Terra 24 janvier 2018 à 01h00 | Par Chantal Pape

Etats généraux de l'alimentation : les JA veulent du concret

A quelques jours de la présentation du projet de loi qui fait suite aux Etats généraux de l'alimentation, les Jeunes agriculteurs ont rappelé au Gouvernement qu'ils attendent des mesures concrètes "pour sortir la tête de l'eau".

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour leur "conférence de presse de rentrée", le 18 janvier dernier, les Jeunes agriculteurs ont rappelé au Gouvernement que, suite aux Etats généraux de l'alimentation, ils attendaient désormais du concret.
Pour leur "conférence de presse de rentrée", le 18 janvier dernier, les Jeunes agriculteurs ont rappelé au Gouvernement que, suite aux Etats généraux de l'alimentation, ils attendaient désormais du concret. - © JA29

"Nous attendons de vrais changements : aujourd'hui, les agriculteurs sont dans le flou ! Ils attendent du concret, de la visibilité pour l'avenir". Alors que le projet de loi faisant suite aux Etats généraux de l'alimentation va être présenté le 31 janvier prochain, les Jeunes agriculteurs ont voulu faire entendre leur voix. "Après les années difficiles que nous avons connues et les inégalités monumentales qui existent entre les différents maillions de la filière, nous avons besoin de vraies mesures pour sortir la tête de l'eau", plaide Stéphane Cornec, leur président.

Prendre en compte le coût de production

Si les objectifs des EGA leur conviennent, assurer l'équitable répartition de la valeur ajoutée et permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail par le paiement de prix justes, les JA attendent maintenant plus que les simples bonnes volontés affichées par les uns et les autres. "Il faut prendre d'urgence des mesures inédites pour continuer à susciter des vocations pour le métier d'agriculteur. N'oublions pas que 53% d'entre eux ont dépassé les 50 ans et vont bientôt partir à la retraite". Et les élus de cibler prioritairement l'organisation des filières. "Il faut que nos coûts de production soient enfin pris en compte ! Il faut aussi renforcer et moderniser la transparence au sein des coopératives". Ils demandent aussi à pérenniser la mention d'origine sur les produits laitiers et carnés. "Et nous rappelons toute l'importance du regroupement des producteurs, pour peser dans les filières".

Simplifier ? Oui, mais...

Si les JA réclament depuis longtemps une réelle simplification administrative, l'expérimentation proposée par le Gouvernement en ce qui concerne la suppression du contrôle des structures est loin de répondre à leurs attentes ! "C'est l'un des seuls outils de régulation qui fait l'unanimité des syndicats agricoles, indiquent les responsables. Il est un rempart contre la spéculation et la marchandisation des terres agricoles et l'agrandissement des exploitations à outrance".

Par contre, les JA aimeraient que se mette en place une expérimentation sur le droit à l'erreur en matière d'aides à l'installation. "Aujourd'hui, le cadre réglementaire ne permet pas au jeune de s'adapter à une conjoncture fluctuante".

Pour simplifier, les JA ne manquent pas d'idées ! "Il faut parvenir à une dématérialisation de toutes les pièces administratives que doit fournir un agriculteur, lors de son installation comme durant toute sa carrière", explique Stéphane Cornec. Pour ce faire, les JA planchent sur un guichet unique, "économie de temps et d'argent pour l'agriculteur et l'administration".

Une distorsion de concurrence de plus

Enfin, les JA ont profité de ce point presse pour attirer l'attention sur les cotisations Amexa. "Le gouvernement Valls avait annoncé une baisse historique de 7 points. Une vraie victoire syndicale car c'était une mesure de moyen-long terme en faveur de la compétitivité des exploitations françaises". Une mesure que le gouvernement actuel entend remplacer par une cotisation progressive, de 1,5% pour les plus bas revenus jusqu'à 6,5%. "Une distorsion de concurrence supplémentaire face à nos concurrents européens, analysent les Jeunes agriculteurs, bien décidés à rester vigilants sur l'ensemble de ces points. Si l'Etat ne prend pas ses responsabilités, nous sommes prêts à nous faire entendre de manière déterminée pour notre avenir".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui