Terra 23 février 2017 à 08h00 | Par Paul Jégat

La folle semaine agricole à Paris

Rendez-vous médiatique d'exception, le salon international de l'agriculture est d'abord le point de convergence de l'agriculture française dans toute sa diversité. La Bretagne y tiendra toute sa place, même si avec la réorganisation territoriale de 2015, elle apparait désormais minuscule en comparaison de la plupart des treize régions françaises. Mais un second événement d'importance se déroule également cette semaine, le Sima, 2e événement mondial du genre consacré à l'agroéquipement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Traditions revisitées avec les maîtres crêpiers de l'association des Crêperies gourmandes de Bretagne. Tous les jours, sur le stand Terres et mers de Bretagne, des crêpiers dévoileront leurs recettes et leurs tours de main.
Traditions revisitées avec les maîtres crêpiers de l'association des Crêperies gourmandes de Bretagne. Tous les jours, sur le stand Terres et mers de Bretagne, des crêpiers dévoileront leurs recettes et leurs tours de main. - © Terra

La grande semaine agricole française commence ce samedi avec l'ouverture du Salon international de l'agriculture, puis celle du Sima dimanche. Deux grand salons agricoles, l'un très généraliste et axé sur les territoires et les savoir-faire agricoles et alimentaires, l'autre très professionnel et spécialisé dans l'agroéquipement, qui sont autant d'occasions d'affirmer la place de l'agriculture dans l'économie française et de montrer l'extrême technicité des métiers qui s'y rattachent (Terra 571 du 3 février).

Un absent très présent

Et, comme tous les cinq ans, élection présidentielle oblige, cette grande semaine agricole devient aussi très politique avec le rituel de la visite du SIA par les principaux candidats qui y énoncent la dimension agricole de leurs programmes respectifs devant les différents représentants de la profession agricole. Un rituel d'ordinaire accompli en compagnie du "patron" de la FNSEA. Une tâche qui tout au long de la semaine prendra nécessairement la dimension d'un hommage à l'action de Xavier Beulin, une semaine après son décès dimanche dernier. Le contexte sera donc très particulier outre le fait que l'agriculture française a toutes les difficultés à sortir d'une crise à rallonge, comme elle n'en avait jamais connue, sur fond de volatilité extrême des prix et de concurrence exacerbée par la récession économique mondiale. SIA et Sima sont tous deux des événements de portée internationale majeure, où s'expriment les grandes orientations de l'agriculture mondiale. Cette dimension planétaire, le visiteur du Salon international de l'agriculture ne la perçoit pourtant presque pas, comme envouté par le charme presque surrané de l'événement. Au Sima, c'est autre chose, la présence de la quasi totalité des constructeurs mondiaux - dont des tractoristes chinois pour la première fois - ne fait que confirmer le fait que c'est bien l'agriculture mondiale qui se donne rendez-vous à Paris, à l'occasion du 2e plus grand salon international de l'agroéquipement après celui de Hanovre.

La Bretagne fait cause commune

Sur le SIA, qui se déroule dans l'enceinte du parc des expositions de la Porte de Versailles, le stand Terres et mers de Bretagne se situera au beau milieu du hall 3, consacré aux régions françaises, elles sont désormais au nombre de 13 dont quelques unes colossales, la nouvelle Aquitaine par exemple et ses 12 départements, face auxquelles la Bretagne devient très petite, elle qui est restée dans son périmètre d'avant réforme territoriale. Raison de plus pour faire de sa petite taille son atout et sa force.

Le hall 3, c'est le cœur du Sia, dont les battements rythment tout le parc des expositions, le hall par lequel passent forcément tous les visiteurs, plus de 600 000 l'an dernier, à affluer vers la plus grande ferme vivante de France, celui où se concentrent toutes les traditions alimentaires françaises. L'initiative d'un stand "Terres et mers de Bretagne" au SIA est née il y a dix ans, fruit d'une volonté des acteurs bretons de l'agriculture, de la mer, du tourisme et de la restauration de faire cause commune en partageant un espace aux couleurs bretonnes, le tout soutenu par la région Bretagne. La dynamique enclenchée ne s'est jamais essoufflée et permet de nourrir l'image d'une Bretagne moderne et aux traditions renouvelées auprès d'un public en quête de nouveaux hrizons. Une vingtaine d'entreprises bretonnes participent également à l'aventure Terres et mers de Bretagne pour présenter leurs produits sous la bannière de la région. Le concours général des produits (CGA) qui chaque année attribue ses palmes aux meilleurs produits agricoles, mettra cette année encore un nombre importants de produits issus de l'agriculture bretonne, 509 en tout présentés par 144 entreprises (117 en 2016), dont de plus en plus de petites sociétés auxquelles le macaron du concours général agricole apporte un avantage commercial indéniable. Enfin, côté concours animaux, la Bretagne sera présente en force avec 76 éleveurs et 106 animaux, dont des Bretonnes pie noir auxquelles un concours spécifique sera dédié pour la première fois.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui