Terra 15 juin 2017 à 08h00 | Par Claire Le Clève

Innov’action : "Quand les agriculteurs parlent aux agriculteurs"

De bonnes idées à prendre et de l’échange, par et pour les agriculteurs, quels que soient les systèmes et les exploitations. C’est l’offre des 26 fermes-ouvertes dans le cadre de l'opération Innov’action, du 20 au 23 juin partout en Bretagne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Avec la famille Cadio sur le Gaec de Pécane à Bréhan, les élus de la chambre d'agriculture ont fait un point avant la 10e édition des Innov’action, du 20 au 23 juin prochain.
Avec la famille Cadio sur le Gaec de Pécane à Bréhan, les élus de la chambre d'agriculture ont fait un point avant la 10e édition des Innov’action, du 20 au 23 juin prochain. - © Terra

"On a demandé un premier devis pour une salle de traite neuve de 16 places. Plus de 153 000 euros. Ça calme !". Christophe Cadio s'est installé en lait, avec Armelle, son épouse en 1988 sur le site de Pécane,  à Bréhan. Une commune dont les 39 exploitations laitières livrent 24 millions de litres de lait, soit plus de la moitié des 44 millions apportés par le canton de Rohan, le canton le plus laitier du Morbihan. "À 350 euros des 1 000 litres, on relancerait toute l’économie bretonne", se prend à espérer l’exploitant. Il est également président de la Cuma locale à qui est déléguée la conduite des cultures de la ferme, sur 148 ha. Un choix fondamental. Mais voilà, à 300 euros des 1 000 litres, "on serre tous les boulons", y compris au sens propre. En 2015, le couple sait que deux de ses trois enfants vont revenir sur l’exploitation. Rémy le fils, salarié sur la ferme, rachète un contrat de 450 000 litres de lait qui s’ajoutent au 500 000 litres des parents. Pour abriter désormais 110 vaches, un bâtiment de 150 logettes est monté, "pour voir venir". Et la famille installe elle-même tout l’équipement acheté via un site de vente d'occasion sur internet à "moitié prix et en excellent état, y compris la salle de traite". 650 000 euros au total seront investis pour l’ensemble du bâti. "C’est presque deux fois moins qu’en neuf", apprécient-ils avec Claire, la fille cadette. Elle a prévu de les rejoindre, elle aussi, une fois ses études agricoles achevées. Un parti pris qui sera à découvrir lors de la porte ouverte, le 22 juin prochain, comme ceux défendus sur 26 autres exploitations bretonnes*.

Toutes fermes et tous systèmes

"Rendre une exploitation transmissible, c’est essentiel si on veut avoir une production demain", explique Eric Touzard, éleveur à Taupont (56) et élu à la chambre d'agriculture de Bretagne, lors d'un point presse à quelques jours de cette 10e édition d’ Innov’action. Initiée dans les Côtes d’Armor puis étendue à toute la Bretagne, l'opération a accueilli plus de 7 000 participants l’an passé, essentielement un public professionnel. "Il y a cette proximité, on peut choisir de voir plusieurs fermes où l’approche innovante sous-tend tout ce qui est fait, tant d’un point de vue agronomique que technique ou économique", rajoute Jean-Luc Dupas, producteur de lait et porcs à Caulnes (22). "Cela fait 10 ans, et ça se fête", promet-t-il. "C’est du développement avec de l’accompagnement de la chambre d'agriculture", estime Eric Touzard, président également de la FRGeda. "Les agriculteurs y parlent aux agriculteurs. Ça répond à des questions que les gens se posent". Et par temps de crise, "on a besoin de se retrouver mais aussi de prendre un peu de hauteur". Une formule "où il y a des idées à transposer chez soi", et qui dispense "des bouts de solutions", selon Jean-Hervé Cauguant, producteur de lait bio à Dinéault (29). L’innovation est porteuse. "Et ça ne concerne pas que le matériel. C’est aussi de la maîtrise de charges comme c'est le cas sur cette exploitation où le bâtiment neuf est équipé en occasion, ou quand les coûts culture sont maîtrisés par la délégation de la charges de travail", soulignent les élus de la chambre d’agriculture de Bretagne. Ils insistent sur la dimension stratégique qu'il y a à "installer à coût raisonné". "Tout cela fait la réussite, la bonne gestion des paramètres et ce n’est pas toujours dans le pimpant et le rutilant", insiste Jean-Hervé Caugant. Un message que Jean-Baptiste Mainsard, producteur de lait et porc dans la région de Saint-Malo souhaiterait voir répété dans les centres de formation, enjoignant de "rester à taille humaine. Je suis pour l’intensification mais celle des marges et des revenus, avec la qualité qu’on y met".

Autant d’idées qu’élèves, étudiants et enseignants seront à leur tour invités à découvrir en novembre prochain.

*Le programme de cette semaine de l’innovation est à retrouver sur le site des chambres d’agriculture de Bretagne  : www.chambres-agriculture-bretagne.com ou dans le numéro précédent de Terra.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui