Terra 29 mai 2019 à 15h00 | Par Hélène Bonneau

L'andaineur à tapis pour une récolte propre et facile

L'herbe occupe de plus en plus l'esprit des agriculteurs et elle est aussi exigeante en matière d'organisation du travail, qu'il s'agisse de s'adapter à la météo, gérer la hauteur de coupe ou optimiser le ramassage. Autant de préocupations auxquelles le fabricant autrichien Reiter entend répondre, lui qui s'est engagé sur le marché français en 2017 avec son andaineur à tapis en faisant la promesse d'une préservation des cultures. Quelles sont les particularités de ce Respiro R3 ? Qu'en pensent les agriculteurs ? Essai en conditions réelles à Hillion en Côtes d'Armor.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

À peine arrivée au champ, la machine intrigue ! L'andaineur à tapis fait office de nouveauté dans la gamme déjà très fournie des outils de récolte de l'herbe. Présenté en France au Sima 2017, le Respiro Reiter commence, petit à petit, à faire sa place dans le paysage, avec 90 engins vendus en Europe. Ses principales qualités, équipé d'un pick-up flexible de petit diamètre, sans cames (vite détecté par les agriculteurs assistant à l'essai), l'appareil ramasse aussi bien les coupes de faible volume que les gros volumes en conservant l'uniformité de l'andain. Détail qui compte : la technologie de suivi du sol évite le ramassage de terre et de cailloux.


Comment ça marche ?
D'une largeur de travail de 3 mètres, l'andaineur se divise en cinq parties. Si la section centrale est fixe sur le châssis, les éléments adjacents reposent sur des disques patins. Les innovations se situent principalement autour du rotor et du pick-up. La technologie autrichienne place le rotor au-dessus du pick-up qui est donc délesté hydrauliquement. Il peut alors ramasser le fourrage directement après le passage des dents. Ce rotor de 300 mm de diamètre est équipé de six dents montées à contre-sens sur un support plastique. La résistance de la dent se fait donc en remontant, ce qui permet de ne pas avaler d'éléments étrangers. "Toutes les matières un peu plus lourdes sont relâchées par les dents qui les laisseront passer sous la machine", explique le technicien de MS Équipement en charge de la démonstration. Sur place, les agriculteurs ont jugé l'herbe d'excellent niveau. "La machine respecte le fourrage qui est bien aéré et propre".


Technologie de suivi du sol
L'andaineur est équipé d'un ramasseur flexible garantissant un bon suivi du sol. L'arbre du pick-up est constitué de six roulements sur toute la largeur, ce qui lui permet une élasticité pouvant tolérer une déformation acceptable suivant les types de terrain, de dénivellé ou de bosses présentes dans les parcelles. À savoir que le rouleau peut être réglé en hauteur depuis la cabine du tracteur pour mettre le rotor en position flottante. Un confort de travail qu'explique le démonstrateur : "Si vous ravalez un andain dans un croisement avec un gros volume de matière, le rouleau va lever l'ensemble automatiquement".


Alimentation de l'outil
Un deuxième rotor de 425 mm, fournit une alimentation régulière du tapis pour homogénéiser les andains. En forme de W, les dents ne sortent pas toutes au même endroit de façon à pouvoir ramener une matière régulière sur l'alimentation du tapis qui poussera le fourrage au sol, ceci sans interruption, peu importe la vitesse de travail (qui oscille entre 15 à 20 km/h). Le système Respiro permet également de prendre la matière et de la retourner avant de la poser sur le tapis pour faciliter le séchage et le passage de la presse. "Un atout pour ceux qui souhaitent directement faire de la paille", explique le vendeur. Autre innovation à souligner, un interrupteur permet d'envoyer la matière d'herbe sur le tapis du côté droit ou du côté gauche selon la préférence de l'utilisateur. Ces innovations permettent aux agriculteurs de retourner facilement les andains ayant subi une pluviométrie indésirée et de les regrouper au besoin.

Les dents ne sortent pas toutes au même endroit de façon à pouvoir ramener une matière régulière sur l'alimentation du tapis qui poussera le fourrage au sol
Les dents ne sortent pas toutes au même endroit de façon à pouvoir ramener une matière régulière sur l'alimentation du tapis qui poussera le fourrage au sol - © Terra

Des modèles adaptés

Conscient que son andaineur est relativement lourd et que la portée à l'avant reste compliquée pour certains usagers, le fabricant s'est diversifié pour proposer une gamme adaptable aux besoins des agriculteurs. Tour d'horizon :
- Le Respiro R3 compact et le Respiro R3 profi correspondent à la description de l'article. Les différences se situent au niveau du tapis. Pour le compact la largeur oscille entre 70 cm et 1 m (1 mètre pour le profi) et le R3 compact est moins lourd que le profi, ce qui permet de le porter avec un tracteur intermédiaire.
- Le Respiro R9 profi est un andaineur traîné en deux parties qui exécute un andain central à partir du fourrage ramassé sur 9,1 mètres. Les deux unités sont reliées au châssis principal par une suspension individuelle. La largeur de ramassage peut être modifiée en continu grâce au châssis télescopique.

 

Pré-requis et budget

Pour fonctionner, le Reiter Respiro nécessite deux distributeurs hydrauliques à simple effet et un retour libre direct au pont.
Par ailleurs, l'engin et son retourneur restent relativement lourds, le tracteur devra donc être adapté (120 à 140 cv minimum). Les utilisateurs, dans la version R3 devront aussi s'adapter à un matériel porté à l'avant (voir autres modèles).
Le prix peut varié selon les équipements demandés, mais il est estimé aux environs de 25 000 euros.

 

Une communication alternative

Ancien employé d'une autre marque de fenaison, le constructeur autrichien a lancé sa propre marque - Reiter - il y a presque dix ans. Face à des concurrents bien établis, il décide de communiquer autrement et de se passer, dans un premier temps, des lancements en grandes pompes et autres publicités en boîte aux lettres. À mesure qu'il affine la construction de son andaineur, il filme les performances de son outil et poste ses vidéos sur les réseaux sociaux. Il forme alors une communauté d'agriculteurs et d'entreprises de travaux agricoles avec qui il échange sur leurs besoins et les améliorations à apporter à ses engins. Une alternative plus économique qui lui a permis de lancer la machine. Le constructeur cherche aujourd'hui à être plus présent dans les concessions agricoles. Un nouveau pari !


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui