Terra 05 juin 2015 à 08h00 | Par Paul Jegat

La colère gronde

Quatre jours d'actions en une petite semaine, les éleveurs bretons -de porcs mais pas seulement- ont laissé s'exprimer leur colère devant des cours beaucoup trop bas pour vivre de leur métier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Lors d'une breve rencontre avec les responsables FDSEA 29, le ministre a renvoyé ses interlocuteurs au 12 juin à   Ploërmel (congrès FNP), pour y annoncer ses mesures pour tenter d'enrayer des prix du porc trop bas.  &q © Terra Vendredi en fin de matinée, les entrées sorties de la plateforme easydis de Gaël reprennent sous surveillance des gendarmes après trois jours d'occupation des accès du site par les agriculteurs FDSEA et JA venus d © Terra Partout, dès son arrivée à l'aéroport de Quimper, ou devant Doux à Chateaulin, puis à Morlaix et à Plougasnou, des haies de tracteurs et des éleveurs, parfois très remontés, ont ac © Terra "On n'attendra pas jusqu'au 12 juin", apostrophe une éleveuse de Briec avant qu'un salarié en élevage porcin n'interpelle le ministre. "Aidez-nous, vite, on est en train de crever sur nos fermes" © Terra

Au MPB de Plérin, les séances de cotations se succèdent sans laisser le moindre espoir d'une remontée des cours du porc. Cela fait des semaines et des mois que la situation se prolonge. La semaine dernière, las de cette stagnation, c'est devant les grilles de deux plateformes logistiques de la grande distribution, l'une à Gaël en Ille et Vilaine, l'autre à Landerneau en Finistère que plusieurs centaines d'éleveurs se sont relayés trois jours durant, du mercredi matin au vendredi matin, en bloquant les sorties de marchandises. Une manière d'exprimer leurs griefs à l'encontre des grandes surfaces, Géant-Casino dans un cas, Leclerc dans l'autre, accusées d'exercer une pression négative sur les prix des produits agricoles, le porc notamment pour lequel manquent 20 centimes au kg de carcasse pour couvrir le coût de production, mais aussi la viande bovine où manquent 60 centimes/kg pour mettre les trésoreries à niveau. Se considérant comme les victimes colatérales d'une guerre des prix qui n'en finit pas entre les enseignes de la grande distribution, les éleveurs bretons mobilisés la semaine passée ont été contrariés dans leur élan à Gaël, dont ils ont été délogés par les forces de l'ordre de leur barrage improvisé.

Des annonces ministérielles le 12 juin

La réponse musclée des gendarmes (sur ordre du préfet), presque aussi nombreux ce vendredi matin que ne l'étaient les manifestants, a provisoirement interrompu une mobilisation calme et déterminée jusque là. A Landerneau par contre, aucune intervention des forces de l'ordre...et aucune demande d'intervention de la part de la Scarmor (Leclerc), le blocage du site a été levé en fin de matinée par les manifestants eux-mêmes, promettant de reporter leur action le lundi suivant à l'occasion de la visite du ministre de l'agriculture dans le Finistère. Et lundi, la visite de Stéphane Le Foll a bien eu lieu, à Chateaulin chez Doux puis à Morlaix, avec les salariés de Tilly Sabco, chaque déplacement du convoi ministériel étant accompagné d'un alignement de tracteurs en bord de routes...sans aucun blocage ou incident. A peine quelques échanges verbaux tendus entre le ministre et des éleveurs en complet désarroi et en attende de résponses fortes de l'Etat, Stéphane Le Foll a promis des annonces pour le 12 juin, lors du congrès de la FNP à Ploermel (56). D'ici là, de nouvelles actions sporadiques pourraient se dérouler en Bretagne et au-delà, pour prolonger la pression sur les grandes surfaces ou sur les cotations au MPB. Par ailleurs, les JA bretons continueront ce vendredi leur opération de stickage "viande de nulle part" sur les produits à l'origine non identifiée dans les rayonnages de grandes surfaces.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui