Terra 25 juin 2015 à 08h00 | Par Chantal Pape

L'économie finistérienne en berne

Tous les ans, les 5 chambres consulaires du Finistère se retrouvent pour faire le point sur l'activité économique du département. Après une année 2014 fortement chahutée par une crise qui n'en finit pas, 2015 s'annonce sous de meilleurs auspices.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Marcel Cevaer, trésorier adjoint de la CCI de Morlaix, Jean-François Garrec et Frank Bellion, présidents des CCI de Quimper et Brest, Michel Guéguen, président de la chambre des métiers et de l'artisanat, et André Sergent, président de la chambre d'agriculture.
De gauche à droite : Marcel Cevaer, trésorier adjoint de la CCI de Morlaix, Jean-François Garrec et Frank Bellion, présidents des CCI de Quimper et Brest, Michel Guéguen, président de la chambre des métiers et de l'artisanat, et André Sergent, président de la chambre d'agriculture. - © Chantal Pape

"Vents contraires". Dès la première page de Finist'éco, la brochure éditée par la chambre d'agriculture, la chambre des métiers et de l'artisanat et les chambres de commerce et d'industrie de Morlaix, Quimper et Brest, le ton est donné ! Car, quels que soient les secteurs d'activité, 2014 a été une année compliquée. Dans le bâtiment, où le volume des constructions de logements a été divisé par trois depuis le dernier pic, en 2007. Mais aussi dans l'agroalimentaire, qui a perdu 756 emplois, dans le secteur de la pêche, où tonnages et valeurs sont à la baisse, - 6 et - 7%, dans le commerce de détail, qui perd 107 points de vente, au port de Brest, dont le chiffre d'affaires est en recul de 4% ou celui de Roscoff qui perd 4% de passagers. "Et, si toutes les productions agricoles ont fait les frais de l'embargo russe, ce sont le porc et les légumes frais qui ont le plus souffert", rajoute Anne Bras, économiste à la chambre d'agriculture.

 

Et demain ?

 

"On peut espérer que les choses s'améliorent en 2015", analyse Michel Guéguen, le président de la chambre des métiers et de l'artisanat, qui cite le bâtiment, et les énormes travaux de rénovation énergétique à y mener. "Depuis deux ans, de grands noms de l'agroalimentaire s'effondrent et l'an passé, le secteur a encore perdu 756 emplois", note Jean-François Garrec, le président de la CCI de Quimper. Un secteur qui, jusqu'à présent, avait pu tamponner les effets de la crise, en continuant à embaucher. "Mais il y a encore de beaux projets ! L'usine Synutra sort de terre, SVA va investir à Briec. Et Hénaff poursuit son développement avec Johnsonville, le spécialiste américain de la saucisse".

Un optimisme que partage André Sergent, le président de la chambre d'agriculture. "Notre climat est très favorable à l'agriculture. Et les marchés à l'export sont là". Avec un préalable, cependant. "Il faudra d'abord retrouver des prix rémunérateurs ! Car, aujourd'hui, beaucoup d'agriculteurs n'y croient plus et baissent les bras".

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui