Terra 16 février 2017 à 08h00 | Par Arnaud Marlet

La force des Cuma dans la mutation du monde agricole

Comment agir durablement sur la compétitivité des exploitations en optimisant les charges de mécanisation et l'organisation du travail. C'était tout l'enjeu de la table ronde organisée le 8 février à Rennes, à l'occasion de l'assemblée générale de la FR Cuma Ouest. Et à en croire les participants, les Cuma ont un rôle prépondérant à jouer... à condition d'aller vers les jeunes et de se réinventer.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Charges de mécanisation, besoins en main d'œuvre... les demandes des agriculteurs évoluent. (© Terra) Christophe Lambert, du Cerfrance. © Terra Patrick Lemartinel, du Crédit agricole. © Terra Philippe Royer, Seenergi. © Terra

L'agriculture est elle en crise ou en mutation ? Pour Philippe Royer, directeur de Seenergi, qui regroupe des entreprises de conseil, c'est les deux à la fois. "Quand on sortira de la crise, on va s'apercevoir que l'on est dans une mutation, culturelle, technique, technologique et digitale", estime ainsi Philippe Royer. Une chose est sûre, le collectif de demain ne sera pas celui d'hier et les structures historiques ont à s'adapter à cette nouvelle donne. "La valeur ajoutée va être rare et il faut aller la chercher partout où c'est possible et réussir à en affecter une partie aux aléas, afin d'anticiper la volatilité", souligne pour sa part Patrick Lemartinel, du Crédit agricole Normandie. Et le responsable développement du marché agricole de la banque d'ajouter : "A l'image d'Uber, on quitte la propriété pour aller dans l'usage. Et dans ce rôle, les Cuma ont tout à fait leur rôle". A condition, comme l'explique le président du Cerfrance, Christophe Lambert, que les Cuma aillent vers plus de professionnalsiation et renforcent leur structuration et leur taille. Philippe Royer va encore plus loin. "Une Cuma se doit d'avoir le matériel digital le plus pointu sur le marché. Si vous n'avez pas les meilleurs outils, vous laissez la place aux autres alors qu'en tant que Cuma vous avez tout pour être leader".

Alliances multipartenaires

Charges de mécanisation, besoins en main d'œuvre... les demandes des agriculteurs évoluent et, pour y répondre, de nouveaux partenariats sont à inventer. "On va aller de plus en plus vers des alliances multipartenaires et le digital et la Data vont amplifier ce phénomène", estime encore Philippe Royer. Mais pour que ces alliances fonctionnent, encore faut-il qu'elles soient avant tout créatrices de valeurs pour les agriculteurs. Et que les différentes structures acceptent l'idée d'être en coopération sur une partie des activités et en concurrence sur d'autres.

Dans cette mutation, on comprend aisément tous les atouts qu'offrent les Cuma. Pourtant, elles souffrent parfois d'une image "vieillissante" et de repli sur soi. Comment se réinventer ? Vers qui se tourner ? Tous les intervenants mettent en avant l'importance d'intégrer des jeunes. en allant dans les lycées, dans les MFR... "Le jeune qui ne voit qu'a travers le tracteur pourra très bien assouvir sa passion dans une Cuma", glisse ainsi Patrick Lemartinel. Sans compter que la force, c'est d'associer la sagesse des "anciens" avec l'énergie des jeunes. Pour Christophe Lambert, "il faut être à l'écoute de toutes les demandes, même celles qui paraissent au départ marginales, car il n'y a plus un seul modèle de production". Philippe Royer, lui conseille aux Cuma de "porter un projet ambitieux car la puissance de votre réseau est encore insuffisament déployée. Par exemple, soyez le leader des achats pas chers de matériel agricole sur internet". Et le directeur de Seenergi de conclure : "Il faut que l'on ait la même audace que celle qu'ont eue nos prédecesseurs, il y a 50 ans".

 

 

"Ce n'est pas la propriété qui est importante"

Le guide des prix de revient des matériels en Cuma, édition 2017 est sorti. A cette occasion, le président Jean-Luc Boursier livre son

analyse : "La situation économique de nombreux agriculteurs est difficile. Les filières lait et viande sont particulièrement impactées. La chute des prix en est la cause conjoncturelle certes mais les mutations en cours sont profondes. Dans un contexte durable de forte volatilité des prix, la maîtrise des charges, et des charges de structure en particulier, est primordiale. Sur une exploitation agricole, la mécanisation représente 30 à 40 % de ces charges et les publications récentes des organismes de gestion montrent qu'elles ont eu tendance à augmenter.

Trop souvent, la remontée des prix est allée de pair avec une relance disproportionnée des investissements en matériels. Si chaque agriculteur est responsable de ses décisions, force est de constater que les organismes de conseil et d'accompagnement ont aussi une responsabilité dans ces dérives, sans parler de certains dispositifs fiscaux dont la contribution à la compétitivité des exploitations est incertaine. Face à cela, le réseau des Cuma de l'Ouest se mobilise.

Notre message est clair : ce n'est pas la propriété des matériels qui est importante, c'est la performance du service : le bon service, au bon moment, au juste prix.

Pour se procurer le guide des prix de revient des matériels en Cuma, rendez-vous sur le site internet http ://www.ouest.cuma.fr/

 

 

Chiffres clés de la FR Cuma Ouest


- 54 400 adhérents sur 14 départements en Normandie, Bretagne et Pays de la Loire

- 152 millions investis : après avoir augmenté de manière spectaculaire en 2013 avec + 20 %, 2014 et 2015 marquent un ralentissement. L'investissement est néanmoins à un niveau très élevé
avec + 55 % sur 10 ans.

- 980 emplois

- 240 millions d'euros de chiffre d'affaires

- 2 577 Cuma

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui