Terra 24 mai 2017 à 08h00 | Par Jean Dubé

Évolution passe à l’offensive

2016 avait vu la mise en place de "la plus grande coopérative d’éleveurs en Europe". Après une première année compliquée, dans un contexte de crise laitière et de l'élevage, avec une nouvelle organisation et de nouveaux outils à mettre en place, l’assemblée générale 2017 d'Evolution est l’occasion de "passer à l’offensive", de mettre en place de nouveaux projets structurants, de construire un nouveau siège et surtout d’aller à la recherche de nouveaux territoires de développement… au sens premier du terme !

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© Terra) Yann Lecointre, directeur général Évolution : "vous avez créé le plus beau mouvement coopératif d'éleveurs en Europe". © Terra Vincent Rétif, président Évolution : "Depuis  un an, Evolution passe à l'offensive". © Terra

Avec son statut coopératif, Évolution est probablement moins mobile et moins prompte à réagir aux attaques commerciales sur le terrain dont elle est l’objet depuis plusieurs mois.

La fin d'une répartition historique des zones commerciales

Mais lors de son assemblée générale ce jeudi 18 mai au parc expo de Rennes, elle s’est mise en ordre de marche et s’est donné les moyens d’étendre sa zone d’influence, de l’Ouest de la France, au Massif central, et jusqu’au nord … en attendant probablement d’autres terrains de conquête. Car c’est à l’unanimité que l’assemblée extraordinaire a en effet voté la proposition d’extension de la zone de la Creuse à l’Aisne, de la Vendée au Nord, en passant par les Ardennes et la Somme, soit un total de neuf départements supplémentaires pour le moment, sans compter le développement à l’international.

Bien-sûr, cette décision est validée sous réserve de l’aval du haut comité de la coopération agricole, mais c’est bien une page qui se tourne définitivement, celle d’une répartition "historique des zones de développement, pour une concurrence frontale entre acteurs de la génétique". Pour le directeur général Yann Lecointre, "le développement se fera demain sur la qualité des produits plus que sur l’agressivité commerciale", mais le marché de la génétique est arrivé à maturité, le chiffre d’affaires commence à baisser. Pour Vincent Rétif, le président d’Évolution, "il est essentiel d’aller à la conquête de nouveaux marchés, internationaux bien-sûr, mais aussi d’aller au delà des frontières des coopératives historiques".

Une nouvelle organisation

Second volet prioritaire d’avenir, la coopérative Évolution travaille avec deux partenaires, BCEL Ouest et GDS Bretagne sur la mise en place d’une nouvelle offre de services.Celle-ci associerait les trois opérateurs, dans leurs trois axes de travail : la génétique, le contrôle de performances et le sanitaire. Le projet décliné sous le nom Innoval se veut à la fois novateur et surtout structurant pour la filière. Interrogé par les éleveurs qui craignent la création de charges nouvelles, la réponse de Yann Lecointre est tranchée : "La vache à lait française ne peut supporter de nouvelles charges !". Il s’engage donc à ce que "ce projet permette au contraire de générer des économies dans les élevages". Dont acte, le Space devrait être l’occasion d’en savoir un peu plus sur ce partenariat qui est une première en France. La seule illustration évoquée jeudi dernier était la création d’une plateforme numérique, d’un lieu de partage des bases de données… à suivre !

Un nouveau siège en 2018

Troisième axe fort de structuration de la coopérative, la construction d’un nouveau siège. D’emblée, Vincent Rétif précise qu’il ne s’agit pas d’une construction "de confort" mais bien d’un axe stratégique de développement. Ce nouveau siège permettra de regrouper des équipes jusqu’à présent disséminées dans 14 lieux différents et devrait permettre de fluidifier la circulation de l’information et les décisions, et de "supprimer les petites chapelles, les baronnies" selon les termes de Yann Lecointre ! Ce lieu n’a pas été choisi au hasard. Il est à l’est de Rennes, pour bien marquer l’ouverture vers l’est de la France et surtout pas le repli sur la zone ouest.

Alors que les éleveurs rappellent le contexte difficile de l’élevage et la crise que traverse en particulier la filière laitière, et qu'ils s’interrogent sur le bien fondé de cet investissement, le président Vincent Rétif explique qu’il espère réaliser une "opération blanche" sur un plan budgétaire entre les 7 millions d'euros d’investissement de Noyal et la vente des différents actifs immobiliers en cours. Mais Yann Lecointre ajoute que le total des économies générées, et surtout l’amélioration de l’ambiance de travail sera largement supérieure aux amortissements nouveaux générés.

Pour Vincent Rétif, il est évident que la période est difficile mais il ne serait pas concevable d’attendre d’hypothétiques années fastes pour réaliser cet investissement. D’une façon plus large, cette assemblée générale d’Évolution a bien montré une coopérative qui avait maintenant pratiquement finalisé sa réorganisation, et presque "digéré" la phase difficile de construction.

Elle veut montrer qu’elle s’est fixé clairement de nouvelles ambitions et de nouvelles priorités de travail. À savoir remettre l’accent sur la sélection génétique et le développement de nouveau services pour les éleveurs, et élargir sa zone d’influence. En introduction, Yann Lecointre estimait qu’avec Évolution les éleveurs avaient "créé le plus beau mouvement coopératif d’éleveurs". Nul doute qu’avec les différents développements envisagés, ils n’ont même pas envie de s’arrêter là !

Sylvie Brunel est venue proposer un message positif aux éleveurs.
Sylvie Brunel est venue proposer un message positif aux éleveurs. - © Terra

"Soyez fiers d'être éleveurs de vie"

Géographe et écrivaine, Sylvie Brunel était l'invitée de l'AG d'Evolution. À l'occasion de la sortie de son livre "Plaidoyer pour nos agriculteurs", elle est venue délivrer un message positif. "Les Français se comportent comme s'ils avaient oublié d'où ils venaient. Ils se complaisent dans un discours du c'était mieux avant, une sorte de "Martine à la ferme". Cette forme d'agriculture mise en avant, presque idéalisée ne correspond pas à la réalité. Les ventes directes par exemple ne représentent que 7 % de la production bretonne. Que fait-on des 93 % restants ? Demain, l'agriculture devra nourrir 10 milliards d'êtres humains dans le monde. "Passez d'une attitude défensive à une attitude offensive et soyez fiers d'être des éleveurs de vie, l'avenir vous appartient !" A défaut de proposer des solutions concrètes aux difficultés et aux réalités tout aussi concrètes dénoncées, ce discours se voulait sans doute surtout une lueur d'espoir et un message positif. Une question est venue de la salle : "Mais pourquoi n'êtes-vous pas Ministre de l'agriculture ?".

Evolution en  chiffres

28 917 adhérents

1151 salariés

2,7 Millions d’IA

12 000 actes réalisés par jour

142 M€ de chiffre d'affaires, en baisse de 7,8 M€

Résultat de -2,4 M€ en 2016

6 % de chiffre d'affaires consacré à la R&D

27 conseils de territoires

Des clients dans 70 pays

1,8 M de doses vendues à l’étranger .

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui