Terra 29 mai 2019 à 14h00 | Par André Sergent

Europe : 50 nuances de vert ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
André Sergent, président de la chambre régionale d’agriculture Bretagne
André Sergent, président de la chambre régionale d’agriculture Bretagne - © Terra

Dans un paysage politique en pleine recomposition, les résultats des différentes élections sont toujours riches d’enseignements. Ceux des élections européennes du week-end passé ne font pas exception à cette règle.
Avec un taux de participation jamais observé depuis ces vingt dernières années que ce soit en Bretagne, en France mais aussi dans toute l’Europe, les électeurs européens ont déjoué tous les pronostics et montré leur intérêt et leur volonté de participer à la construction européenne.
Même si les résultats font apparaître une montée en puissance des partis nationalistes, les partis pro-européens sortent largement majoritaires. Cependant, les différentes forces en présence devront maintenant trouver des compromis pour construire un véritable projet européen opposé à une renationalisation des politiques qui renforcerait les distorsions de concurrence entre États à l’intérieur de notre marché commun. Pour notre activité agricole et agro-alimentaire, cet enjeu est primordial pour que nous puissions lutter à armes égales en matière de compétitivité.
Mais un des points marquant de ces élections reste la percée des partis écologistes dans toute l’Europe, notamment en France et en Bretagne. Évidemment, en tant qu’agriculteurs, ce résultat nous interroge et nous inquiète. Nous savons que nous sommes trop souvent les victimes expiatoires de tous les problèmes écologiques de notre société. D’un autre côté, nous savons aussi que nous devons participer à relever les grands défis de demain notamment autour du climat et des gaz à effet de serre.
Pour faire face à ces enjeux environnementaux et climatiques, l’agriculture n’est pas le problème, elle est avant tout source de solution. Quel secteur d’activité a su relever un défi aussi titanesque que celui de la qualité de l’eau ? Alors banco encore une fois ! Mais pour cela, il faut que l’Europe construise une écologie du pour et pas une écologie du contre ; une écologie de la transition et pas une écologie de l’interdiction ; une écologie de l’intelligence collective et pas une écologie de l’intégrisme.
Nous sommes déjà engagés dans des actions concrètes dans nos stations de recherche, dans nos groupes, dans nos conventionnements avec les EPCI (intercommunalités), autour des PCAET (Plan climat air énergie territoriaux). Nous en apporterons la preuve sur la plateforme "Espace pour demain" lors du Space.   
La prochaine étape est la renégociation de la PAC. Nos nouveaux élus européens devront y intégrer les points que je viens d’évoquer, la cohérence des règles entre les États membres pour lutter contre les distorsions de concurrence, une écologie pragmatique compatible avec l’activité économique de nos exploitations, et pour cela, un budget à la hauteur de ces ambitions. Nous serons force de propositions dans les négociations de cette nouvelle PAC afin de défendre ces grands principes et consolider notre agriculture bretonne au sein d’un vrai projet européen.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui