Terra 02 décembre 2016 à 10h00 | Par Claire Le Clève

Journée lait, l'Europe, un atout ?

En invitant Brigitte Misonne, de la direction générale agriculture de la commission européenne à sa journée lait, le 14 décembre prochain, au lycée la Touche de Ploermel, la FDSEA du Morbihan a choisi de s'intéresser à l'Europe, atout ou non pour la production laitière bretonne.Thierry Rocquefeuil, président de la FNPL, tout juste élu à la tête du Copa Cogeca Milk, apportera sa contribution à cette journée complète.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Marie-Andrée Luherne : "Aucun pays ne peut tenir en vendant en dessous de son coût de revient", martèle la responsable".
Marie-Andrée Luherne : "Aucun pays ne peut tenir en vendant en dessous de son coût de revient", martèle la responsable". - © CLC

 

 

"Nos interrogation son grandes par rapport à l'Europe, il y a ce Brexit, nos difficultés, le démantèlement de tous les systèmes de régulation... Or nos problèmes d'aujourd'hui viennent bien de là, d'une surproduction européenne ! L'Europe est-elle encore une solution ?". La question est sans détour. Elle est posée. Marie-Andrée Luherne, secrétaire générale de la FDSEA du Morbihan, en charge du dossier lait, a décidé de la poser à la cheffe du département des produits animaux de la direction générale agri de la commission européenne. Brigitte Misonne est donc attendue comme grand témoin de cet événement inscrit pour la première fois sur la durée d'une journée complète. "Nous avons également prévu de lui montrer notre réalité". Une visite d'exploitation devrait y contribuer. Nouveauté également, le lieu, c'est l'amphi du lycée la Touche qui accueillera ces débats.

 

Europe laitière, l'échec d'une politique?

Pour autant, "nous sommes des Européens convaincus", insiste Marie-Andrée Luherne, en Gaec laitier à quatre à Sulniac. Mais force est de constater l'échec de l'Europe laitière. Récemment élu à la présidence du Copa Cogeca Milk, Thierry Rocquefeuil, président de la FNPL est attendu sur ce terrain. "Son élection montre son importance sur le travail européen, sur la nécessite de réguler. La régulation est venue un peu tard. La France y est entrée comme les autres états. Aucun pays ne peut tenir en vendant sous son coût de revient", martèle la responsable. Et c'est de perspectives dont ont besoin les producteurs. "D'un peu de lumière dans ce tunnel et redonner l'envie de rester dans ce métier au risque de mettre par terre le modèle familial français. Qu'on nous dise et qu'on permette à la valeur de revenir sur nos exploitations". Tout un débat dont il sera question dès 10h30, le mercredi 14 décembre prochain, avec le matin, l'intervention des grands témoins, les résultats de l'étude du CER France Morbihan. Puis place aux échanges qui se dérouleront l'après midi de cette journée laitière au lycée la Touche de Ploërmel.

Claire Le Clève

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui