Terra 23 novembre 2017 à 08h00 | Par Thierry Merret

Glyphosate : la science doit prévaloir sur les influenceurs médiatiques !

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Thierry Merret, président de la FDSEA 29
Thierry Merret, président de la FDSEA 29 - © FDSEA 29

La question du renouvellement, ou non, de l’homologation du glyphosate hystérise littéralement les médias et l’opinion publique. Au niveau européen, la France a pris la tête de la fronde anti-glyphosate, pour empêcher un renouvellement d’homologation pour dix ans. Dans une tribune du Monde du 22 octobre, 54 députés la République En Marche, dont plusieurs Finistériens, ont exhorté l’Europe à interdire le glyphosate le plus rapidement possible. A la question de savoir quelles pourraient être les alternatives, Sandrine Le Feur, députée de la majorité sur la circonscription de Morlaix, a répondu… "des fermes plus petites" ! Voilà qui ne risque pas d’objectiver le débat, et encore moins de l’élever.

Le glyphosate est le triste symbole des débats passionnels et irrationnels qui entourent l’agriculture française, qualifiée tantôt d’agro-industrielle, tantôt d’aux bottes des multinationales agro-chimiques et semencières. Le glyphosate pourrait aussi être, sans jeu de mots, le laboratoire d’un zéro phyto purement dogmatique, dépourvu de tout sens agronomique et environnemental. Certains députés seraient bien inspirés de visiter le Potager du Roi, à Versailles. Celui-ci est en totale décrépitude depuis que son "éminent responsable" a décidé d’y bannir tout traitement. Que les adeptes de l’agroécologie extrême gardent pour eux leurs expériences et préservent la société française de toute expérimentation grandeur nature !

Les agriculteurs ne sont jamais restés passifs face à l’évolution de la demande sociétale, bien au contraire. Mais entre la réalité de la demande sociétale et les revendications de groupes extrémistes en tout genre, ce n’est plus un fossé mais une faille sismique ! Zéro glypho, zéro phyto, zéro OGM, zéro médicament, zéro vaccin… et demain ? Zéro science ? Zéro recherche ?

Le Président de la République, dans son discours de Rungis, a exhorté à "construire les conditions d’une expertise scientifique indépendante en France". Au vu de cette déclaration, il est incompréhensible que la France s’assoie sur l’avis de l’Anses, agence française d’expertise indépendante. Cette dernière avait été missionnée pour départager les divergences sur le glyphosate, et a considéré qu’il n’y avait pas de preuves sur la cancérogénicité de la molécule du glyphosate. L’expertise scientifique existe. Encore faut-il avoir le courage de la respecter et de ne pas céder aux influenceurs médiatiques.

Réfléchir à l’avenir de notre agriculture est essentiel. Mais les pouvoirs publics et l’opinion publique ne sauraient ignorer les distorsions de concurrence supplémentaires qu’ils pourraient infliger à l’agriculture française en prenant des décisions purement franco-françaises… tout en laissant entrer sur notre territoire des produits qui ne respectent pas les normes auxquelles nous sommes soumis. Le Président de la République demande aux acteurs des filières de prendre leurs responsabilités. Nous le ferons ! Que les pouvoirs publics et l’opinion en fassent de même.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui