Terra 12 novembre 2018 à 15h00 | Par Arnaud Marlet

FDSEA et JA s'insurgent contre "la grande braderie des prix du bio"

Jeudi, à l'appel de la FDSEA et de JA 35, des agriculteurs sont allés au Carrefour de Cesson Sévigné pour exprimer leur colère. Alors que la loi Alimentation et agriculture leur a fait espérer une meilleur valorisation de leurs produits, ils sont venus dénoncer des prix bio bradés, et une mise en avant "trompeuse" sur les produits locaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

"82 centimes le litre de lait bio en promotion, contre 99 centimes le litre conventionnel, cherchez l'erreur !". Pack de lait à la main, Frédéric David, président de la section lait à la FDSEA est vent debout contre la politique de promotion des GMS. "C'est dénigrer notre travail ! On nous demande de respecter des exigences environnementales et sociétales, mais que les distributeurs commencent par respecter notre travail !" Les Etat généraux de l'alimentation ont fait naître des espoirs chez les producteurs, pour retrouver de la valeur au sein des exploitations. "La signature des EGA a donné un code la route et on voit qu'il n'est déjà pas respecté ! Que les GMS essaient d'attirer les challans dans leurs rayons, on peut le comprendre. Mais que ça ne se fasse pas en dévoyant le travail des producteurs", déplore Loïc Guines, le président de la FDSEA. Avant d'ajouter : "le gouvernement a fait marche en arrière en n'inscrivant pas certains éléments dans la loi... On ne lui demandait pas d'administrer les prix, mais d'être un garant pour justement éviter cette grande braderie, qui n'est rien d'autre que le résultat de la guerre des prix que se livre les GMS".

"Plus c'est vert, plus c'est cher !"

Pour le syndicat, qui avait notamment fait sien le slogan "plus c'est vert, plus c'est cher !", la loi Alimentation et agriculture a ouvert une porte pour une meilleure valorisation du travail des producteurs. Au lieu de cela, la distribution s’engouffre dans le créneau du bio, des labels, et des produits locaux à grand coup de promotions et de promesses d’une alimentation plus saine. "On n'est pas là pour opposer les producteurs entre eux et il y a de la place pour tout le monde... mais tout le monde doit en vivre", ajoute Christian Mochet, président de la section environnement. Joignant le geste à la parole, les producteurs qui avaient investit les allées de la grande surface sont allés vérifier les prix et les origines des produits dans les rayons et en déposant ici et là des stickers ou on pouvait notamment lire : Abus de prix bas = danger pour les agriculteurs ! Outre cette politique de prix toujours plus bas, les producteurs ont dénoncé des messages marketing trompeurs pour les consommateurs. Ainsi, de grandes pancartes de communication de l'enseigne annoncent : "Bio et local, j'aime ma Région". "Vous mettez en avant le bio français et local, mais quand on regarde bien les petits astérisques, il y a beaucoup de produits qui ne sont ni locaux, ni français", fait remarquer Cédric Henry, secrétaire général de la FDSEA à Jean-Marc Finot, directeur du magasin. "On est déjà venu l'an dernier, mais visiblement vous ne respectez pas notre travail. Notre combat, il est ici, et on ne lâchera pas !", ont prévenu les agriculteurs avant de quitter les lieux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui