Terra 07 juin 2018 à 08h00 | Par Arnaud Marlet

L'agriculture s'adapte... ses acteurs aussi !

Comment accompagner les agricultures de demain ? C'est le thème qu'avait choisi la fédération du commerce et de l'agroalimentaire (FC2A) pour son premier congrès organisé le 25 mai à Saint-Malo.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La fédération du commerce et de l'agroalimentaire a tenu son premier congrès à Saint-Malo.
La fédération du commerce et de l'agroalimentaire a tenu son premier congrès à Saint-Malo. - © Terra

Quel cadre politique demain ? Quelles règles du jeu ? Quelles tendances déjà à l'œuvre et comment s'adapter ? C'était tout l'enjeu de ce congrès organisé à Saint-Malo. Pour répondre aux évolutions des attentes de la société, des marchés et des politiques publiques, l'agriculture s'adapte. Dans le même temps, le profil des agriculteurs évolue et l'agriculture se diversifie.

L'orientation de la future PAC, les accords commerciaux transnationaux ou à l'échelle régionale, la politique agricole de la Région, sont autant de cadres à comprendre pour se projeter. Avec un élément de contexte qui change la donne : le Brexit. D'ou cette question : la France parviendra-t-elle à conserver l'export vers le Royaume-Uni, face à la concurrence d'approvisionnement d'autres pays ? "Il existe des solutions, comme la mise en place d'une période transitoire pour atténuer le choc ou encore la signature d'accords commerciaux", estime Jean-Luc Mériaux, secrétaire général de l'Union européenne du commerce du bétail et des métiers de la viande. "L'international est une solution de court et moyen terme face au Brexit, le marché intérieur est une solution sur le long terme".

Si le cadre des politiques agricoles évolue, le profil des agriculteurs connaît aussi un éclatement. C'est d'ailleurs le sens des travaux menés par François Purseigle sur les nouvelles formes d'exploitation et d'organisations du travail. Pour le professeur des universités en sociologie à l'institut national polytechnique de Toulouse, "on est passé du faire ensemble au faire faire, avec par conséquence une multitude de questions posées aux organisations et acteurs". À l'échelle de la planète, François Purseigle distingue trois types d'agriculture : l'agriculture familiale (90 %), l'agriculture de firme et l'agriculture précarisée. "Au-delà de la taille, on note des différences fortes dans la manière de gérer et il n'y a pas d'un côté l'agriculture familiale consacrée au circuit court et de l'autre l'industrie avec les circuits longs mais la possibilité d'être sur tous les marchés".

Enfin, l'autre élément à prendre compte pour l'agriculture de demain, c'est selon l'agro-économiste, Jean-Marc Seronie, la révolution numérique. "Elle va être aussi forte que l'arrivée du tracteur. L'automatisation, les données et les plateformes sont les trois dimensions qui vont impacter le monde agricole de demain". Sans compter les conséquences du développement de l'intelligence artificielle dont on ne connaît pas encore toute l'étendue.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui