Terra 23 janvier 2019 à 11h00 | Par Chantal Pape

La biosécurité, une priorité en élevage laitier aussi !

Si la PPA, la peste porcine africaine a rappelé aux producteurs de porcs toute l'importance de la biosécurité, les éleveurs laitiers, eux aussi, doivent avoir en permanence cette préoccupation à l'esprit. Le point avec BCEL Ouest, qui en a fait, cet hiver, l'un des thèmes de ses assemblées de secteur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les réunions de secteur de BCEL Ouest ont démarré le 15 janvier dernier à Gouesnou (29).
Les réunions de secteur de BCEL Ouest ont démarré le 15 janvier dernier à Gouesnou (29). - © Chantal Pape

Organisées sur la dernière quinzaine de janvier, les réunions de secteur sont pour BCEL Ouest l'occasion de réunir ses adhérents et de présenter l'actualité de l'entreprise. "2019 verra la mise en place d'un nouveau rationneur, Ruminal, né d'un partenariat avec l'Inra, indique Christophe Bruand, directeur de la relation client. Déployé courant d'été, il permettra, à partir de nouvelles équations de rationnement, de ré-ajuster nos recommandations".

De nouveaux dosages dans le lait

Après Gesta'détect et Céto'détect, BCEL Ouest propose désormais un dosage de l'urée et du lactose dans les échantillons de lait individuels. "Bientôt, on pourra aussi analyser les acides gras du lait". Si la filière s'y intéresse de près, l'éleveur, lui, y trouvera des indicateurs en termes de nutrition de ses animaux.

Cette année, les réunions de secteur sont aussi l'occasion de présenter icownect, le logiciel de gestion du troupeau laitier déployé sur PC et smartphone par Innoval, qui regroupe BCEL Ouest, le GDS et Evolution. "Les éleveurs peuvent échanger avec ceux qui sont déjà abonnés depuis quelques semaines".

Le projet d'entreprise Horizon 2020 arrivant bientôt à son terme, BCEL Ouest veut faire évoluer son organisation pour proposer de nouvelles offres de conseils. "Durant les réunions, un point d'étape est fait sur les travaux menés jusqu'à présent", indique Christophe Bruand.

Des mesures simples

Si ces rendez-vous annuels permettent aux éleveurs de procéder à des analyses de fourrage, maïs, herbe ou enrubannage, ils mettent aussi l'accent sur un thème technique. Actualité sanitaire oblige, il a d'abord été question de biosécurité. "Des pratiques simples vous permettent de limiter la diffusion d'agents pathogènes dans l'élevage", affirme Daniel Le Clainche, responsable du pôle technique et innovation au GDS Bretagne. Et de citer "un parking réservé aux intervenants et un point d'accueil, fléché, lieu de passage obligatoire équipé d'un point d'eau pour laver et désinfecter les bottes, d'un lave-mains, voire de tenues spécifiques".

Eviter l'introduction de contaminants

Au sein de l'élevage, la circulation des animaux et des engins doit être réfléchie, afin d'isoler les zones propres, distribution d'aliments..., des zones sales, stockage des effluents, eaux de lavage... L'introduction d'animaux est aussi facteur de risques. "Il ne faut pas oublier de vérifier l'état sanitaire de l'animal et de son cheptel d'origine, à compléter si besoin par des analyses complémentaires". Le camion de transport doit être nettoyé et désinfecté. "Et à l'arrivée, l'animal doit être mis à l'isolement, en quarantaine".

La réflexion doit aussi porter sur l'équarissage. "Une bombe à pathogènes, rappelle Daniel Le Clainche, qui conseille un site fixe, à l'écart des zones de circulation de l'élevage, fléché pour éviter que le camion ne se perde dans l'élevage, et une boîte aux lettres pour stocker les documents. "Pour isoler le cadavre, une cloche est l'idéal. Mais une bâche peut suffire".

Tous les postes

"Les veaux doivent avoir une nursery à l'écart des adultes, avec un équipement et du matériel spécifiques". Pour éviter la contamination, concentrés et céréales doivent être stockés dans des silos étanches, à l'abri des rongeurs et des oiseaux. "Les rats peuvent transmettre salmonellose ou leptospirose", rajoute Daniel Le Clainche. Des appâts permettent de maîtriser ce risque saisonnier, "quand, en hiver, les rongeurs des champs migrent vers les bâtiments". Et pour offrir une eau de boisson de qualité, les abreuvoirs doivent être régulièrement nettoyés.

"La biosécurité concerne tous les postes de l'élevage, rappelle Stéphane Saillé, responsable marketing et innovation à BCEL Ouest. Pour aider nos adhérents, nous leur proposons formations et audits".

Pratique

 

Les dernières assemblées de secteur auront lieu de 10h à 16h30 :

- le jeudi 24 janvier salle de la Maillette, à Locminé,

- le vendredi 25 janvier salle Le bonnet rouge, à Kergloff,

- le mardi 29 janvier, salle polyvalente de Pédernec (22),

- le jeudi 31 janvier salle des fêtes de Saint Brandan (22).

Analyses d'ensilage de maïs, herbe ou enrubannage.

Repas offert, inscription préalable au 0 810 56 29 22

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui