Terra 20 novembre 2014 à 08h00 | Par André Sergent

La vitrine d'une agriculture pleine d'avenir

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La semaine dernière se tenait à Hanovre le salon Euro Tier. J'ai eu la chance de pouvoir y assister. La chance, parce qu'ouvrir des portes, voir d'autres pays, d'autres personnes est toujours très enrichissant. Cela permet de revenir chez soi avec du recul, un autre regard, une autre analyse. D'un salon comme Euro Tier, on peut retenir le gigantisme, l'hyper-technicité, d'aucuns diront la fuite en avant. J'y ai vu -pour ma part- l'image fantastique d'un monde en évolution constante, d'une agriculture qui s'intègre à son époque, qui intègre et quelquefois précède, ce mouvement vers l'avant. L'agriculture est-elle en crise ou en mutation ? Ce que j’ai vu à Hanovre me confirme qu’il s’agit bien d’une mutation qui lui permettra de mieux répondre aux différents enjeux : nourrir demain 9 milliards d'êtres humains, relever le challenge de la qualité, de la sécurité alimentaire, de l'environnement, de l'emploi et de l'aménagement du territoire. Parce que je ne peux accepter qu'on réduise mon métier d'agriculteur à une occupation rétrograde et passéiste, je refuse qu'on nous impose comme seule ambition le déclin et la décroissance. Notre métier a un réel avenir et de belles perspectives, même si bien sûr l'agriculture de 2020 ne ressemblera en rien à celle de 1920 ... et heureusement ! Le salon Euro Tier est aussi une vitrine des résultats de la recherche. En Allemagne, la recherche est portée par une organisation, la DLG (Deutsche Landwirtschafts-Gesell- schaft). Fondée par l'ingénieur et auteur Max Eyth en 1885, cette organisation compte plus de 25 000 membres : des agriculteurs, des entreprises, des chercheurs et des universitaires. Son rôle est d'agir au plus près du terrain, pour faire progresser les techniques. Les salons agricoles sont notamment l'occasion de présenter et d'assurer la diffusion des résultats et des connaissances. Au moment où en France on assiste à une baisse des financements publics de la recherche et des investissements d'avenir, on peut se demander s’il ne faut pas se prendre davantage en main. Une donnée à prendre en compte dans l’évolution de nos chambres d’agriculture. Il y a peut-être là aussi des enseignements et des idées à retenir dans ce que nous voyons en Allemagne.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui