Terra 02 janvier 2019 à 11h00 | Par Arnaud Marlet

L'intérêt d'embaucher un salarié agricole

À 20 ans, son BTS Acse en poche, Benjamin Le Guen a choisi de se lancer dans la profession en tant que salarié. Embauché par l’intermédiaire du groupement d’employeurs Alterrenative, le jeune homme partage son temps plein entre deux exploitations voisines. Et tout le monde y trouve son compte.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Benjamin apprécie de travailler sur des fermes différentes
Benjamin apprécie de travailler sur des fermes différentes - © A.M

"Au départ en retraite de mon papa, en novembre 2017, on s’est interrogé sur la suite à donner. On avait d’abord pensé à l’option diminuer le volume et de rester à deux, mais on s’est vite aperçu qu’il restait encore beaucoup de travail pour deux", explique Mélanie Bouquillon, en Gaec avec son mari à Saint-Jean-sur-Couesnon. Installée en 2009 sur l’exploitation familiale, elle est ainsi rejointe en 2015 par son époux Bertrand. L’exploitation a donc beaucoup évolué et produit actuellement 950 000 l de lait, sur 127 ha. "On s’est rapproché d’Alterrenative 35 et l’option du mi-temps était vraiment la bonne solution car ça permet de nous libérer du temps pour voir grandir notre enfant", ajoute Mélanie Bouquillon.

À quelques kilomètres de cette exploitation, Béatrice Buchard est elle installée en Gaec avec son époux Jérôme et son frère Laurent. L’exploitation produit 997 000 l de lait et compte un atelier taurillons. "On parlait de prendre un salarié depuis un certain temps et il y a un peu plus d’un an, on s’est finalement décidés car on voulait pouvoir prendre des vacances et des week-ends", expliquent les associés. Finalement, ils ont donc opté pour un peu plus d’heures pour toujours avoir le même salarié chez eux, ce qui leur apporte un confort de travail.

Mélanie Bouquillon est installée en Gaec avec époux.
Mélanie Bouquillon est installée en Gaec avec époux. - © A.M

La traite mais pas seulement

Benjamin, lui, y trouve aussi son compte. Après l’obtention de son BTS en juin, il a été embauché par le groupement d’employeurs dès le mois de juillet. "J’ai fait ce choix de devenir salarié pour le moment car je pense que c’est une bonne chose d’aller voir ce qui se passe dans différentes fermes, avec des systèmes et des pratiques un peu différentes". Concrètement, Benjamin est présent les lundis matin, mercredis matin, et jeudis après-midi sur l’exploitation de Mélanie et Bertrand Bouquillon. Les mardis, mercredis après-midi et jeudis matin chez Béatrice, Jérôme et Laurent. Il passe également un week-end par mois sur chaque exploitation et ses jours de repos sont les vendredis et lundis après midi. "On s’arrange aussi entre nos deux exploitations, en fonction des besoins du moment", précise Mélanie Bouquillon. Sur les deux exploitations, Benjamin s’occupe de la traite, mais pas seulement. "C’est important qu’il sache tout faire sur la ferme, comme ça, ça nous permet de partit l’esprit tranquille", confie Mélanie.

Béatrice est associée avec son mari Jérôme et son frère Laurent.
Béatrice est associée avec son mari Jérôme et son frère Laurent. - © A.M

Sur l’exploitation de Béatrice et de ses associés, la satisfaction est la même. "Benjamin fait la traite et tout ce qu’il y a à faire sur l’exploitation. Il y a une organisation à trouver et à mettre en place pour que chacun y trouve son compte. Après c’est un choix de vie et de confort de travail. On a plus de temps avec nos enfants, le soir ou encore pour les emmener à leurs activités sportives". Même son de cloche chez Mélanie et Bertrand  : "Quand il est là dans la semaine, il y en a un de nous deux qui est en repos. On lui donne son programme le matin au petit déjeuner". Certes, les premières semaines ont demandé quelques ajustements pour les uns et pour les autres. "Au départ, on le voyait un peu trop comme un stagiaire et ce n’était pas facile de lui donner des ordres", en sourit aujourd’hui Mélanie. Mais depuis, chacun a trouver sa place dans ce "ménage" à trois qui satisfait à la fois les exploitants et le salarié. Et cerise sur le gâteau, "on n’a pas à gérer la partie administrative puisque c’est Alterrenative 35 qui s’occupe de tout" , conclut Béatrice.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
L’actualité en direct
Infos techniques terra sur Synagri

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui