Terra 14 avril 2017 à 08h00 | Par Véronique Denieul, animatrice APLBL

Lactalis : enfin sur les bons rails … ?

L’association des producteurs de lait Pays de la Loire Bretagne Lactalis (APLBL) a tenu son assemblée générale le 30 mars dernier à Rennes. A cette occasion, les délégués présents ont pu faire le point sur les toutes dernières discussions concernant le futur accord-cadre OP/entreprise. Retour avec Frédéric Lachambre, président de l’APLBL.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Claude Bonnet, président de l’Unell et Frédéric Lachambre, président de l’APLBL.
Claude Bonnet, président de l’Unell et Frédéric Lachambre, président de l’APLBL. - © Terra

Ambiance particulière pour cette nouvelle assemblée générale, et ce n’est pas l’actualité de ces dernières semaines qui aurait permis de calmer les esprits. La décision unilatérale du groupe Lactalis de modifier la présentation du prix du litre de lait avec un affichage sur la base de 41 de TB et 33 de TP en lieu et place du 38/32 est largement revenue au cœur des discussions : "sans parler sur le fond, même si la base de paiement reste bien à 38/32, nous dénonçons en premier lieu la façon dont cela s’est fait : c’est-à-dire sans concertation avec les organisations de producteurs (OP). Tout ça pour ça, alors que nous aurions pu en débattre dans le cadre des discussions sur le futur accord-cadre".

Des discussions sur le futur accord-cadre qui ont justement démarré sous de mauvais auspices, la proposition faite par le groupe Lactalis aux présidents d’OP (cf. obligation réglementaire), le 7 mars dernier, ne répondant tout simplement pas aux objectifs de la Loi Sapin II. "L’Unell (Union Nationale des Eleveurs Livreurs Lactalis, constituée de huit OP reconnues dont l’APLBL est membre) a rapidement œuvré pour faire valoir notre vision. La dernière rencontre avec les représentants de l’entreprise du 29 mars dernier s’est tenue dans une ambiance sereine et propice à avancer. Il est important de le souligner. Nous avons pu présenter nos propositions à figurer dans le futur accord-cadre, comme celle portant notamment sur l’évolution des modalités de détermination du prix du litre de lait. Nous souhaitons continuer de travailler dans un tel état d’esprit. Nous avons tous à y gagner notamment pour l’entreprise afin de regagner la confiance perdue des producteurs. Une négociation équilibrée de l'accord-cadre pourrait servir de fondation à un partenariat entre Lactalis et les producteurs et ainsi avoir une réelle démarche filière", commente Frédéric La Chambre.

Si aucune date butoir n’est actuellement définie, le souhait, tant côté OP que côté entreprise, serait d’aboutir dans les prochains mois. Mais il faut être lucide, cela risque de ne pas être un long fleuve tranquille. Les discussions se poursuivront à la fois à l’échelon national, mais aussi au sein des régions afin de répondre de manière spécifique aux attentes de chacun en terme de gestion des volumes.

"Cette période de négociations n’amène aujourd’hui aucun changement notoire pour les producteurs adhérant à une OP quelle qu’elle soit. Mais il n’en est pas de même pour les producteurs qui n’adhèrent à aucune OP. Ces derniers ont reçu individuellement, avant la fin mars, une proposition d’avenant à leur contrat de la part de Lactalis. Au sein de l’APLBL, nous pensons que ce que nous discuterons collectivement sera plus favorable. C’est pourquoi, nous engageons ces producteurs à ne pas signer et à adhérer rapidement à une OP".

Ainsi, la structuration des producteurs reste bel et bien un élément déterminant pour équilibrer toute relation contractuelle. "Nous travaillons au quotidien pour renforcer cette structuration. La démarche de reconnaissance de l’UNELL qui devrait aboutir cet été mais aussi la recherche constante du "plus" aux adhérents en sont des exemples concrets". Le travail se poursuit !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui