Terra 24 janvier 2014 à 08h00 | Par Chantal Pape

La Chambre à la rencontre des agriculteurs

Environnement, Pac, pacte d'avenir... : en 5 rendez-vous d'un bout à l'autre du département, André Sergent et les élus de la Chambre d'agriculture ont décidé d'aller à la rencontre des agriculteurs, pour échanger sur les sujets brûlants du moment.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
A la réunion de Morlaix, le 15 janvier dernier, (de gauche à droite) Pascal Prigent, membre du Bureau de la Chambre d'agriculture, André Sergent, président, Odile Caroff et Hervé Sévenou, membres du Bureau.
A la réunion de Morlaix, le 15 janvier dernier, (de gauche à droite) Pascal Prigent, membre du Bureau de la Chambre d'agriculture, André Sergent, président, Odile Caroff et Hervé Sévenou, membres du Bureau. - © Chantal Pape

Un an après les élections, ces réunions sont, pour la nouvelle mandature, l'occasion de présenter l'organisation des services de la Chambre d'agriculture autour de 6 grands pôles : politique agricole et économie, territoires, installation et emploi, conseil aux entreprises, recherche et développement, communication. "Dans un contexte de budgets de plus en plus serrés, nous allons encore renforcer la régionalisation, afin d'avoir les moyens de maintenir une présence forte sur le terrain", indique André Sergent, le président.

 

Représenter l'agriculture

 

Puis, sur chaque territoire, la Chambre d'agriculture a décliné ses actions en matière d'urbanisme, aménagement, environnement, installation, transmission, accompagnement des producteurs, animation, communication... "C'est bien simple, on n'est plus jamais à la maison, résume Hervé Sévenou, secrétaire adjoint de la Chambre d'agriculture. Et encore ! On n'arrive pas à suivre tous les dossiers !" Hors de question, pourtant, pour les élus de la Chambre de lever le pied. "Il va falloir trouver du monde pour nous épauler car il est vital que l'agriculture soit présente partout où on en discute".

 

Environnement : enfin des avancées

 

"Nous avons obtenu quelques avancées". En charge du dossier environnement, Hervé Sévenou a détaillé le 5ième programme d'actions de la Directive nitrates, qui devrait être applicable courant mars. "On devrait passer d'une interdiction de développement des élevages en ZES à un examen des projets au cas par cas. Et on se dirige vers un seuil unique de traitement à 20 000 unités d'azote". L'exportation des co-produits devait être facilitée, et le régime des installations classées revu.

"En porc, seuls les élevages de plus de 750 truies ou 2000 places d'engraissement seront désormais soumis à autorisation". Mais la profession reste vigilante quant à la mise en place de nouvelles contraintes, qui iraient à l'encontre de la volonté affichée de l'Etat d'une simplification administrative. "Et nous dénonçons un calendrier d'épandage de plus en plus restrictif : tout épandage de lisier sur maïs est désormais interdit avant le 15 ou le 31 mars, selon qu'on soit en zone de semis précoce ou tardif". Enfin, les élus réclament une évolution des mesures appliquées sur les BV en contentieux de l'Horn et de l'Aber Wrac'h, "puisque la qualité de l'eau s'est améliorée".

 

Calculez vos aides Pac

 

Avant des réunions plus techniques, courant mars, la Chambre d'agriculture a présenté la réforme de la Pac. "Les DPU vont être remplacés en 2015 par un DPB, un droit au paiement de base", indique Daniel Mazeau, responsable du service économie. L'occasion d'expliquer l'un des mots-clés de la réforme, la convergence. "D'un pays à l'autre, les DPU varient de moins de 100 à plus de 700 €/ha. L'Union européenne a décidé de réduire les écarts entre pays mais aussi au sein d'un même pays, entre agriculteurs". La France a fait le choix d'une convergence à 70% à l'horizon 2019, et la perte individuelle sera limitée à 30%.

A ces DPB se rajoutera un paiement vert, à condition de s'engager à maintenir les prairies permanentes, à diversifier ses cultures et à détenir des SIE, surfaces d'intérêt écologique, sur au moins 5% des terres arables. "Mais on ne connaît pas encore toutes les modalités d'application". Tout comme doit être arbitrée la question de la transparence des actifs pour la redistribution, cette surprime allouée aux 52 premiers hectares. Des aides couplées ont été actées, en vaches allaitantes et laitières, ovins, caprins, engraissement de bovins viande, protéines végétales... "Les conseillers de la Chambre d'agriculture peuvent vous aider à évaluer vos futures aides".

Définition des zones humides, sur-administration, couverts végétaux... : les échanges avec les agriculteurs ont ensuite permis de faire remonter les préoccupations du terrain, que les élus porteront au niveau de l'administration départementale ou régionale. "Notre agriculture a de l'avenir, a conclu André Sergent. On ne peut pas lâcher prise".

 

 

Les dernières réunions auront lieu à 20h :

- le mardi 28 janvier, salle Jean Moulin, à Bannalec,

- le mercredi 29 janvier, centre Henri Quéffelec, à Gouesnou.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui