Terra 02 août 2018 à 08h00 | Par Claire Quiblier - FRSEA Bretagne

La FRSEA Bretagne travaille sur la réduction des charges en viande bovine

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Sophie Chatenet

Depuis plusieurs mois, la section régionale viande bovine de la FRSEA Bretagne a initié un travail de fond sur le revenu des éleveurs de viande bovine bretons.L’action régionale s’est d’abord portée sur la question du prix payé aux éleveurs notamment dans le cadre de la démarche "éleveurs et engagés" initiée par la FNB. La section a souhaité se pencher également sur les différents postes de charge d’un élevage allaitant breton. En examinant les différents postes, la ligne GDS est ressortie.

En effet, face à un revenu disponible de 16 600 €/actif non salarié par an en moyenne sur les trois dernières années(1), la facture GDS pour un élevage spécialisé nécessite la mobilisation de presque deux mois de revenu sur ce poste uniquement. Aussi, face à ce constat alarmant, la section a sollicité une rencontre auprès du bureau de GDS Bretagne afin de faire le point sur les actions spécifiques viande bovines du GDS et d’envisager une évolution des actions et des coûts. L’objectif n’était pas de remettre en cause les compétences ou les actions du GDS mais plutôt de bien mettre en cohérence l’accompagnement du GDS Bretagne envers les éleveurs de viande bovine avec leur capacité à payer les services proposés.

Au cours de cette rencontre, le GDS Bretagne a exposé tout l’intérêt du suivi sanitaire et de l’accompagnement proposé qui permet à la Bretagne de bénéficier d’une excellence sanitaire connue et reconnue unanimement.

Thierry Duval, au nom de l’ensemble des représentants des quatre départements bretons, a salué le travail du GDS et des éleveurs pour avoir atteint cette excellence sanitaire mais a regretté que ce résultat ne soit pas perceptible dans le prix des animaux vendus par les éleveurs bretons excepté pour le commerce de reproducteurs.

Après plus de deux heures d’échanges parfois vifs mais toujours cordiaux, les représentants régionaux espèrent que le message d’alerte concernant la situation des éleveurs du terrain est bien passé et que le GDS sera force de proposition dans les mois à venir pour adapter son offre d’accompagnement pour les éleveurs allaitants.

 

(1) Données Idele – Observatoire de l’endettement et des trésoreries des élevages bovins.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes