Terra 04 mai 2018 à 09h00 | Par Actuagri

L’agriculture : la plus vieille histoire du monde et un enjeu géopolitique mondial

"La question agricole et alimentaire est la plus vieille histoire du monde, elle concerne n’importe quel individu de la planète. Ce sujet est donc, par définition, géopolitique", a affirmé Sébastien Abis, chercheur associé à l'Iris* et directeur du club Demeter, le 18 avril, à l’occasion d’une conférence sur la dimension géopolitique de l’alimentation et de l’agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La Chine a besoin d’internationaliser sa tactique de sécurité alimentaire. En témoigne son investissement dans une usine de production de laits infantiles (Synutra) à Carhaix, dans le Finistère.
La Chine a besoin d’internationaliser sa tactique de sécurité alimentaire. En témoigne son investissement dans une usine de production de laits infantiles (Synutra) à Carhaix, dans le Finistère. - © Marion Le Duc - Synutra France International

"Quand on renverse une carte du monde, il est centré sur le Pacifique, pour des finalités économiques et alimentaires, nous avons à considérer cette représentation", décrit Sébastien Abis. Cependant, il précise que pour produire en agriculture il faut des ressources naturelles rares ; des terres et de l’eau. De ce point de vue "l’Europe est bénie des Dieux" ; elle a les ressources nécessaires pour produire des denrées alimentaires en grande quantité. Le chercheur spécifie donc que "si pour de nombreuses questions elle n’est plus un point de repère, l'Europe est un point central sur le plan agricole".


L'eau : une problématique de géopolitique agricole

Tous les territoires ne connaissent pas cette "profusion" d’eau et de terres arables. Sur la planète, les problèmes d’eau sont généralement, avant tout, des problèmes de géopolitique agricole et alimentaire. Sébastien Abis indique que l’obsession chinoise pour le Tibet, avant d’être un problème géoculturel, est, d'abord, une préoccupation hydrique pour avoir accès aux eaux de l’Himalaya.

Un autre élément structurant des relations internationales est l'ambition chinoise de construire un grand pont terrestre et maritime entre l’Asie et l’Europe. La Chine a besoin d’internationaliser sa tactique de sécurité alimentaire ; le pays représente 20 % de la population mondiale, 8 % des terres arables dans le monde et 4 % des ressources hydriques de la planète. Pour un État, ou un continent, la construction de sa sécurité alimentaire est une priorité stratégique.

 

23 000 naissances, chaque jour, dans le monde

Avec l’augmentation démographique, les questions alimentaires seront donc de plus en plus prégnantes ; "tous les jours il y a environ 23 000 naissances dans le monde, donc, chaque jour, 23 000 nouvelles personnes s’invitent au banquet de l’humanité", rappelle Sébastien Abis. En conséquence, de nombreux pays accélèrent leurs investissements en faveur de l’agriculture. Mais ils ne sont pas les seuls à investir. "De plus en plus d’acteurs, qui ne viennent pas des sphères de souveraineté classique et qui ne sont pas des acteurs de l’agroalimentaire, mettent le turbo sur l’agriculture et l’alimentation, je vous parle des Gafam (Google Apple Facebook Amazon Microsoft), les cinq plus grandes compagnies privées du monde", précise ainsi Sébastien Abis. "Tous les secteurs se digitalisent et l’alimentation ne fait pas exception", ajoute Richard Delerins, anthropologue, chercheur au CNRS, et co-directeur de Food 2.0 Lab. Des milliards sont ainsi investis pour que des startups californiennes deviennent des leaders de l’alimentation.

 

"Changement de perception de líalimentation"

"La perspective sur l’alimentation a changé", insiste Richard Delerins. Ce changement s’appuie sur des avancées scientifiques pour proposer des denrées plus "saines". Ainsi, le séquençage du génome humain, au début des années 2000, a entraîné un changement de perception ; "on ne regarde plus seulement l’alimentation d’un point de vue métabolique mais d’un point de vue cellulaire", raconte ainsi le chercheur du CNRS. L’épigénétique, la science qui consiste à analyser la manière dont les gènes s’expriment, ou non, a aussi été une étape cruciale. Des entreprises de la Silicon Valley, proposent donc désormais de séquencer le génome pour adapter au mieux son régime alimentaire.

 

"La grande fracture entre ville et campagne"

Cette révolution est aussi le symbole d’un changement de la consommation. "Partout sur la planète les consommateurs se ressemblent de plus en plus ; ils veulent plus de quantité, de qualité, de sûreté et ils le veulent plus rapidement dans leur assiette", assure Sébastien Abis.

Il note également que ces consommateurs n’ont pas un comportement linéaire, ils mangent bio le vendredi et de la junk food le samedi. Il estime qu’il est donc nécessaire de préserver la diversité des modèles agricoles sur la planète.

Depuis 2007, le consommateur est principalement urbain. Ce consommateur, habitué à trouver de la nourriture en bas de chez lui, oublie parfois qu’il y a un agriculteur et de nombreux acteurs derrière le produit. Pour le chercheur à l’Iris la grande cassure du monde n’est pas entre pays riche et pays pauvres, ou entre Occident et reste du monde, mais il s’agit de celle qui oppose les villes et les zones rurales. Elles sont souvent enclavés sur le plan géographique, fréquemment sous-estimés d’un point de vue médiatique et parfois oubliés par les pouvoirs politiques. "La confrontation urbain-rural permet de comprendre un certain nombre de dynamiques relatives aux turbulences socio-politiques, passées, comme les révolutions arabes, en cours ou à venir", estime Sébastien Abis.

* Iris : institut de relations internationales et stratégiques.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui