Terra 15 mars 2018 à 10h00 | Par Claire Le Clève

JA 56 : "Communiquer pour valoriser notre métier"

"La communication est un outil à travailler", ont conclu mardi soir les Jeunes agriculteurs à Josselin, au terme de leur assemblée générale. Mieux se l’approprier et en connaître les arcanes sont incontournables pour valoriser le métier qui a tout à y gagner.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un débat en présence de Samuel Vandaele, secrétaire général de JA national, Jo Le Feuve, engagé au sein d’Agriculteurs de Bretagne, Élodie Le Mailloux, agricultrice en production laitière et administratrice de JA 56, Édith Llistosella, consultante, Étienne Fourmont, éleveur laitier de la Sarthe et Kevin Thomazo, nouveau président de JA 56
Un débat en présence de Samuel Vandaele, secrétaire général de JA national, Jo Le Feuve, engagé au sein d’Agriculteurs de Bretagne, Élodie Le Mailloux, agricultrice en production laitière et administratrice de JA 56, Édith Llistosella, consultante, Étienne Fourmont, éleveur laitier de la Sarthe et Kevin Thomazo, nouveau président de JA 56 - © Claire Le Clève

"On ne communique pas assez nos pratiques et ce qu’on fait dans nos élevages", Étienne Fourmont, éleveur laitier sarthois, en est persuadé. Ce constat l’a amené, comme d’autres, à investir l’audience que peut lui offrir ces tout nouveaux outils du paysage de la communication que sont les réseaux sociaux, "caisses de résonance, sources aussi d’infos pour les médias". Et on le suit, plus de 3 200 "followers" sur Twitter et 1 600 sur Youtube regardent ses petits films didactiques "d’une minute qui me demandent 6 heures de tournage et d’écriture". Un réel investissement et une appropriation nécessaires pour lever la méconnaissance qui entoure le métier. "C’est une preuve par la réalité qu’on apporte, les gens se font ensuite leur propre opinion", défend Élodie Le Mailloux, agricultrice en production laitière et administratrice de JA, investie elle aussi sur les réseaux sociaux. "N’oubliez pas de communiquer avec les parents, les amis, les voisins".

Le paradoxe

Car l’image de l’agriculture est balottée entre bienveillance certaine et désamour, ternie par "un bashing permanent" et un ennemi intérieur tout aussi dangereux, "la mauvaise image que les agriculteurs ont d’eux-mêmes et la mauvaise estime de leur métier". Un paradoxe à gérer. Un combat. "Positiver ce que l’on fait bien, et on est leader en Bretagne sur plein de productions avec une évolution technologique que bien des professions n’ont pas connue, c’est important en matière d’attractivité", relève Jo Le Feuve, engagé au sein d’Agriculteurs de Bretagne pour valoriser le métier. Car les atouts sont là, nombreux "jeunesse, dynamisme, qualité des produits, façonneurs de territoire, moderne", rappellera Samuel Vandaele, secrétaire général de JA national pour qui il faut être présent dans les médias, avec professionnalisme et simplicité. JA national qui n’a pas hésité à capitaliser par le biais d’une agence de communication sur dix portraits d’éleveurs "en 3 mètres sur 5 ", placardés l’an passé au moment du SIA dans les 263 stations de métro parisiennes.

Claire Le Clève

 

 

 

L’installation 2017

De 106 en 2016, le nombre d’installations a baissé de 20 % en 2017 pour s’établir à 84. Et si en 2015, les femmes représentaient le tiers des nouveaux installés, elles ne sont plus que 22 %. La moyenne d’âge est de 31 ans et 48,% des installations se font en lait avec une érosion en grandes cultures et bovin viande. Nombreuses, les installations en agriculture biologique concernent 41 % des arrivants contre 31 % en 2016 et 27 % en 2015. Les cantons de Pont-Scorff, Rohan, Muzillac et Rochefort-en-Terre sont les plus dynamiques en matière d’installations.

Kévin Thomazo, nouveau président de JA 56
Kévin Thomazo, nouveau président de JA 56 - © Claire Le Clève

Kevin Thomazo, nouveau président de JA56

Secrétaire général de la structure durant le précédent mandat, Kevin Thomazo a vu son élection confirmée mardi soir lors de l’assemblée générale de JA 56. A 31 ans, il succède à Thomas Guégan à la présidence du syndicat jeune morbihannais. Éleveur laitier de Questembert, Kevin Thomazo a rejoint en 2010 le Gaec familial laitier formé avec ses parents avec une référence de 680 000 l en vaches normandes sur 140 ha et 20 000 poules pondeuses en plein-air. "C’est un sacré challenge, extrêmement intéressant", estime-t-il, investi. A ses côtés, Thibault Lemasle devient secrétaire général du syndicat qui voit entrer à son bureau une jeune femme, Élodie Le Mailloux, en charge du dossier communication.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui