Terra 02 septembre 2014 à 08h00 | Par Claire Le Clève

Irlande 6 Parcellaire : un coût optimisé à 27 000 euros par hectare

Notre balade Irlandaise s'achève sur la Ferme de Paul Hyland, où à Portloise, les 2 millions de litres de lait sont réalisés à 2 et sur 203 ha de pâtures. Les 23 derniers hectares ont été acquis en 2013 au prix de 27 000 euros/ha. Très chères terres... Ici, les aides PAC ne représentent que 4,5 % du chiffre d'affaires. Alors s'il n'y a pas d'oranger sur le sol irlandais, il y a du Bailey's, et c'est bien pour les producteurs de lait.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
un parcellaire optimisé à 27 000 € l'hectare
un parcellaire optimisé à 27 000 € l'hectare - © C.L.C

 

 

Chez Paul Hyland, ce qui met de la crème dans les épinards, c'est celle qu'il offre au Whisky et donne à l'Irlande une de ses fameuses spécialités : la crème de Whisky. Un Bailey's qui apporte à l'exploitation 45 cents d'euros du litre par rapport au 39 cents de prix de base, en plus de taux particulièrement élevés ; TB : 46 (contre 36) et TP / 34,2 (contre 33). Avec 2 millions de litres produits, pour une moyenne par vache de 5 700 l, le chiffre d'affaires de la ferme s'élève à 1 million d'euros (dont 45 000 euros d'aides PAC). Paul évalue son coût de production à 20 centimes du litre, hors main d’œuvre, taxe, emprunts et primes PAC.

 

 

 

Deux salles de traites simples

Paul emploie un salarié tout au long de l'année pour la traite et un étudiant l'été arrive en renfort pour réaliser, dans un équipement très simple de 20 places, la traite en plein vent des laitières. L'hiver, les 350 vaches sont en bâtiment. Début février, elles commencent à pâturer. 120 veaux naissent au printemps. Il y a deux unités de production séparées ; 2 salles de traites sur 2 îlots distincts. Les vaches tournent sur les îlots tous les deux mois et demi. L'herbe est mesurée toutes les semaines. Si la pousse est trop rapide par rapport au pâturage, elle est ensilée. 125 ha le sont chaque année pour un stockage de 6 mois d'herbe dont le rendement est de 14 tonnes de MS/ha. Les pâtures reçoivent 300 kg d'azote (par dérogation à la directive Nitrates). 800 kg de concentré sont distribués par vache et par an. Sur les prés de Paul, pâturent des bêtes issues de croisement Jersey-Frisonne, Jersey-Holstein ou Brittish-Frisonne. L'objectif ? Avoir des vaches de petit gabarit qui abîment peu les prairies. Quantité de lait et fertilité sont aussi regardées. Quant aux charges de structure, elles sont réduites au minimum : un seul tracteur est présent sur l'exploitation avec un équipement de fauche.

Pour l'avenir immédiat Paul Hyland envisage de passer à 400 vaches en 2015 mais certainement pas à 700 pour produire 50 % de plus, "20 % peut être mais au delà il y a la main d’œuvre qui bloque et le prix des terres" estime-t-il..

 

Claire Le Clève et le groupe prospective

 

Encadré Rozenn Joly : Pas de cathédrale pour produire du lait

 

"C'est vert, la dessus il n'y a pas de surprise", glisse Rozenn Joly, ingénieure agronome, animatrice cultures au CETA35. Elle rejoindra dans quelques années l'exploitation familiale de son compagnon à Loyat. Pour autant, "ce qui m'a surprise, c'est l'engagement des agriculteurs dans leur association de producteurs. La Irish Farmer's Association (IFA). Ils y adhèrent à 80 % . Et surtout le peu d'infrastructures présentes par rapport à la taille des troupeaux. Il n'y a pas de cathédrale pour produire du lait en Irlande. Tout l'investissement se fait pour l'accessibilité du troupeau aux pâtures : des autoroutes à vaches", pointe-t-elle. Quant aux bâtiments ? "La salle de traite est simple, fonctionnelle mais ouverte aux quatre vents". Une source d'inspiration ? "Le pâturage est déjà très présent sur l’exploitation familiale d'Adrien et ses parents. Cela nous conforte dans l'idée de garder une bonne flexibilité par rapport à un point d'équilibre bas. Il faut avoir des investissements en cohérence avec son système tout en gardant de bonnes conditions de travail pour pouvoir passer les coups de la mondialisation et ses variations de prix du lait. Garder une marge de sécurité et une exploitation à taille humaine"


 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui