

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui