Terra 29 août 2014 à 08h00 | Par Lucie De Castro

L'épandage, fer de lance des Cormiers

Le projet phare de la station expérimentale Les Cormiers (35) sur la thématique de l'épandage a donné naissance à Ecoépandage. Cette nouvelle certification garantit un épandage intelligent et homogène. Explications sur les projets de la station d'expérimentation en compagnie de Michel Morin, vice président de la région en charge de l'agriculture et de l'agroalimentaire et de Marcel Denieul, président de la chambre d'agriculture d'Ille-et-Vilaine.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Visite officielle de Michel Morin, vice président de la région en charge de l'agriculture et de l'agroalimentaire 
en compagnie de Marcel Denieul, président de la chambre d'agriculture d'Ille-et-Vilaine sur la station des Cormiers 
à Saint Aubin du Cormier (35). L'occasion de rappeler que la région accompagne la recherche appliquée en agriculture en lui consacrant notamment 1,1 million d'euros par an aux programmes de recherche menés par les 6 stations d'expérimentation de Bretagne.
Visite officielle de Michel Morin, vice président de la région en charge de l'agriculture et de l'agroalimentaire en compagnie de Marcel Denieul, président de la chambre d'agriculture d'Ille-et-Vilaine sur la station des Cormiers à Saint Aubin du Cormier (35). L'occasion de rappeler que la région accompagne la recherche appliquée en agriculture en lui consacrant notamment 1,1 million d'euros par an aux programmes de recherche menés par les 6 stations d'expérimentation de Bretagne. - © Terra

Le jeudi 21 août, la station expérimentale située à Saint Aubin du Cormier (35) a ouvert ses portes afin d'expliquer le cheminement ayant permis d'aboutir à la création d'Ecoépandage. Au fil des essais, de nouvelles problématiques liées à l'épandage ont également été soulevées : le tassement des sols et la consommation de carburants font partie des nouveaux axes à étudier. A noter que la problématique de l'épandage n'est pas la seule au sein de la station. Le site est spécialisée dans l'agromachinisme et le développement des nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC). Les projets autour de ces deux axes sont donc multiples mais c'est la problématique de l'épandage qui a justifié sa création en 2000.

L'éco-épandage

La réalisation de différents essais sur les matériels d'épandage a permis de découvrir des variations importantes dans les répartitions transversales et longitudinales de fertilisants organiques. Un delta pouvant atteindre jusqu'à 50 % dans certains cas. L'épandage d'une dose constante fait également partie des  difficultés liées à l'épandage. Ces constations en poche, les chercheurs de la station des Cormiers ont exposé ce problème aux constructeurs d'engins agricoles. Quatorze d'entre eux ont répondu présents et ont participé à l'élaboration d'un cahier des charges pour la certification. Il se décline en six points qui feront l'objet de contrôles par des passages au banc d'essai, par des simulateurs et par des sondages auprès des utilisateurs. Pour obtenir la certification, une machine doit respecter les valeurs cibles du cahier des charges et le constructeur doit être habilité.

Les nouveaux besoins

La station des Cormiers ne veut pas s'arrêter en si bon chemin et souhaite poursuivre les travaux menés avec les constructeurs. Le nouvel objectif à atteindre est la limitation du tassement des sols. Avec l'allongement des distances à parcourir, les tonnes sont de plus en plus grosses et la pression par hectare augmente considérablement. C'est au travers de ce constat que la station propose de dissocier le transport de l'épandage. Deux prototypes de matériels sont actuellement à l'essai. Une autre alternative réside dans la mise en place d'un maillage territorial de fosses. Chacune de ces pistes sera testée à la station des Cormiers pour peut-être aboutir sur de nouveaux outils innovants et économes en énergie.

Ecofuel, un projet complémentaire

Toujours en lien avec la consommation d'énergie, le projet Ecofuel s'inscrit dans la même dynamique. 29 tracteurs sur
11 exploitations ont été suivis dans le cadre de ce projet. Etaient mesurés : la consommation instantanée, la température des gaz d'échappement ou encore le temps de travail.  L'objectif à terme est d'être en mesure de proposer un dispositif de conseil personnalisé en fonction des paramètres à améliorer. L'étude démontre que 80 % de la consommation totale est destinée aux travaux liés aux cultures. L'épandage représente 9 % contre 7 % pour les activités d'élevage type paillage et alimentation. Des résultats qui montrent l'interdépendance des projets menés au sein de la station et la marge de progression importante qui existe encore sur les engins agricoles.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui