Terra 20 mars 2019 à 11h00 | Par Chantal Pape

Jeunes Agriculteurs : s'engager pour soi et pour les autres

Dans une période d'individualisme croissant, les JA ont profité de leur assemblée générale, le 15 mars à Châteaulin, pour inciter jeunes et moins jeunes à s'engager. Certes, exploitation, famille et loisirs demandent du temps. Mais à condition de bien s'organiser, l'engagement est source d'épanouissement personnel, permet de défendre les intérêts de la profession et d'imaginer l'agriculture de demain.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Eric Fleury, administrateur JA national, et Frédéric Grimaud, président du groupe Grimaud.
De gauche à droite : Eric Fleury, administrateur JA national, et Frédéric Grimaud, président du groupe Grimaud. - © Chantal Pape

"C'est difficile de s'engager, quand on est jeune agriculteur", reconnaissent Simon Le Hir et Alexandre Castrec, en présentant le rapport d'orientation des JA. A peine installé, l'exploitation mobilise une bonne partie du temps et de l'énergie. "Il faut cependant parvenir à s'organiser pour apporter sa pierre à l'édifice et défendre les productions", plaide JA en réclamant "un prix plus rémunérateur pour lever les freins à l'embauche".

Organiser

Du temps ? "Tout le monde dispose de 24 heures dans sa journée. Et certains sont tout le temps à la bourre, d'autres jamais, constate Frédéric Grimaud. Et ce ne sont pas ceux qui s'agitent le plus qui sont le plus efficaces". PDG du groupe Grimaud, spécialiste de la génétique animale et de la biopharmacie avec 1 850 salariés à travers le monde, il sait de quoi il parle, ayant encore le temps de courir le marathon, de piloter un avion, de consacrer du temps à sa famille et à ses amis...

Son secret ? "Planifier, pour ne pas gâcher le temps qui nous est permis. Et toujours distinguer l'urgent de l'important". Mais surtout "commencer par réfléchir à son projet de vie, prendre le temps de l'écrire par le menu, le détailler en petites tranches et se fixer des étapes réalistes : la confiance vient du succès". Et organiser sa vie autour de quatre piliers : le travail, l'amour et la cellule familiale, le temps social et le temps pour soi. "En prenant toujours du plaisir dans ce qu'on fait".

 

L'assemblée générale des Jeunes agriculteurs s'est tenue le 15 mars dernier à Châteaulin.
L'assemblée générale des Jeunes agriculteurs s'est tenue le 15 mars dernier à Châteaulin. - © Chantal Pape

Equilibrer

Du temps, Eric Fleury a toujours voulu en garder un peu pour son engagement syndical. "Peut-être parce qu'un de mes maîtres de stage était engagé", avance l'éleveur ornais de 31 ans. Installé depuis 2011, il commence par le dossier RGA, renouvellement des générations, à l'échelon départemental, "ce qui me prenait une journée par mois". Elu au niveau régional, le voilà maintenant à JA national, en charge du dossier lait, ce qui lui demande une journée par semaine. "Mon épouse est infirmière avec, elle aussi, des astreintes. Et nous avons deux petites filles. Parfois, il faut faire des choix et ne pas assister à toutes les réunions".

"Il faut défendre collectivement notre métier". Producteur de porcs à Plouvorn, David Riou a commencé très tôt à s'engager au service de la profession, tout en prenant soin de conserver un certain équilibre avec son exploitation et sa vie de famille, étant désormais papa de deux jeunes enfants. Un équilibre qui lui permet "de rentrer le soir à la maison de bonne humeur".

Echanger

"Avant de s'engager, il faut être bien sur son exploitation", estime Anthony Taoc, récemment élu à la chambre d'agriculture. Installé en 2015, il a d'abord voulu donner une dimension suffisante à son élevage de volailles, afin de pouvoir embaucher et se libérer plus facilement, lui qui ne concevait pas son installation sans engagement. "A 18 ans, j'ai été élu président du comité des fêtes de ma commune. Pendant 8 ans, j'ai adoré ce travail en équipe. Quand on y a goûté, on ne peut plus s'arrêter".

"Ce que j'ai appris aux JA me permet d'aller à la chambre". Lui aussi dernièrement élu, Martin Cloitre a commencé par échanger avec sa conjointe, "nous venons d'avoir un petit garçon", puis avec ses trois associés. Et c'est une fois leur accord obtenu qu'il s'engage.

La force du collectif

"L'engagement a encore de l'avenir au sein des JA", estime Stéphane Cornec, son président, en citant un conseil d'administration renouvelé à 75% l'an passé. Pour inciter jeunes et moins jeunes à franchir à leur tour le pas, les JA ont recensé les bénéfices personnels, à commencer par l'ouverture d'esprit, une meilleure connaissance des instances qui gravitent autour de l'agriculture, un partage d'expériences pour un regard nouveau sur le métier... "Et c'est la mobilisation des agriculteurs qui a permis de faire bouger les curseurs", rajoutent les responsables, en citant la Sica et le Cerafel, le MPB, le marché du porc breton... "Ou, plus près de nous, l'expérimentation de l'étiquetage sur le manger français, obtenu grâce à nos actions".

Et les JA de lancer un appel aux jeunes. "Le collectif a toujours permis de faire avancer les choses pour redonner du pouvoir et de la valeur aux productions". En les incitant à commencer par le syndicalisme. "Avant ou après l'installation, les Jeunes agriculteurs sont une bonne école d'apprentissage. A nous de nous organiser, de repenser l'agriculture de demain et d'être force de propositions".

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui