Terra 24 mars 2017 à 08h00 | Par Arnaud Marlet

La diversité, une richesse plus difficile à accompagner

Bilan des réunions lait, stocks fourragers, et classement des sangliers en nuisibles. Ce lundi 20 mars, le président de la chambre d'agriculture d'Ille-et-Vilaine, Marcel Denieul avait organisé un point presse pour évoquer ces différents dossiers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Marcel Denieul.
Marcel Denieul. - © AM

Globalement, on sent dans les élevages laitiers une grande fatigue des agriculteurs. Une fatigue économique, humaine et sociale". Pour le président de la chambre d'agriculture, sans tomber dans le pessimisme à outrance, on arrive à un moment de fracture, avec un écartement sur la répartition des revenus qui interroge les professionnels. "Vu les écarts, travailler sur des moyennes n'est sans doute pas  judicieux et il faut donc adapter le conseil et le suivi en fonction de cette donnée. On voit bien qu'il n'y a pas un modèle miracle qui permet d'assurer le résultat et c'est le savoir-faire, et la capacité à articuler les différents éléments de son système qui permettent de donner une cohérence à son exploitation", poursuit Marcel Denieul. De quoi sera fait l'avenir ? Comment gagner en autonomie ? Quel est le sens de mon métier ? Autant d'interrogations qui agitent la campagne. Dans un département qui a été beaucoup contraint par les quotas, la tentation de vouloir produire plus est forte. Pour autant, produire plus en travaillant plus ne veut pas forcément dire gagner plus... "Avant de faire plus, il faut s'assurer déjà de faire bien", estime Marcel Denieul. Et en ces temps difficiles, il est encore plus important de ne pas s'isoler et de s'investir dans des groupes. Si les structures vont déjà aujourd'hui plus loin dans la différenciation en termes de conseils, le président de la chambre d'agriculture souhaite que les décideurs politiques intègrent cette vision car "la diversité est une richesse, mais elle est plus difficile à accompagner".

Stocks fourragers

Autre sujet abordé lors de ce rendez-vous avec la presse, la question des stocks fourragers. Cet hiver a plutôt engendré des surcoûts alimentaires avec des fourrages de moins bonne qualité. "Dans l'immédiat, on ne s'en rend pas forcément compte car l'herbe pousse, mais la question hydrique va être un élément clé en 2017 pour les fourrages", estime encore Marcel Denieul. Une enquête menée par Eilyps laisse apparaître qu'en Ille-et-Vilaine, 1/4 des élevages laitiers sont dans une situation tendue pour les stocks fourragers. Sur cette question, une cellule vigilance climat a vu le jour au sein de la chambre d'agriculture.

Enfin, à l'image des départements de Loire Atlantique et de Mayenne, devant la multiplication des sangliers et des dégâts, le président de la chambre d'agriculture va demander au préfet un classement en nuisibles. Une délibération en ce sens a d'ailleurs été votée à l'unanimité lors de la session de la chambre d'agriculture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes