Terra 28 août 2014 à 08h00 | Par J.Dubé

Embargo russe : une aide au stockage privé pour le secteur laitier

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La Commission européenne devait annoncer le 28 août  le déclenchement des aides aux stockage privé des produits laitiers pour faire face à l’embargo décrété par la Russie. Un tiers des exportations de beurre de l’UE sont destinées en temps normal à ce pays. En vue d’une session exceptionnelle des ministres de l’agriculture prévue le 5 septembre, les services bruxellois préparent un relevé des dispositions qui pourraient être prises, au niveau tant communautaire que national, pour limiter l’impact de cet embargo dans les différents secteurs. Les produits ciblés par Moscou représentent au total 5 milliards d'€, alors que les exportations agricoles et alimentaires de l’UE vers la Russie atteignent annuellement quelque 12 milliards €.

 

Un test grandeur nature

Ce déclenchement des aides au sto-ckage privé des produits laitiers serait "la mesure la plus appropriée" se réjouit André Bonnard, trésorier de la FNPL. "C'est un test grandeur nature pour savoir si l'Europe est capable d'avoir une gestion de crise" après la fin des quotas laitiers, ajoute-t-il. "Mais la FNPL demande des outils permanents, car quand les crises sont anticipées, elles sont gérables", argumente André Bonnard. Il rappelle que l'ancienne Commission européenne (qui doit être renouvelée le 30 août) était favorable à la mise en place de telles mesures, mais que l'Allemagne et les Pays-Bas (deux pays aujourd'hui fortement impactés par l'embargo russe) y étaient opposées à l'époque. Par ailleurs, les économistes spécialistes du secteur laitier disent avoir encore du mal à mesurer l'impact que pourrait avoir l'embargo russe en France, qui pourrait toutefois être limité : la demande de produits laitiers est aujourd'hui plus forte que l'offre ; seule 0,7 % de la collecte française est envoyée vers la Russie, qui est susceptible de desserrer son embargo sur certains produits si besoin. Mais dans un secteur où les relations commerciales sont toujours extrêmement tendues, certains observateurs redoutent qu'industriels ou distributeurs ne saisissent l'occasion pour tirer à la baisse le prix du lait.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui