Terra 01 octobre 2018 à 16h00 | Par Agra

Incendie d’un abattoir: la filière bovine dénonce des comportements «injustifiables»

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © TERRA

La Fédération nationale bovine dénonce dans un communiqué le 28 septembre des « comportements extrémistes injustifiables » après un incendie ayant détruit dans la nuit de jeudi à vendredi 28 septembre la moitié de l’abattoir des établissements Gesler situé à Haut-Valromey (Ain), ainsi que plusieurs véhicules. Pour la FNB, «les appels répétés, depuis des semaines à faire brûler les abattoirs» des «associations extrémistes anti-viande et antispécistes» «ne pouvaient conduire qu’aux conséquences dramatiques de cette nuit». L’organisation demande aux pouvoirs publics «de prendre toutes les mesures» pour que les opérateurs de la filière «puissent exercer leur métier dans un climat serein». Si l’incendie n’a pas été revendiqué, la gendarmerie a confirmé à France Bleu Pays-de-Savoie «privilégier la piste criminelle», «plusieurs départs de feu» ayant été constaté sur les lieux du sinistre. L’incendie intervient alors que l’association 269 Libération animale avait appelé mercredi à une «Nuit debout devant les abattoirs» partout en France. Dans un communiqué, Interbev et Inaporc ont réagi en appelant Emmanuel Macron à «enrayer immédiatement ces offensives sectaires qui ne peuvent qu'aboutir à une guerre civile». La section viande de la CR a pour sa part demandé la dissolution de l’association Boucherie Abolition dont le président avait appelé à «poursuivre la guerre» contre les bouchers, «ainsi que tout groupement antispéciste qui appellerait à la violence».

Incendie d’un abattoir: front commun des syndicats pour le «respect des éleveurs»

«Un pas supplémentaire a été franchi la nuit dernière» dans «la stigmatisation des éleveurs», estiment l’ensemble des syndicats agricoles nationaux dans un communiqué commun le 28 septembre, après l’incendie «manifestement criminel» ayant touché dans la nuit l’abattoir des établissements Gesler situé à Haut-Valromey (Ain). «Les éleveurs n’en peuvent plus de ces attaques répétées contre leur métier», estiment les organisations rappelant que cette action «intervient dans un contexte de mobilisation très violent de certaines associations végan». «Nous n’acceptons ni les insultes […] ni les agressions contre les acteurs de nos filières», rappellent-elles. «Nous, syndicats agricoles, demandons ensemble le respect de nos métiers et demandons aux pouvoirs publics de faire cesser cette violence inacceptable», concluent-elles. «Nous ne dénonçons pas le véganisme en tant que tel: chacun est libre de choisir le régime alimentaire qu’il souhaite pour lui-même», estiment par ailleurs les syndicats, «mais le prosélytisme qui est orchestré autour n’est pas acceptable». Si «des abus existent dans certains abattoirs», ils «ne représentent pas l’ensemble des situations, ni l’ensemble de la production», détaillent-ils jugeant que «les associations qui prônent l’arrêt complet de l’élevage se trompent de combat».

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui