Terra 20 mai 2016 à 09h00 | Par Claire Le Clève

La forêt progresse

Avec 17% du territoire couvert de forêt, le Morbihan est le département le plus boisé de Bretagne. Propriétaires du 1/5 de ses massifs forestiers, les membres du syndicat des producteurs de la forêt privée du Morbihan (SPFPM) se sont penchés vendredi dernier à Saint Nolff sur son devenir. Car si la forêt continue d’y progresser, ravageurs et changement climatique constituent une menace pour l’activité, véritable puits à carbone.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Alain de Chabannes, président du syndicat de la forêt privée du Morbihan entouré par Luc Bouvarel, directeur du syndicat national de la forêt privée et Benoît de Rodollec, président de l'union régionale
Alain de Chabannes, président du syndicat de la forêt privée du Morbihan entouré par Luc Bouvarel, directeur du syndicat national de la forêt privée et Benoît de Rodollec, président de l'union régionale - © C.L.C

Fortement replanté au lendemain de la guerre, très apprécié et demandé pour ses qualités par l’industrie de transformation du bois, l’épicéa de sitka fait l’objet d’une pression de récolte soutenue. Présent sur l’ouest du département, il subit les attaques du dendroctone, un coléoptère pour lequel "la lutte biologique fonctionne bien avec un insecte prédateur qui s’attaque à la larve, le rhizophagus, à condition de faire des lâchers réguliers", note Alain de Chabannes, président du syndicat des propriétaires forestiers à l’évocation de l’état de santé de la forêt morbihannaise. Mais voilà, "l’insecte prédateur est difficile à élever. Toute la difficulté est de pouvoir s’approvisionner», enchaîne Eric Sinou du CRPF, centre régional de la propriété forestière regrettant le trop faible nombre d’élevages de ce prédateur. "Le défi pour le Morbihan, est que les peuplements de sitka soient exploités dans de bonnes conditions et renouvelés pour l’approvisionnement de la filière bretonne", relève Pascal Favre de la DDTM. C’est tout l’enjeu du plan Breizh bois Bretagne.

Le bois, une solution qui piège le carbone

"Innover, modifier ses comportements et sa façon de procéder est certainement une des clés de notre gestion forestière future", estime Alain de Chabannes à l’évocation de l’évolution du climat, autre sujet phare de cette assemblée générale. "Nous devons avoir une sylviculture adaptée, nous essayons l’implantation du chêne pubescent que l’on trouve dans le sud de la France. Il est résistant et ses caractéristiques technologiques sont bonnes pour le bois d’œuvre, y compris pour la fabrication de barriques. Cela peut intéresser les producteurs de vin des pays de Loire ou des Charentes". Un bois que chacun dans cette assemblée veut voir mis "en exergue, la forêt est un véritable piège à carbone qui réduit aujourd’hui de 20 % les émissions de CO2, nous devons atteindre les 40 % dans les décennies futures".

Claire Le Clève

 

 

 

 

 

Attaqués par le ravageur dendroctone, les peuplement d’épicéa de sitka déprissent dans l’ouest du département
Attaqués par le ravageur dendroctone, les peuplement d’épicéa de sitka déprissent dans l’ouest du département - © C.L.C

En chiffres

La forêt morbihannaise couvre 120 000 ha soit 17 % du département. Elle est privée à 90 %. 60 % de ses arbres sont des feuillus, chêne, hêtre ou châtaignier et 40 % des résineux, pin maritime, épicéa.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui