Terra 09 mai 2019 à 08h00 | Par Arnaud Marlet

L'environnement pour faire le système, la génétique pour faire la différence !

Pour optimiser sa stratégie de renouvellement en production laitière, de nombreuses techniques sont arrivées depuis dix ans dans les élevages. Mi avril, Évolution organisait une visite chez un éleveur à Acigné (35) qui effectue le génotypage de ses femelles à 100 % depuis 2011. Une illustration en réel des sources de progrès et des leviers d'action.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
"Avec les semences sexées et le génotypage, les progrès génétiques de l’élevage ont été rapides", observe Serge Huet. Ses vaches produisent en moyenne 11 317 kg par an.
"Avec les semences sexées et le génotypage, les progrès génétiques de l’élevage ont été rapides", observe Serge Huet. Ses vaches produisent en moyenne 11 317 kg par an. - © Terra

Serge Huet est installé en EARL avec un salarié à plein temps, sur une exploitation qui compte un atelier lait, un atelier porcs et la culture de céréales. Le tout sur une surface de 80 ha, dont 15 ha de prairies, pour 43 vaches laitières. Il est donc limité dans sa surface pour les vaches et sa stratégie de renouvellement l'a conduit à se porter sur des critères de productivité.

100 % des génisses inséminées avec des semences sexées

Chez Serge Huet, toutes les génisses sont inséminées avec des semences sexées. Pour les vaches laitières, 20 % sont en semences sexées, 30 % en conventionnel, 50 % en croisement viande. "Mon objectif sur l'exploitation, c'est de faire mon quota. Et avec les semences sexées, le génotypage et le croisement industriel, les progrès génétiques de l'élevage ont été rapides", commente Serge Huet. Son troupeau produit en moyenne par vache 11 317 kg de lait par an. Avec le génotypage, ce qui est intéressant c'est d'aller voir individuellement l'impact économique de chaque vache. "Une vache peut être "jolie" mais pas forcément la meilleure économiquement, ajoute David Girod, responsable production génétique lait chez Évolution. Il y a un lien entre index et performance".

Une approche globale

Avoir une stratégie de renouvellement qui soit optimisée, cela demande d'avoir une approche globale du système, pour ensuite aller trouver les animaux qui vont bien dans cette approche. L'exemple de la stratégie menée par Serge Huet n'est pas applicable dans chaque élevage car il y a des approches différentes, et on se dirige, grâce notamment à tous les nouveaux outils, vers une gestion au cas par cas. "Les éleveurs sont de plus en plus des stratèges qui doivent choisir leur propre voie", estime encore David Girod. Finalement, que l'on soit en bio ou en intensif, ce qui compte c'est d'avoir une cohérence. Et chez Serge Huet, la cohérence économique, c'est la production à la place de logette, à la vache. Ensuite, beaucoup de variables sont à prendre en compte pour montrer les enjeux à travailler sur la génétique. L'étude menée sur l'exploitation de Serge Huet fait donc apparaître que ces points forts sont l'excellente productivité laitière, une marge brute lait à 196 euros/1 000 l, un taux cellulaire à 206, un âge au vêlage à 25,2 mois et enfin un âge moyen à la mise en repro à 14,3 mois. Pour les points à améliorer, on note pour le renouvellement : réussir à faire vieillir les vaches laitières et vendre les génisses amouillantes si surplus ou alors faire plus de croisement. Autre objectif : améliorer le TP et le TB et enfin utiliser des semences sexées sur les meilleures femelles. On peut donc dire que l'éleveur avait au départ des critères de productivité. Cette dernière étant atteinte, il peut maintenant mettre plus d'énergie sur la qualité, pour que cette productivité soit plus rentable.

 

Indexation du mois d'avril

L'indexation d'avril est importante à deux titres : les index sont adaptés au changement de base annuel et les taureaux disponibles vont composer l'offre des taureaux pour la prochaine campagne d'inséminations.

Pour mémoire, un index mesure l'écart entre le potentiel d'un individu par rapport à la moyenne de la population. "Chaque année, on revoit la moyenne de la population, du coup l'écart à la population, donc on corrige l'index", explique David Girod. En Prim'Holstein, le changement de base montre un progrès génétique de +5,8 points d'ISU. Un changement de base fort qui atténue les index des animaux. Par ailleurs, une étude de l'Idele-Institut de l'élevage a confirmé le lien entre le potentiel identifié par génotypage chez les génisses et leurs performances réelles dans le troupeau deux ans plus tard. Pour les taureaux, au niveau international, 56 % des taureaux du top 100 sont chez Évolution.

En Normandes, la base femelle connaît une nouvelle progression de 3,4 points d'ISU, équilibrée sur tous les postes. Les élevages qui adoptent une stratégie optimisée avec plus de 20 % de semence sexée augmentent leur progrès génétique plus rapidement de +8 points d'ISU par rapport à un renouvellement traditionnel sans semence sexée. Par ailleurs, 8 taureaux Evolution sont dans le top 10.

Enfin, en Pie rouge, le changement de base est de +2,4 ISU.

 

L'exploitation en bref

2 UTH (Serge Huet + 1 salarié)

Production laitière + atelier porc + céréales

412 000 l de de lait de droit à produire

43 VL présentes à 11 317 kg - 36,2 TB et 34,2 TP - Taux cellulaire moyen : 206 000

Bâtiments : logettes pour les vaches laitières et génisses de plus de 12 mois. Nurserie sur paille de 0 à 12 mois.

80 ha de SAU : 15 ha de prairies - 15 ha de maïs - 2 ha de luzerne - 46 ha de cultures de vente (blé, orge, colza).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui