Terra 25 novembre 2016 à 08h00 | Par H.Bonneau

L'anticipation : la clé d'une transmission

Dans le cadre de la semaine de la transmission, la chambre d'agriculture des Côtes d'Armor a organisé un forum de la transmission-installation ce mardi dans les locaux de la chambre d'agriculture de Plérin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

© H.B

Plus de 200 agriculteurs, futurs retraités sont venus questionner d'autres agriculteurs témoins, sur leurs expériences réussies, et rencontrer les partenaires de la transmission pour évaluer la faisabilité de leur projet. "Avec le développement des installations hors cadre familial, la transmission des exploitations s'est complexifiée. Les futurs retraités doivent anticiper leur départ, évaluer le prix de leur exploitation en fonction de la valeur économique et laisser la place au compromis. Le candidat
idéal avec le projet idéal n'existe pas", explique Marie-Isabelle Le Bars, chargée de mission transmission-installation à la chambre d'agriculture.

Cinq questions clés
À travers cinq pôles, les agriculteurs ont pu baliser les contours de la transmission et ainsi trouver des pistes pour améliorer leur exploitation en vu de la transmission. "Les jeunes souhaitent un outil en ordre de marche dès le départ. Différer ou ralentir les investissements dix ans avant la retraite ne favorisent pas la transmission", analyse la chargée de mission. Des propos corroborés par Yoann Desbois, jeune installé en 2014, "j'ai vendu 150 porcs le jour de mon installation. C'était très
important pour moi d'être lancé dès le démarrage". Dans ce sens, des outils ont été présentés aux exploitants pour augmenter la valeur ajoutée de leur ferme via la conversion en agriculture biologique, l'organisation du parcellaire, les mises aux normes environnementale... La question du patrimoine a aussi été abordée. Les agriculteurs, très conscients de la part d'impôts prélevés de leurs biens étaient à la recherche d'outils d'optimisation et de protection pour leurs proches. Ainsi, tous les cédants témoins ont affirmé que l'aide d'un comptable qualifié a été d'une grande aide.
Même constat pour les repreneurs souhaitant sécuriser leur projet d'installation. Le délicat sujet de
la valeur de la ferme n'a pas été occulté. Des spécialistes étaient au rendez-vous pour pré-évaluer la valeur économique et patrimoniale des exploitations. La question sousjacente étant celle du "juste prix" pour le vendeur et le repreneur. Un prix dicté par la valeur économique de la ferme et non pas par les projets du futur-retraité. Les revenus disponibles à la retraite ont, quant à eux, pu être calculés par les techniciens de la MSA et des banques. Outre les problématiques techniques, "la transmission passe par un état d'esprit ouvert et une réflexion de longue date", estime Marie-Isabelle Le Bars. Et d'insister : "Le choix de conserver la maison d'habitation, de se retirer complètement de la vie de la ferme et de préparer des activités post carrière joue énormément dans la réussite du projet". Même constat pour Pierre Desbois qui a transmis à son fils : "il faut que les choses soient dites, actées et réalisées. La date de retraite par exemple ne doit pas être décalée, quelle que soit la conjoncture. C'est un engagement pour l'un de changer de rythme de
vie et pour l'autre de prendre lesrênes de son entreprise".

Trouver des compatibilités
Un atelier dédié à la recherche d'un repreneur a attiré bon nombre de cédants. Faire se rencontrer les projets est le coeur de métier des structures agricoles qui gravitent autour de l'installation. "Converti en bio depuis 2009, je recherche un repreneur depuis 18 mois alors que mon outil est très performant, notamment économiquement", raconte un cédant en devenir. Si des candidats en bio existent bien, ils se projettent souvent sur des petits outils... "Des solutions existent", assure la chargée de mission. "Séparer une exploitation en plusieurs, organiser de la vente directe, travailler avec une Cuma, les possibilités sont infinies... Notre ennemie reste la confidentialité. Pour qu'une exploitation se vende, elle doit être sur le marché. On sous-estime souvent le pouvoir du bouche à oreille".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui