Terra 21 mars 2019 à 08h00 | Par Frédéric Gauthier - Chambres d’agriculture de Bretagne

La robotique agricole en production végétale

La robotique, le numérique et les outils connectés apportent de nombreuses nouvelles solutions dans toutes les filières de l’agriculture. Nous vous proposons cette fois-ci de porter attention au domaine des nouveautés robotiques en production végétale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Flotte de tracteurs autonomes travaillant en coopération. Travail du Vehicle Robotics Laboratory - Research Faculty of Agriculture Hokkaido University.
Flotte de tracteurs autonomes travaillant en coopération. Travail du Vehicle Robotics Laboratory - Research Faculty of Agriculture Hokkaido University. - © Terra

Les prévisions d’augmentation du marché mondial de la robotique agricole sont vertigineuses, passant de 15 milliards d'euros en 2020 à 75 milliards d'euros en 2024. Cet emballement est le fruit de l’arrivée sur le marché de nouvelles technologies financièrement accessibles, portées entre autres par l’industrie automobile - notamment avec l’essor de la voiture autonome - et par les attentes sociétales pour une meilleure maîtrise des intrants dans les productions.


Des avancées
Avec l’émergence de l’agriculture de précision, un certain nombre de techniques sont déjà devenues accessibles. Par exemple, le GPS-RTK qui équipe les tracteurs est de plus en plus courant. Cependant, pour passer vers une autonomie totale des équipements, des verrous techniques existent encore, comme la gestion de la sécurité en environnement ouvert. Il y a tout de même des avancées significatives, citons la publication en novembre 2018 de la norme 18497 : "Tracteurs et matériels agricoles - Sécurité des machines hautement automatisées - Principes de conception" qui contient les premières préconisations concernant les exigences de sécurité.


Une offre en devenir
Malgré cette dynamique et ces avancées, pour les filières végétales, l’offre commerciale est encore très limitée, alors qu’un nombre très important de projets émergent sur le sujet. Il existe beaucoup d’initiative en France - les robots Naïo Technologies, le projet Pumagri… - et aussi à travers le monde. Ainsi, l’université d’Hokkaido au Japon, l’université de Sydney en Australie ou encore l’université Harper Adams au Royaume-Uni sont très dynamiques sur le sujet. Bien sûr, en fonction des pays, les contraintes ne sont pas les mêmes et donc les solutions envisagées sont différentes. Par exemple, le Japon doit faire face à un fort vieillissement des agriculteurs : bientôt 65 % des agriculteurs japonais auront plus de 65 ans. Malgré ces différences, tous travaillent dans le même sens et participent à l’émergence de la robotique agricole dans les productions.
Les progrès techniques sont avant tout des moyens efficaces au service des agriculteurs, pour répondre aux enjeux multiples tels que la compétitivité des exploitations agricoles, la pénibilité du travail et l’environnement.

 

* De multiples applications issues des technologies du numériques se développent dans le domaine agricole. Devant cette offre, les chambres d'agriculture de Bretagne ont entrepris d'expertiser ou de tester en conditions réelles d'utilisation certaines d'entre elles. Cette rubrique "fermes numériques" en rendra compte régulièrement.

Rippa (Robot for Intelligent Perception and Precision Application) est capable de traiter de manière autonome les adventices à grande vitesse à l’aide d’une micro-dose dirigée de produit phytosanitaire. Australian Centre for Field Robotics (université de Sydney).
Rippa (Robot for Intelligent Perception and Precision Application) est capable de traiter de manière autonome les adventices à grande vitesse à l’aide d’une micro-dose dirigée de produit phytosanitaire. Australian Centre for Field Robotics (université de Sydney). - © Terra

Êtes-vous technocompatible  ?
Le jeudi 4 avril se tiendra la Journée fermes numériques à Locminé (56). Vous êtes déjà connectés et vous voulez aller encore plus loin, vous vous interrogez sur votre technocompatibilité, cette journée est pour vous  ! Organisée par les chambres d’agriculture de Bretagne et BDI-Agrétic, cette journée vous permettra de faire un point sur les fermes numériques aujourd’hui : capteurs, données, robotique, imagerie… Vous bénéficierez d’interventions d’experts scientifiques et techniques, de témoignages d’agriculteurs connectés et d’entreprises innovantes.
Inscription obligatoire : par téléphone au 02 96 79 21 63 ou par mail
anne.estebanez@bretagne.chambagri.fr - Tarifs (repas compris) : 36 € TTC pour les agriculteurs, 84 € TTC pour les techniciens.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui