Terra 19 avril 2018 à 09h00 | Par Arnaud Marlet

La Normande augmente sa double valorisation à travers un nouvel ISU

Après huit années de collecte de données et de modélisations de systèmes économiques, la Normande présente pour l'indexation d'avril, un nouvel index de synthèse unique (ISU) qui intègre les qualités bouchères. Une nouvelle approche qui permet de renforcer la mixité de la race, comme l'a expliqué Evolution, lors de sa conférence de presse organisée le 12 avril.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Montfort (Eville x Indorrane), N°1 ISU, combine haute production laitière et valorisation bouchère. Large diffusion à partir de juillet.
Montfort (Eville x Indorrane), N°1 ISU, combine haute production laitière et valorisation bouchère. Large diffusion à partir de juillet. - © Terra

"C'est une évolution importante, comme il s'en produit tous les dix ans !", Jean-Christophe Boittin, chef produit Normande chez Evolution donne le ton à l'heure de présenter la nouvelle indexation. Après la prise en compte en 2012 des index fonctionnels, ce sont les index sur les aptitudes bouchères qui se trouvent donc renforcés dans ce nouvel ISU. La Normande, en tant que race mixte, apporte aux éleveurs une double valorisation via le produit lait mais aussi via le produit viande. Les études de cas-types montrent que le poids économique des caractères bouchers est non négligeable à l'échelle de l'exploitation : de l'ordre de 21 à 30 %. "Ce nouvel ISU porteur de l’orientation de la race est le fruit d’une réflexion et d’une analyse solide conduites ces dernières années. Il a été permis grâce à l’accès et à l’analyse des performances bouchères et à l’étude de leur poids économique dans les élevages mais aussi par le positionnement et la plus-value de la Normande dans la filière bovine", poursuit Jean-Christophe Boittin.

 

L'engraissement pas corrélé à une baisse de production

Le nouvel ISU 2018 a été construit dans l’optique d’intégrer l’optimum économique global d’un système intégrant tous les axes de valorisation. Pour cela, deux systèmes types ont été étudiés : un système "mixte" 52 VL avec valorisation de la moitié des mâles en bœufs et un système "lait seul", avec 70 VL sans engraissement. La nouvelle indexation sur les aptitudes bouchères directes a permis de révéler que la sélection sur le lait et sur les aptitudes bouchères s’avère non seulement possible mais apporte des synergies et des complémentarités, notamment en termes de gain en précocité tant laitière que bouchère. L'engraissement n'est donc pas corrélé à une baisse de la production laitière.

"Dans le nouveau contexte laitier, l’efficacité économique en production laitière est portée par la qualité du lait et la quantité de matière globale. L’orientation du nouvel ISU 2018 maintient le gain en productivité en quantité de matières, porté par un renforcement des taux et un rééquilibrage entre matière grasse et matière protéique", note par ailleurs Jean-Christophe Boittin.

Enfin, autre évolution avec l'indexation de nouveaux postes morphologiques. La part des membres est également renforcée dans le nouvel ISU (de 4,5 à 6,5 %). Le nouvel index "composite aplombs" se compose de cinq index élémentaires : la qualité de l’articulation, le parallélisme, l’angle du pied, la locomotion et l’angle du jarret. Les quatre premiers index étant nouveaux.

 

Manchester (Eville x Indorrane), un taux butyreux exceptionnel et une plus-value bouchère. Parfaites qualité et santé mamelle.
Manchester (Eville x Indorrane), un taux butyreux exceptionnel et une plus-value bouchère. Parfaites qualité et santé mamelle. - © Terra

Quelles perspectives en Normande ?

Les simulations de réponse à la sélection projettent :

- En TP : maintien du progrès génétique de +1 pt de TP en dix ans.
- En TB : nouveau progrès génétique équivalent de +1 pt de TB sur les dix années à venir.
- Maintien de la productivité en quantités de matières livrées et un maintien à plus de 80 % du progrès sur le volume de lait brut actuel.
- Augmentation de l’effcacité laitière par la précocité des femelles.
- Gain génétique attendu de 3 mois au 1er vêlage sur dix ans ; générant un gain d’au moins 500 kg sur la carrière, tendance déjà constatée ces dix dernières années.

 

 

 

 

 


Indexation Holstein

Dans la race Prim'Holstein, la génétique Holstein Evolution, au niveau des taureaux français, concentre 90 % du top 30 génomique né en France. "Au delà des statistiques, ce qui compte pour les éleveurs, c'est que 17 taureaux Evolution, indexés à plus de 200 ISU sont actuellement disponibles pour tous les éleveurs français", souligne David Girod, chef produit Holstein chez Evolution.

À noter que la belle histoire de Louxor se poursuit. En effet, ce taureau est resté numéro 1 pendant deux ans, un record dans l'ère moderne de la sélection génomique. Il transmet la place de n° 1 par la voie mâle à son fils, Newstar et par la voie femelle à son neveu, Nougaro. Ces deux taureaux seront disponibles plus tard.

Multicast est quant à lui le meilleur des nouveaux taureaux diffusés. Ce fils de Doorsopen sur Jabir est déjà ouvert à la commande.

Enfin, si Hurion prend la 1ère place du clasement confirmé avec 1277, Iznogoud est très complet, avec un pedigree original et Isitolo confirme sa morphologie très typée, sa repro et ses taux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui