Terra 10 avril 2014 à 08h00 | Par Chantal Pape

Guernevez inaugure la maternité de demain

Une maternité économe en énergie et en aliments, hyper-connectée et qui préserve la santé de l'éleveur... Vous en rêviez ? Guernevez vient de l'inaugurer !

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Frédéric Kergourlay, ingénieur d'études bâtiment-équipement au pôle porc  des chambres d'agriculture de Bretagne et Paul Auffray, président. © Terra Pour bénéficier de la lumière naturelle, les salles de maternité disposent de grandes fenêtres. Et les néons les plus proches, dotés d'un capteur, s'éteignent dès que la luminosit& © Terra Pour profiter de la lumière naturelle et réduire la facture d'électricité, chaque salle dispose  de plusieurs puits de lumière. © Terra Le couloir avant est abaissé, ce qui facilite  les soins aux porcelets. © Terra

"Nous voulions un bâtiment sans impact sur l'environnement et à bilan énergétique positif". Le 4 avril dernier, les chambres d'agriculture de Bretagne ont inauguré "la maternité du futur" à la station expérimentale de Guernevez (29). Avec ses deux salles de 12 places, ce bâtiment a d'abord été réfléchi pour être économe en énergie : larges fenêtres et puits de lumière pour laisser entrer la lumière naturelle, néons dont l'intensité se règle en fonction de la luminosité de la pièce, murs à l'isolation renforcée pour limiter les déperditions de chaleur...

 

Chauffage eau chaude

Le chauffage y est assuré par 7 panneaux solaires, chargés d'alimenter un ballon et un circuit d'eau chaude. "En complément, pour la nuit ou les jours gris, nous avons installé une pompe à chaleur air-eau", indique Frédéric Kergourlay, ingénieur d'études bâtiment-équipement au pôle porc des chambres d'agriculture de Bretagne. Avec, et c'est une première en Bretagne, un fluide naturel, le gaz carbonique, capable de capter les calories de l'air jusqu'à - 7°C.

 

Alimentation de précision

Une des salles de maternité a été équipée de nids à porcelets, où la température peut atteindre les 35°C. "Ils permettront de maintenir la salle aux alentours de 18°C, la température de confort de la truie allaitante, contre les 21 à 23° habituels en maternité, pour tenir compte des besoins des porcelets". Déjà utilisés il y a des années, les nids avaient été abandonnés pour faciliter le travail de l'éleveur et la surveillance des animaux. "Nous testons plusieurs modèles. On verra bien...".

Econome en énergie, la maternité du futur le sera aussi en aliments grâce à une gestion individualisée, qui évitera gaspillage et gestion des refus.

 

Travail facilité

La réflexion a aussi porté sur l'ergonomie. "Des couloirs abaissés vont faciliter les soins aux porcelets, qui peuvent être bloqués dans certains nids. Et, dans les zones de travail, l'éclairage peut être adapté". Et tous les équipements, chauffage, éclairage, ventilation, alimentation... sont communicants. "On peut les consulter et les piloter à distance via une tablette ou un smartphone, indique Paul Auffray, le président du pôle porc. C'est un plus en terme de confort de travail mais aussi d'attractivité des métiers". Car, avec la modernisation d'un parc bâtiment vieillissant, c'est là l'un des défis que devra relever demain la production porcine.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui