Terra 16 novembre 2017 à 08h00 | Par Laurence Ligneau, chambres d’agriculture de Bretagne

L’agriculture au cœur du plan climat-air-énergie de Rennes Métropole

20 000 habitants doit réaliser un plan climat-air-énergie territorial (PCAET) avant fin 2018. Ce plan, qui implique tous les secteurs d’activité, comporte une phase de diagnostic et va jusqu’à la définition d’objectifs et d’un plan d’action. C’est dans ce cadre que, sur le territoire de Rennes Métropole, une démarche originale s’est mise en place.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Rennes Métropole a placé l'agriculture au coeur de l'élaboration 
de son plan climat-air-énergie.
Rennes Métropole a placé l'agriculture au coeur de l'élaboration de son plan climat-air-énergie. - © Terra

A priori, l’agriculture n’est pas forcément au centre des préoccupations d'une métropole de plus de 430 000 habitants. Le secteur ne représente d'ailleurs que 14 % des émissions de gaz à effet de serre, en troisième position après le transport et l’habitat. Mais l’agriculture concentre des intérêts divers et concordants quand il s’agit de changement climatique : lutte contre le gaspillage alimentaire, économie des terres cultivables, alimentation de proximité, etc.

Ainsi, une démarche originale s’est mise en place. L’idée était de parvenir à une conception partagée, entre enjeux de la métropole et enjeux agricoles, d’un plan d’action pragmatique et cohérent. Pour ce faire, quatre rendez-vous ont été organisés entre des élus locaux et des agriculteurs :

1. se connaître et comprendre ensemble les enjeux climet, énergie, air, avoir une vision partagée ;

2. connaître les leviers d’action agricoles, identifier les synergies ou les antagonismes avec les enjeux eau, alimentation, santé, déchet…, se concerter sur les priorités ;

3. faire un zoom sur les filières laitières et les solutions pour des filières laitières bas carbone, avec des échanges croisés entre agriculteurs et élus sur les réalités professionnelles en élevage laitier ;

4. choisir et se mettre d’accord sur les enjeux et les actions prioritaires.

Et voici les résultats de ce travail, co-animé par les chambres d’agriculture et Rennes Métropole :

- une véritable vision partagée des enjeux et des solutions, assortie de meilleures connaissance et confiance réciproque (qui pourront être mobilisées pour d’autres actions) ;

- une feuille de route agricole pour le PCAET qui fait consensus.

Les quatre actions prioritaires pour les années à venir dans le cadre du PCAET seront :

- la sensibilisation généralisée des élus et des agriculteurs à la réalité de la transition énergétique et climatique ;

- le développement de l’efficacité énergétique et des économies d’énergie à la ferme ;

- l’optimisation du parcellaire pour améliorer les structures agricoles, favoriser l’accès au pâturage et limiter les déplacements ;

- le développement d’une filière bois bocage locale.

 

- © Terra

Témoignage

Olivier Auffray, élu référent du territoire de Rennes, chambres d'agriculture de Bretagne

Dans le cadre de la réflexion PCAET de Rennes Métropole, nous sommes repartis du rôle de l’agriculture : son rôle alimentaire, son rôle de gestion de l’espace, sa place dans l’économie locale et son impact sur le climat. Un partage d’expérience et de savoir-faire concrets entre élus et agriculteurs a eu lieu, en s'appuyant sur le champ des possibles. Nous avons su démontrer la complexité et le professionnalisme de notre travail sur les thématiques de l’air, l’eau, le sol, le climat, l’énergie, le végétal, l’animal… Cela s’est fait dans une bonne ambiance, il y a eu de l’écoute et des questions, du partage. La compréhension réciproque a pris le pas sur les éventuelles polémiques partisanes, sur la légitimité de l’élevage par exemple.

Cette démarche animée avec les chambres d’agriculture va permettre demain d’écrire un PCAET avec des mesures à la portée des agriculteurs et la possibilité pour chacun de trouver une ou des action(s) pour améliorer son bilan et ses résultats.

Le temps investi dans la démarche est du temps gagné, et pas seulement sur le dossier climat au regard de la confiance et des connaissances partagées qui se sont ainsi construites sur notre territoire.


 

Témoignage

Olivier Dehaeze, vice-président Rennes Métropole, en charge de l'énergie et des déchets

Une des grandes nouveautés des PCAET instituée par la loi de transition énergétique pour la croissance verte est bien leur caractère territorial. Les PCAET doivent dépasser les compétences de la collectivité pour s'appuyer sur de véritables partenariats entre les acteurs d'un territoire. C'est impossible à faire sans échange et sans confiance. Nos quatre réunions ont permis aux acteurs, élus comme agriculteurs, de mieux se connaitre et d'appréhender les problématiques de chacun. Aujourd'hui, je comprends pourquoi il serait illusoire, dans un territoire marqué par la polyculture élevage (laitier), d'exiger une réduction de 40 % des émissions agricoles de gaz à effet de serre d'ici à 2030. Mais je sais aussi que les agriculteurs de la métropole auront à cœur de s'engager pour obtenir la plus forte réduction possible de ces émissions parce que c'est bon pour le maintien et le développement de leur exploitation. Je suis fier que nous avancions ensemble sur la voie de la transition énergétique.

Propos recueillis par Aurélie Lajoye

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui